Révision du Code minier: Le Gouvernement et le Parlement enfin d’accord

par -
0 444
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La journée de vendredi 21 avril dernier n’a pas été du tout repos pour  Aubin Minaku Ndjalandjoko, président de la Chambre basse du Parlement de la République démocratique du Congo. Déjà dès la matinée, il a commencé par accorder une première audience dans son cabinet de travail, à l’ambassadeur du Royaume de Belgique accrédité en Rd Congo, M. Bretrande de Combrugghe, avant la conférence des présidents de différentes commissions de l’Assemblée nationale, élargie à deux membres du Gouvernement, le ministre des Mines Martin Kabwelulu et celui en charge des Relations avec le Parlement, Justin Bitakwira.

Au sortir de cet entretien qui a duré plus d’une heure, l’hôte du Président de l’Assemblée nationale de la Rdc, le diplomate belge s’est réservé de tout commentaire à la presse. Après cette audience, le speaker de la Chambre basse du Parlement a présidé la conférence des présidents de différentes commissions de l’Assemblée nationale, élargie à deux membres du Gouvernement, le ministre des Mines Martin Kabwelulu et celui en charge des Relations avec le Parlement, Justin Bitakwira. Laquelle réunion a tourné autour de l’inscription dans le calendrier de la session parlementaire en cours, du projet de loi portant révision du Code minier.

Le ministre Martin Kabweluluse confiant à la presse à la fin de cette réunion, a expliqué que le 05 avril dernier, le Président de la République Joseph Kabila Kabange avait souhaité que le Parlement de la République puisse analyser le projet de loi portant révision du Code minier. Ce désir de révision, a-t-il dit, a été également soulevé par les membres au cours d’une réunion institutionnelle tenue le 19 avril courant. A en croire le ministre Kabwelulu, le Gouvernement et l’Assemblée nationale se sont mis d’accord sur l’analyse de cette révision du Code minier au Parlement de la République. « Il n’y a plus de problème, et nous n’attendons plus que d’être invité ici au Parlement pour présenter le texte », a-t-il affirmé.

Qui sera le principal bénéficiaire de ce Code minier version révisée ? C’est tout le monde, a répondu le ministre Kabwelulu à cette question de la presse. « C’est l’Etat, parce que nous revoyons quelques dispositions sur la fiscalité, sur des dispositions qui regardent l’environnement. Nous avons mis en conformité le nouveau Code par rapport à la Constitution qui est promulguée après le Code. C’est la population également, parce que nous avons tenu compte du fait que les opérateurs miniers qui doivent s’installer maintenant dans les périmètres miniers doivent d’abord présenter un cahier des charges qui sera clair dans lequel il sera clairement défini les tâches des opérateurs, leurs obligations vis-à-vis des communautés. C’est également l’opérateur minier. Parce qu’en ce moment, l’esprit devient serein, parce qu’ils étaient toujours en train de se demander, est-ce que ce code sera-t-il révisé ? Est-ce qu’il ne le sera pas ? Ceux qui veulent venir investir dans notre pays, ils vont le faire en toute quiétude », a expliqué Martin Kabwelulu.

Un projet des maisons modulaires présenté à Aubin Minaku

En dernier lieu, le président Aubin Minaku a reçu le même vendredi le ministre de l’Urbanisme et Habitat, M. Kokoniangi, qui s’est amené avec une délégation d’investisseurs italiens. C’était pour présenter au premier député national, un projet de construction des maisons modulaires à Kinshasa et dans d’autres provinces du pays. Signalons en outre qu’il y a deux mois, le ministre Kokoniangi était en visite en Italie où il a palpé du doigt un projet des maisons modulaires. Lequel projet doit-être dupliqué en Rdc. Pour le ministre Kokoniangi, ces maisons seront à la portée de toutes les bourses des Congolaises et des Congolais. « Nous avons étudié avec eux ensemble les données techniques de ces maisons modulaires et nous avons pensé qu’elles sont appropriées pour la population congolaise », a-t-il rassuré.

Profitant de son séjour en Italie, le ministre de l’Urbanisme et Habitat dit avoir signé un précontrat. C’est à ce pas, fait-il savoir, que ces investisseurs italiens ont fait un premier pas vers la Rdc pour démontrer leur bonne volonté de commencer déjà ce projet.

C’est en fait un projet de 10.000 maisons, mais qui va commencer immédiatement par 1.000 maisons, à Kinshasa et dans les provinces environnantes, a expliqué le ministre. « Ce ne sont pas seulement les maisons d’habitation, ils peuvent construire aussi des hôpitaux, des lycées, des écoles primaires et secondaires, etc. Donc, nous y croyons parce que ce projet va dans le sens de la vision du Chef de l’Etat. Et, tout ce qui va vers le sens de la vision du Chef de l’Etat, nous devons sauter  sur l’opportunité », a dit M. Kokoniangi.

Quant à l’endroit où l’on va expérimenter ce projet, le ministre indique que tout va commencer à Kinshasa. C’est donc la raison de la présence du Secrétaire général à l’Urbanisme et Habitat à cette réunion avec le président de l’Assemblée nationale, signale-t-il. Le ministre affirme en outre que le projet a déjà identifié des sites d’implantation de ces maisons modulaires. Le projet compte ainsi implanter dans un premier temps 700 maisons à Kinshasa qui seront éparpillées dans plusieurs sites identifiés.

Notamment, en commençant par le site où logeait le projet « 4.000 maisons » vers Bibwa (à l’Est de Kinshasa dans le commune de la N’Sele, à quelques minutes après l’Aéroport international de N’Djili) et d’autres sites qui sont dans les environs. « Il faut que ces maisons qui sont très belles, soient aussi visibles. C’est ainsi qu’on ne peut pas tout implanter à Bibwa, nous cherchons des sites au bord du fleuve aussi pour que la ville change sa forme », a confié à la presse, le ministre Kokoniangi.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse