Révision du fichier électoral 2017: Pierrette Mwenze sensibilise la femme musulmane à s’enrôler

par -
0 152
Une vue de femmes musulmanes de la Mosquée Al Rassoul, dans la Commune de Ngaliema à la sensibilisation sur la Révision du Fichier électoral. Ph/Pius Romain Rolland

Les statistiques électorales de deux précédentes élections de 2006 et 2011 n’ont jamais été favorables à la femme. Plus elle s’enrôle, moins elle est représentée. Pierrette Mwenze est allée à l’assaut des femmes musulmanes, hier lundi 20 mars 2017 à la Mosquée Al Rassoul de la Commune de Ngaliema dans le but de réveiller leur conscience électorale.

La Commission électorale nationale indépendante, CENI met les bouchées doubles sur la Révision du Fichier électoral. En ce mois de mars consacré à la femme, la Questeur de cette institution d’appui à la démocratie, Pierrette Mwenze est allée au cœur de la femme musulmane, hier lundi 20 mars 2017 à travers la structure du Comité national des femmes musulmanes, dans le but de sensibiliser cette dernière au processus électoral.

C’est à la Mosquée Al Rassoul, dans la Commune de Ngaliema que Madame Pierrette Mwenze Kisonga, en présence de l’Imam Mounir Fader, a fait savoir l’importance de la femme musulmane de se faire enrôler, de s’approprier le processus électoral car, dit-elle, la femme musulmane considérée comme celle qui ne parle pas, est à même d’apporter sa voix aux élections à venir.  A condition d’avoir sa carte d’électeur. « Il est de grande notoriété que les musulmans et les musulmanes de la République démocratique du Congo ne participent pas assez aux affaires publiques, avec cette conséquence, la voix reste inaudible dans l’opinion nationale. C’est pour nous permettre de prendre de la place dans la considération de la démocratie que l’activité de ce jour à lieu », a dit la Présidente du Conafemu qui a exprimé toute la gratitude à la Ceni.

La volonté est celle exprimée par Mme Pierrette Mwenze,  Questeur de la CENI à faire impliquer la femme musulmane dans le processus électoral partant de Lubumbashi, dans le Haut Katanga où est sensibilisée la femme musulmane. Résultat qui se poursuit à Kinshasa où la présidente entend impliquer les musulmanes de toutes les mosquées dans ce processus. C’est du moins ce qu’a dit Mme Aïsha Baswe, Vice-présidente du Comité National des Femmes Musulmanes en ce que l’action de sensibilisation va se poursuivre à travers les différentes mosquées.

Pour lier l’utile à l’agréable, Mme Pierrette Mwenze a explicité aux femmes musulmanes ce qu’est le Fichier Electoral. Il est évident que bon nombre d’entre elles ne connaissent pas son important, la Questeur a fait savoir qu’il s’agit d’une banque de données des électeurs qui sont appelés à élire leurs dirigeants, le nombre exact des électeurs. A cette étape, il s’agit de la sensibilisation pour se faire enregistrer car, précise-t-elle, sans carte d’électeur, il est impossible non seulement de voter, mais aussi de ne pas être candidat. « A parti d’aujourd’hui, vous devrez savoir que le fichier électoral est une liste des électeurs. Si tu n’es pas sur cette liste-là, il est impossible de voter ou d’être candidat », a dit Mme la Questeur.

A l’occasion, elle a précisé que le processus électoral a débuté depuis la province du  Nord Ubangui, sous la gouvernance de Marie-Thérèse Gerembo. « Sur 805.000 enrôlées, 46% ont été les femmes et 54% les hommes dans la Province du Nord Ubangui. Dans les deux autres provinces après le Nord Ubangui, la Ceni a constaté que les femmes s’enrôlent, pas selon le nombre attendu. Elles sont toujours inférieures aux hommes», a fait savoir Madame la Questeur.

Pierrette Mwenze a exhorté la femme musulman à plus d’effort au regard du thème mondial sur la femme 50/50. Si les 30% consacrés dans la Constitution ne sont pas atteints, qu’en sera-t-elle de la proportionnalité 50/50, s’interroge-t-elle. D’où son insistance à la femme musulmane de doubler d’effort vu sa démographie. Sinon, il est injuste que les femmes s’enrôlent plus, mais sont moins représentées. « Les autorités de la Ceni ont fait savoir qu’au mois d’avril, l’opération de la Révision du fichier électoral débute dans le Kongo Central, le Kwilu, le Kwango, le Maï-Ndombe et Kinshasa. Il est de bon aloi que nous puissions sensibiliser les femmes musulmanes de Kinshasa à s’enrôler pendant la Révision du Fichier électoral », a-t-il insisté.

Evoquant les statistiques des élections précédentes, Pierre Mwenze indique ce qui suit : qu’en 2006, 52% des femmes se sont fait enrôler et les hommes à 48%, dont les résultats aux élections étaient mitigés malgré le nombre d’enrôlées, avec 8% seulement de femmes sur 500 élus nationaux, tandis qu’à la députation provinciale, elles ne représentent que 7% ; en 2011, 50% des femmes se sont fait enrôler, avec 9% de femmes à la députation nationale de 500 sièges. Une situation révoltante pour le Gender, en principe qui devrait jouer avec son nombre d’électrices. Elle tire pour conclusion que le taux d’enrôlement n’influence en rien les résultats de vote. Donc, la femme est elle-même la cause de son échec. D’où, à cette révision du fichier électoral, Pierrette Mwenze exhorte les femmes musulmanes à renverser la pyramide, que la femme soit suffisamment représentée au sein de l’Assemblée nationale comme aux assemblées provinciales des différentes provinces de la République Démocratique du Congo.

(Pius Romain Rolland)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse