Retrait progressif de la Monusco: Déjà 850 casques bleus partants

par -
0 622
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
  • Après avoir abattu un travail très remarquable pour la stabilité en République démocratique du Congo, une première vague de huit cent cinquante casques-bleus égyptiens seront rapatriés très bientôt, a annoncé hier à la conférence de presse hebdomadaire des Nations-Unies, le Représentant spécial de Ban Ki-moon en Rdc, Martin Kobler
  • D’autre part, le dialogue stratégique Monusco – Gouvernement, se poursuittout bonnement, « dans un esprit constructif, de convivialité et de confiance », a affirmé le chef de la Monusco, se disant toujours confiant en la reprise de collaboration FARDC-Monusco dans l’opération Sukola 2 lancée contre les combattants FDLR au Kivu

Comme décidé par le Conseil de sécurité des Nations-Unies à la demande du Secrétaire général Ban Ki-moon, c’est parti pour la réduction de 10% des effectifs de la Monusco. Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Rd Congo, M. Martin Kobler a annoncé hier le rapatriement d’une première vague de 850 casques-bleus égyptiens. Ce rapatriement déjà décidé, aura lieu incessamment, a-t-il indiqué.

Au menu du point de presse

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire des Nations-Unies à Kinshasa hier mercredi 29 avril 2015, M. Kobler a livré cette information. A l’occasion, il a, dans sa communication aux professionnels des médias, insisté sur l’état d’avancement des discussions en cours entre le Gouvernement de la République et la Mission des Nations-Unies pour la stabilité au Congo (MONUSCO). Ce, dans le cadre du dialogue stratégique des deux parties, dirigé par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et Francophonie, M. Raymond Tshibanda.

Deux principaux sujets sont inscrits à l’ordre du jour de ce dialogue stratégique. Le premier concerne la reprise du soutien de la Monusco aux Forces armées de la Rd Congo dans l’opération Sukola 2, lancée depuis février dernier par l’armée nationale contre les rebelles hutu-rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Le second sujet de ce dialogue stratégique Monusco – Gouvernement est axé à la revue stratégique pour le retrait progressif ou la réduction des effectifs de la Monusco. Le représentant de Ban Ki-Moon a indiqué que ces discussions se déroulent convenablement, « dans un esprit constructif, de convivialité et de confiance ». « Jamais auparavant la MONUSCO et le Gouvernement congolais n’avaient eu des discussions aussi intenses que celles du dialogue stratégique », a déclaré le patron de la Monusco.

Kobler croit au retour de la Monusco dans l’opération Sukola 2

Répondant aux questions lui posées par les journalistes, Martin Kobler a souligné que les FARDC abattent « un travail extraordinaire » et ont besoin du soutien. Et il y a des paramètres à respecter pour reprendre cette coopération entre la Monusco et les Fardc dans la traque contre les FDLR. M. Kobler se dit « tellement confiant » que la solution sera trouvée dans le cadre du dialogue stratégique.

Concernant des réfugiés burundais sur la plaine de la Ruzizi au Sud-Kivu, le n°1 des Nations-Unies en Rdc a confirmé l’arrivée d’un nombre de plus de 4.000 personnes en provenance du Burundi. Et, par rapport au dialogue entre acteurs politiques et la CENI que la classe politique de l’opposition congolaise réclame avant la tenue des prochaines élections en Rdc, Martin Kobler a indiqué que le rôle de la Monusco, ce n’est pas d’interférer dans les affaires intérieures de la Rdc. Ce que la Monusco peut faire pour ce dialogue, c’est de disposer de « ses bons » offices, assurer un soutien technique et accorder une assistance logistique.

Le rapport de l’enquête sur l’incursion des militaires rwandais au Kivu est attendu

Quant à la nouvelle présence signalée par la société civile et la population, des militaires rwandais au Nord-Kivu, le porte-parole militaire ad intérim de la Monusco qui répondait depuis Goma a affirmé que des enquêtes qui ont été lancées éventuellement et dont la Monusco avait mis à contribution des moyens logistiques et humains, sont terminées. Soulignant l’importance de cette mission, il a annoncé que les conclusions du rapport de cette enquête ainsi que la publication des données sont attendues incessamment.

Signalons en outre que M. Rapahël Nyabirungu, professeur de droit et doyen honoraire à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) était également invité à cette conférence pour commenter sur les Etats généraux de la justice lancés par le lundi 27 avril dernier par Chef de l’Etat, en sa qualité de modérateur et porte-parole de ces assises. Il a affirmé quant à lui que ces Etats généraux de la justice qui vont déjà se clôturer le samedi 02 mai prochain, sont la manifestation de la volonté politique de changer les choses dans le secteur de la justice en République démocratique du Congo et réponde à l’initiative des responsables politiques du pays.

« La justice congolaise est certes malade, mais elle n’est pas morte… La paix et le développement de la Rdc passent par la justice… Notre devoir c’est d’indiquer les pistes de solutions », a déclaré le professeur Nyabirungu.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse