Report des voyages son essentiels : Que cache le comportement des Américains et des Belges ?

par -
0 377
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Belgique recommande de “reporter tout voyage non essentiel” en République démocratique du Congo, alors qu’approche la fin du mandat du président Joseph Kabila, que l’opposition accuse de s’accrocher au pouvoir, indique le site du ministère des Affaires étrangères. “Vu les tensions politiques et les risques de nouvelles manifestations d’ici la fin de l’année en République démocratique du Congo, il est recommandé de reporter provisoirement tout voyage non essentiel vers la République démocratique du Congo”, peut-on lire hier lundi dans la section “conseils par destination” du ministère.

Le chef de l’État est pressé par ses détracteurs de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle. Ils menacent d’organiser des manifestations populaires le 19 décembre pour le contraindre à quitter le pouvoir. Cette préoccupation avait maintes fois été rencontrée par Joseph Kabila, notamment lors de son discours sur l’état de la Nation où il a indiqué que « quant à tous ceux qui semblent se préoccuper à longueur des journées de mon avenir politique, je tiens à dire, tout en les en remerciant, que, la République Démocratique du Congo est une démocratie constitutionnelle et que toutes les questions pertinentes relatives au sort des Institutions et de leurs animateurs sont réglées de manière satisfaisante par la Constitution », dit-il, avant d’ajouter que n’ayant jamais été violée, la Constitution sera toujours respectée, et ce, dans toutes ses dispositions. La préoccupation majeure, la seule qui soit légitime, devrait donc être, et demeure plutôt, celle de savoir quel avenir nous voulons offrir au Congo et aux Congolais.

La dépêche consultée par le Quotidien L’Avenir renseigne que les Belges qui “doivent impérativement se rendre” dans l’ancien Congo belge sont invités à s’enregistrer auprès du ministère, précise l’avis publié à Bruxelles. Quant à ceux se trouvant sur place, ils sont “invités à évaluer si leur présence en République démocratique du Congo au cours des prochaines semaines est indispensable, en particulier pendant la seconde moitié du mois de décembre”, selon la même source.

Il leur est en outre “recommandé de faire preuve de la plus grande prudence lors de leurs déplacements”, de se “tenir informé régulièrement via la presse locale, les conseils aux voyageurs et la page Facebook de l’ambassade à Kinshasa et du consulat général à Lubumbashi” (sud-est). Disons que les États-Unis ont également partagé leurs craintes à leurs ressortissants. Le département d’Etat américain demande aux ressortissants des Etats-Unis de quitter le territoire congolais avant le 19 décembre.

Pourquoi les pays Occidentaux sont-t-ils préoccupés tant par la date du 19 décembre 2016, que les Congolais eux-mêmes, pendant que tout peut être fait pour éviter la violence. Si un dialogue politique inclusif n’avait pas été organisé, si des dates n’avaient pas été fixées pour l’organisation des prochaines élections en Rd Congo, si un Premier ministre issu de l’opposition n’avait pas été nommé, peut-être que tout le monde parlerait de la mauvaise foi de l’actuel Président de la République. Sinon, il s’agit d’un chantage, dont l’objectif inavoué est de faire fléchir les autorités congolaises. Parce que, si réellement on aime la Rdc, on ferait tout pour préserver la paix et consolider les acquis. Mais si on doit demander à ses compatriotes, peu importe leur niveau d’engagement au pays, de ne pas voyager au Congo, c’est inamical.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse