Retombées de l’agression d’une journaliste de la RTVS1: Une marche de protestation en gestation à Kinshasa

par -
0 839
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

JED demande à l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) d’organiser des protestations officielles contre l’agression sauvage d’une journaliste par un groupe d’étudiants. Journaliste en danger (JED) a suivi, à travers des réseaux sociaux, des images insoutenables d’une journaliste, Francine Bitshi, de la RTVS1, le visage ensanglanté et qui aurait perdu une dent après avoir été sauvagement agressée, lundi 16 novembre 2015 dans la matinée, par un groupe d’étudiants de l’Institut des Bâtiments et Travaux Publics (IBTP) qui l’ont molestée et humiliée. Le seul tort du journaliste est d’avoir voulu couvrir et relayer dans son média, les revendications de ces étudiants qui protestaient contre des majorations de leurs frais académiques, et qui se sont ainsi affrontés aux forces de l’ordre.

JED et NSCC exigent une enquête soit ouverte

 JED considère qu’il s’agit là d’un acte de violence inacceptable contre un journaliste en plein exercice de sa profession: « Nous avons exigé qu’une enquête soit ouverte rapidement pour identifier les agresseurs de notre consœur, afin que cette nième agression contre un journaliste ne reste impunie. Mais nous savons qu’il n’y aura aucune enquête, ni aucune sanction contre les auteurs de cette agression, simplement parce que les autorités congolaises méprisent le travail des journalistes », a déclaré Tshivis Tshivuadi, Secrétaire général de JED, qui en appelle aux journalistes eux-mêmes pour défendre leur liberté et leur métier.

Dans le même registre, tout en restant solidaire avec la reporter illégalement agressée, la Nouvelle Société civile congolaise (NSCC) exige aussi qu’une enquête soit ouverte immédiatement enfin d’identifier les agresseurs de Francine Bistshi, et que la justice soit rendue. Sur ce, la NSCC interpelle le JED, OMEC, l’UNPC, les ministères de la Justice et celui de la Communication et des Médias que cette énième agression d’une journaliste ne reste pas impuni à la veille des grandes manœuvres électorales voulues apaisées.

Pour cela, et par solidarité avec leur consœur, JED demande à tous les médias de ne pas du tout relayer les revendications de ces étudiants dans leurs sessions d’informations. JED demande surtout à l’UNPC d’envisager, ensemble avec toutes les organisations professionnelles des médias, des actions d’envergures, pour dénoncer la récurrence des attaques et des agressions contre les journalistes, ainsi que le climat d’insécurité dans lequel ils travaillent désormais.

(Saint Hervé M’Buy)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse