Restitution d’un stage de formation théâtrale au Ciaj: Une quarantaine de jeunes prêts à joueur le vrai théâtre

par -
0 540
Vue d’un extrait du spectacle à la Compagnie théâtre des intrigants (ph tiers)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Compagnie théâtre des intrigants de Kinshasa/N’Djili a clôturé, fin juillet dernier, un stage de formation théâtrale auquel ont pris part quelque quarante (40) jeunes. C’était du  1er au 30 juillet 2016. Ils ont procédé à la restitution de leurs acquis artistiques vendredi dernier au Centre d’initiation artistique pour la jeunesse (CIAJ), à travers la production des deux spectacles portant sur la démobilisation des enfants soldats et la dénonciation du phénomène « Kuluna » (entendez : gangs opérant à l’arme blanche à Kinshasa). Ces rencontres d’apprentissage aux arts dramatiques ont porté sur les matières suivantes l’improvisation, l’interprétation dramatique, la mise en scène, la régie lumière et son, règle décor, costume, maquillage et organisation des spectacles.

Restitution

Ces jeunes dont la plupart non scolarisé et sorti de quartiers difficiles de Kinshasa, viennent d’acquérir un métier, le théâtre. Forgés après une formation d’un mois, ils ont tenu le public en haleine en la salle Katanga Mupey au  Ciaj par leur jeu sur la scène mais également par leurs différentes thématiques. Le premier spectacle tiré de la pièce « l’enfant ou la patrie » de Mitendo Mwadi  a permis à ces jeunes de dénoncer la mobilisation des jeunes comme eux dans des conflits armés. L’assistance a été suffisamment informée sur les méfaits de cette pratique dans la communauté. L’enfant a besoin d’aller à l’école pour son épanouissement et pour le développement de la société et non cheminer sous l’ombre d’un chef de guerre Kalachnikov en bandoulière. C’est la déroute d’une main d’œuvre de plus pour la communauté. Ces jeunes motivés par cet art ont aussi dénoncé le phénomène Kuluna, son impact négatif dans la société.  Ils ont interpellé les aînés et l’autorité à leurs encadrer. Beaucoup d’enfants vivants en perpétuel conflit avec la société ont aussi étudié. Face à l’oisiveté, ils se sont versé dans le banditisme et l’alcoolisme. L’autorité publique doit assurer un emploi sûr à cette jeunesse, mais également leur former à un métier, à une occupation.  En tout cas, la Compagnie théâtre des intrigants pour sa part a saisi la balle au bond. Elle continue à assurer la formation à la jeunesse à travers son domaine de prédilection, le théâtre.

Vocation

Pour le Directeur artistique de la Compagnie théâtre des Intrigants, Valentin Mitendo Mwadi Yinda, sa compagnie vient encore de répondre à sa vocation, celle de former les jeunes, de leur aider d’acquérir des valeurs positives de l’art… « Nous sommes heureux ce soir, de constater au bout d’un mois de travail, l’atelier donne le résultat escompté, c’est-à-dire, des jeunes gens venus de quartier qui avaient aucune notion de théâtre. Ils rentrent aujourd’hui avec l’information théâtrale nécessaire pour pouvoir continuer leur travail dans la société… », a déclaré Valentin Mitendo.   A cette étape de la restitution des acquis de cette formation, il reste pour la compagnie d’assurer le suivi et d’organiser des structures qui vont découler des fruits de cette formation.  Pour l’orateur, c’est ce qu’on appelle préparer la relève.

Pour la petite histoire, la Compagnie théâtre des intrigants est à sa troisième année d’organisation de ce genre d’atelier. Chaque année, elle forme 40 jeunes. Elle assure non seulement la relève dans le domaine des arts dramatiques mais elle offre aussi un métier aux jeunes gens non scolarisé. Elle leur aide à découvrir le théâtre, à avoir une idée claire sur le vrai théâtre professionnel et non à la bouffonnerie et autre faux théâtre véhiculé dans certains médias.

(Tamundel, cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse