Report de l’élection présidentielle: Corneille Nangaa saisit la Cour constitutionnelle

par -
0 530
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La CENI, à travers son président Corneille Nangaa, a saisi la Cour Constitutionnelle pour solliciter le report de la convocation de l’électorat pour le scrutin présidentiel en République Démocratique du Congo. La requête de la CENI est soutenue par un constat fait par la plénière, selon lequel le calendrier global publié en février 2015, prévoyait la convocation du scrutin pour l’élection présidentielle le 20 septembre. Il se fait entretemps que la Plénière a constaté qu’elle est entrain de constituer justement l’électorat avec la révision du fichier électoral. Ce travail étant en cours, elle s’est vue dans cette impasse et s’est référée à la Haute Cour quant à ce.

Pendant que les travaux du dialogue politique national et inclusif à la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa, capitale de la Rd Congo, tendent vers la fin, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa lui, a choisi de saisir la Cour Constitutionnelle afin d’y déposer la requête sollicitant le report de la convocation de l’électorat pour l’élection présidentielle. Cette requête a été réceptionnée par le Greffier en chef de la Cour Constitutionnelle, apprend-t-on.

Cette saisine de la Cour constitutionnelle est diversement appréciée par la population, surtout que lors de sa plénière du 17 septembre dernier, a constaté qu’après des échanges entre les délégués, il a été recommandé à la CENI de poursuivre les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en cours afin de constituer un fichier électoral plus fiable et inclusif, permettant de donner des indications sur le délai pour la tenue des différentes élections, « et de publier dans les délais, le calendrier global des élections ».

Une autre opinion constate qu’en réalité, du fait qu’à l’issue du dialogue la CENI devra produire un nouveau calendrier global, la Centrale électorale ne pouvait plus saisir la Cour constitutionnelle. Une position que ne soutient pas le président de la CENI, lorsqu’on sait qu’au sortir de l’audience, le président de la CENI a indiqué que l’Assemblée plénière de la CENI est venue à la Cour Constitutionnelle à la suite de la Plénière qu’elle vient de tenir en vue d’évaluer et d’examiner les questions électorales liées à la situation politique telle qu’on la constate aujourd’hui. « La plénière a donc observé et voté que dans son calendrier global, publié en février 2015, il était prévu la convocation du scrutin pour l’élection présidentielle le 20 septembre. Il se fait entretemps que la Plénière a constaté qu’elle est entrain de constituer justement l’électorat avec la révision du fichier électoral. Ce travail étant en cours, la Plénière s’est vue dans cette impasse et s’est référée à la Haute Cour quant à ce », dit-il.

Signalons qu’auparavant, les 13 Membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante se sont retrouvés sous la présidence de Corneille Nangaa en Assemblée Plénière, au siège de la Centrale électorale, le samedi 17 septembre 2016 à 6h30’ pour évaluer et examiner les questions électorales. Le Secrétaire Exécutif National de la CENI, Me Ronsard Malonda ainsi que le Directeur de Cabinet et ses adjoints ont été invités à cette grande réunion.

Counterpart sensibilise sur le « Rôle des jeunes femmes » dans le processus électoral

Le vendredi 16 septembre 2016, Counterpart a offert un cadre de discussion aux étudiantes des universités de Kinshasa. C’était dans la grande salle des Personnes vivant avec handicap sur l’avenue des Huileries sous la facilitation de Me Pélagie Ibeka. La modération était assurée par Mademoiselle Marie-Paule Bonkeka, Vice-présidente de la Dynamique Femme de l’Université Catholique du Congo (UCC), association estudiantine qui a organisé ce forum citoyen avec l’appui technique de Counterpart et le soutien financier de l’USAID et UKAID.

Le forum a connu la participation d’étudiantes de l’Université Catholique du Congo (UCC), de l’Université Protestante au Congo (UPC), de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), de l’Institut Supérieur de Commerce (ISC), de l’Université de CEPROMAD, de l’Université Pédagogique Nationale (UPN), de l’Université libre de Kinshasa (ULK), de l’Université Révérend KIM, et de l’Institut Supérieur Pédagogique de la Gombe (ISP).

Le thème choisi, à savoir « Rôle des jeunes filles dans le processus électoral en RDC » est approprié pour créer l’espace idéal qui permet aux jeunes filles des Universités et Grandes Ecoles de Kinshasa de réfléchir ensemble sur leurs droits et devoirs dans processus électoral et pour s’impliquer davantage dans les grandes questions en discussion sur l’avenir de la RD Congo. Me Pélagie Ibeka a pris la mesure de cet évènement de haute portée citoyenne et a conduit le débat vers l’importance de la participation de la citoyenne à la vie politique de son pays, surtout en ce moment où les uns et les autres cherchent les voies et moyens pour sortir le pays de l’impasse qui se profile à l’horizon. Revenant sur les acteurs de la vie politique et leurs contributions respectives à la consolidation de la démocratie, elle a insisté sur l’ère du temps, où la politique n’est plus seulement l’affaire des hommes tandis que la maison serait le royaume des femmes. La politique, c’est d’abord et avant tout le propre de l’humain vivant en société. La politique, c’est d’abord et avant tout l’affaire de nous tous, homme comme femme. Les gouvernants, eux, ils viennent en second, comme des instruments pour garantir la propriété, la tranquillité et la sécurité dans le but ultime de maintenir le vivre-ensemble harmonieux de la société dont ils ont la charge.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse