Retombée de la débâcle des Léopards à la Can/Gabon 2017: Mort subite du garde du corps de Florent Ibenge

par -
0 461
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La nouvelle est tombée tel un couperet.  Me Washino  Mbombo,   garde du corps rapproché  de Florent Ibenge, le sélectionneur  des Léopards  a trouvé la mort d’un manière subite le dimanche dernier  à Libreville  au Gabon   avant la rencontre  qui a  opposé nos fauves  les Léopards de la RDC face aux Black-stars  du Ghana. A en croire nos sources,  il a été terrassé  par une crise artérielle. Il a été victime des malaises soudains au cours du voyage du mercredi 25 janvier 2017. C’était sur le trajet retour Port-Gentil-Libreville-Oyem.

Samedi dernier c’était à bord d’un hélicoptère  de l’organisation de la Coupe Africaine des Nationale qui l’avait évacué d’Oyem pour la capitale gabonaise. Malheureusement que c’est là que, nonobstant les efforts fournis par les Médecins pour le secourir, que l’irréparable est arrivé. Me Washilo, expert en arts martiaux (ceinture noire sixième dan), membre de la  Fekaco  a soupiré pour la dernière fois. Ayant débuté ses débuts sa carrière au sein du J.C Lingwala, Me Washino Mbombo  résidait depuis lors  au quartier  Matonge dans la commune de Kalamu. C’est donc là où se tient actuellement le deuil. Il a glané plusieurs médailles en Karaté jusqu’à devenir entraineur national. Il a pu parcourir plusieurs pays notamment, la Chine et le Japon, en vue de parfaire ses connaissances  en arts martiaux. Avant Florent Ibenge,  Me Washino   assurait la sécurité  rapprochée   de l’archi-bishop   Kuthino  Fernando  de l’Eglise Armée de Victoire).

En attendant la publication  du programme des  obsèques ,  c’est bien  M. Kam’s  Diatezua,   directeur commercial  à la Radiotélévision Nationale  Congolaise   (RTNC),  président  du  Judo Club Lingwala,  son ami personnel,  qui est chargé de l’organisation  des funérailles.

(Franck  Ambangito/Cp )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse