Restitution de la Cop21 de Paris, R. Bopolo M. : « l’Accord de Paris a répondu positivement aux attentes de la Rdc »

par -
0 608
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le ministre congolais de l’Environnement et conservation de la Nature a fait hier que l’Accord de Paris, signé à l’issue de la Cop21 en France, représente aujourd’hui une victoire pour le multilatéralisme et la coopération internationale en matière climatique, précisant que cet accord répond positivement aux attentes de la Rdc.

D’entrée de jeux face à la presse, Robert Bopolo Mbongeza a indiqué que le texte de cet accord est composé de deux parties, à savoir ; l’accord proprement dit avec 29 articles et définit en 11 pages le cadre de l’action internationale à partir de l’année 2020, et les décisions prises par la COP21 qui constituent des pistes d’opérationnalisation de cet accord universel. Et de cet accord, il se dégage des éléments clés. Il s’agit de l’ambition et de la différenciation.

Ainsi, a précisé le ministre, la Rdc a pris une part active à ces assises historiques, au terme desquelles les 196 parties à la Convention Cadre des Nations unies sur les changements climatiques ont adopté un Accord global et universel qui engage l’ensemble de pays membres des Nations unies à lutter solidairement contre les causes du réchauffement climatique ainsi que leurs effets néfastes et désastreux.

A la question de savoir ce que la République démocratique du Congo a gagné de cette rencontre internationale, Robert Bopolo a fait savoir qu’il faut entrevoir cette problématique sous un angle globalement positif par rapport aux ambitions du pays. S’appuyant sur les propos du ministre français des Affaires étrangères, président de la Cop21, Laurent Fabius, le ministre congolais rassure : « … la vérité incontestable est que nous avons tous gagné à Paris et que personne n’a perdu », avant de préciser que l’accord de Paris est universel, différencié, juste durable, dynamique, équilibré et juridiquement contraignant.

Sur le plan financier, le ministre a souligné que la Rdc a confirmé lors de ces assises sa volonté de voir les financements climatiques affluer dans ses caisses. A cet effet, dix pays industrialisés ont pris l’engagement formel de mobiliser 10 milliards de dollars américains de financement publics d’ici 2020 sous forme de prêts et de don afin de fournir à l’Afrique 10.000 Mw supplémentaires d’énergies renouvelables à cette échéance et 300.000 Mw d’ici 2030.

Diplomatie multilatérale oblige. A cet effet, le ministre a affirmé que la Rdc a joué un rôle important dans l’avancement des intérêts régionaux au sein de différents groupes de négociation, précisant que le pays a pesé de tout son poids pour assurer la reconnaissance au sein de l’Accord de Paris du rôle d’atténuation des forêts.

Application et accompagnement de l’accord de Paris

Maintenant que l’accord de Paris a été adopté, le ministre Robert Bopolo estime que le pays et tous ses experts devront maintenant se focaliser, mieux se préparer aux étapes futures en vue de sa mise en application ainsi que des décisions d’accompagnement.

Mais déjà, rassure-t-il, que l’accord de Paris a répondu positivement aux attentes de la Rdc. Néanmoins, il a formulé quelques recommandations, qui s’avèrent pertinentes. Parmi lesquelles, un appel à un début effectif de la mise en œuvre de l’accord de Paris. Il estime ici que ce début constituera l’un des enjeux de la Cop22 prévue à Marrakech au Maroc en 2016. «  A cette occasion, les pays en développement devront adopter une posture proactive en s’assurant que les dispositions de l’Accord de Paris ainsi que celles des décisions qui l’accompagnent, trouvent une amorce de mise en application notamment par l’implémentation du Comité de mise en œuvre de l’Accord de Paris (Cma) », a savoir le ministre, avant de plaider pour le renforcement de l’équipe de la Task Force Climat du ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Développement.

Enfin, le ministre a recommandé la mise en place d’une équipe nationale des scientifiques congolais, appuyée par des scientifiques internationaux. Ceci est indispensable pour faire avancer les recherches sectorielles relatives aux changements climatiques.

Les travaux de la Conférence de Paris sur le climat, la Cop21, s’étaient déroulés au Centre d’exposition du Bourget à Paris en France, du lundi 30 novembre au samedi 12 décembre 2015 en France et avaient réuni plus de 150 chefs d’Etats et près de 200 délégations venues de tous les coins du monde.

(Yassa)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse