Respect de la constitution par le chef de l’Etat Joseph Kabila: Les mamans de Kinshasa saluent la portée de l’acte historique

par -
0 189
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La désignation du candidat de FCC par le président de la République le mercredi 8 aout passé implique que Joseph Kabila ne sera pas candidat à sa propre succession lors de la présidentielle du 23 décembre 2018. Cet acte dont la portée est tout à fait historique pour la République démocratique du Congo, n’a laissé personne indifférente. Les hommes politiques, les membres de la société civile, les hommes d’affaires, le monde du travail, les agents et fonctionnaires de l’Etat, etc. se sont tous exprimés sur la valeur démocratique de cette décision qui non seulement redonne la paix au pays, mais procure beaucoup d’espoir au peuple congolais qui en avait tant besoin.

Les femmes de Kinshasa qui ne pouvaient restées en marge de ce grand évènement se sont réunies samedi dans la salle show buzz à la Gombe sur l’initiative de Jeanine Mabunda. Dans une soirée dénommée « lisolo ya ba mamans », les femmes de toutes tendances politiques ( opposition, majorité, société civile) et de toutes les couches socio-professionnelles ( maraichères, vendeuses au marché, cadres des entreprises, monde associatif, femmes politiques, femmes d’affaires…) ont partagé à cœur ouvert et dans une grande gaité d’esprit leurs émotions, attentes, peurs, surprises et joie de la journée du 8 août dernier à l’occasion de la désignation officielle du dauphin de Joseph Kabila. Celles parfois qui évitent les caméras et les micros ont osé prendre la parole en public et partager avec les autres ce qu’a été cette journée inoubliable ici à Kinshasa.

« Une journée pleine d’anxiété, de peur et de rumeurs qui nous ont plongé dans une grande tristesse », raconte une vendeuse des pains qui ne voyait jamais Kabila abandonner le pouvoir à cet âge, alors qu’autour de la RDC beaucoup de pays venaient de changer leurs constitutions. Une autre, responsable dans un parti politique et avocate de profession a dit toute sa joie à l’annonce du nom tant attendu même si cela constitue l’une de nombreuses étapes du processus électoral. Dans cette même ambiance et sous la modération de Sylvie Bongo, une autre femme, cadre dans une banque a expliqué comment avant et après cet acte, le mouvement bancaire a connu des fluctuations. Leurs clients retiraient massivement de l’argent dans la perspective d’un chaos raconte-elle. Tout donnait l’impression d’un désastre à venir.

Mais après  le 8 août, les clients détendus et sereins se sont mis à redéposer l’épargne. La paix et la tranquillité ont favorisé un bon climat des affaires à la grande déception des pécheurs en eau trouble, a conclu ce haut cadre d’entreprise. Les témoignages ont été légion. Les uns plus édifiants que les autres. Une chose a été commune à toutes les interventions aussi bien de l’opposition que de la majorité : le geste posé par le chef de l’Etat est d’une grande valeur démocratique. Désormais tous ceux qui viendront ont l’obligation de respecter la constitution du pays.

Dans la seconde partie de cette soirée « lisolo ya ba mamans », il a été question de formuler quelques souhaits à l’endroit de celui-là qui remplacera demain Joseph Kabila. Les femmes ont insisté sur le social. Les Congolais ont besoin du travail, de meilleurs soins de santé, de la paix, de l’éducation. Le prochain dirigeant, ont-t-elles insisté, doit profondément aimer ce pays. Pour clore cette rencontre, son initiatrice, Jeanine Mabunda, députée et cadre du Pprd (présidente de la ligue des femmes) a expliqué la fierté que doit ressentir chaque congolais par l’acte historique posé par Joseph Kabila qui entre dans les annales du pays par la grande porte, avant de saluer cet esprit d’ouverture ayant conduit les mamans à répondre à ce rendez-vous. Tout s’est bien terminé par un pot fraternel.

 

(Simon Kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse