Répondant à la question d’actualité sur l’organisation CAN 2019 et U-23

par -
0 645
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le S.G. Okito est formel : ‘’Le gouvernement congolais ne doit rien au groupe ATEM’’

Le gouvernement congolais doit-il au groupe ATEM sur le dossier de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations ‘’Colcan 2019 et U-23 » en RDC ? Voilà la question qui défraie l’actualité sportive au pays.

  1. Barthélémy Okito Oleka, secrétaire Général aux Sports et Loisirs qui fut à l’époque président du Colcan 2019 donne ci-dessous la vraie version des faits :

D’entrée de jeu, le S.G Okito précise : ‘’Le gouvernement de la république ne doit rien au groupe ATEM qui signifie Adrien Tapale Makombo. C’est un Congolais parmi les binationaux’.’

Quelle est alors la vérité dans ce dossier ?

  1. G Okito : « Il y a deux compatriotes congolais qui tenaient à ce que la République Démocratique du Congo puisse organiser une CAN. Ils ont tenté la première fois d’amener un bailleur américain pour venir construire des stades et organiser finalement la CAN en RDC. Cet Américain exigeait un taux d’intérêt de 2 % sur les 2 ou 3 milliards de dollars qu’il amenait en RDC. Malheureusement pour les deux paries, le pays sortait d’une situation où l’on a épongé sa dette. Il était donc anormal qu’il contracte encore une autre dette de 2 à 3 milliards de dollars avec 2 % d’intérêt.

A l’époque, le 1er Ministre Matata alors ministre des Finances, avait repoussé l’offre de cet américain au risque de replonger le pays dans une autre dette. Ce dernier demandait à avoir des documents du gouvernement pour négocier avec des banques américaines. Cette première tentative n’a pas réussi. Les deux amis sont revenus voir le ministre Banza Mukalay pour signer un protocole d’accord ou une convention  avec leur entreprise afin que cette CAN-là puisse réellement être organisée. Malheureusement pour eux, le ministre Banza très vigilant, n’a pas signé ce protocole d’accord mais il leur a exigé d’intégrer le comité local d’organisation qu’il allait mettre en place. C’est ainsi qu’ils ont intégré le Colcan 2019 que je présidait.MM. Adrien Tapale Makombo, Willy Kalonji & Sabwe Elikya sont devenus membres du Colcan 2019. Et d’ailleurs, vous étiez membre de la commission presse (NDLR : il est question de votre serviteur). Le 1er ministre a signé tous les documents exigés par le cahier des charges. Ces documents ont été déposés à la Fécofa qui les a transmis à la CAF’’.

Et ici, le S.G. de renchérir : ‘’En lisant le cahier des charges de la CAF et le règlement, nous avons trouvé que pour que vous ayez beaucoup de chances de gagner comme candidat, il fallait absolument organiser une CAN junior. C’est ainsi que le 1er ministre va faire la même chose en transmettant tous les documents exigés pour l’organisation de la CAN junior( U-23)’’.

Donnant encore plus de lumière, le S.G. Okito explique que dans l’entretemps, le Colcan 2019 s’est mis en marche parce qu’il y avait un Arrêté du ministre publié dans le journal officiel. Le ministre est venu installer officiellement ce comité. Nous avons réparti ce comité en deux groupes. Le 1er groupe commission technique pour répondre aux exigences se trouvant dans le cahier des charges. Le 2è groupe sous la coordination du vice-président Lubamba, c’était la commission financière.

Entretemps, poursuit le S.G Okito, le Colcan a fait un projet de budget. Dans celui-ci, on a programmé un libellé qu’après avoir adopté le texte au niveau local, on a décidé de faire lire notre texte par un expert attitré avant le dépôt à la CAF pour être compétitif. C’est ainsi qu’à l’unanimité, dans la première mouture du budget, on a programmé 120.000 $ pour la Colcan 2019 et 80.000 $ pour la CAN junior. Le document sus évoqué est parti au cabinet du ministre. Celui-ci l’a transmis au 1er ministre qui a accepté le principe de financement du comité mais en réduisant de moitié le budget qui était aux alentours de 1.600.000 $.

Ensuite, le S.G. Okito fait remarquer que le 1er ministre a instruit son conseiller principal feu Bonyoma, qu’il était possible qu’il puisse libérer moins de 500.000 $. En sa qualité de président, il est allé travailler avec M. Bonyoma et ils sont arrivés jusqu’à 450.000 $ comme budget pour le dossier candidature 2019 et ensuite pour les deux dossiers U -23. Heureusement pour le comité, le 1er ministre va autoriser le décaissement de 450.000 $ en spécifiant les différents libellés. Il va autoriser notamment le paiement de 90.000 $ pour l’expert qui allait examiner le dossier Colcan 2019 et 60.000 $ pour l’expert qui allait examiner le dossier CAN U-23.

C’est ainsi qu’à partir de ces moyens mis à sa disposition que le Colcan a envoyé des missions à l’intérieur du pays. Pour la 1ère série notamment à Mbuji-Mayi, Kisangani, Lubumbashi et Kinshasa qui étaient les quatre sites retenus. Après correction du 1er ministre, une deuxième série de missions est partie à Goma & au Bas-Congo. A l’issue de ces missions, tous les membres du Colcan avaient déposé tous les éléments techniques auprès de M. Adrien pour lui permettre de produire le rapport du Colcan vis-à-vis de cahier des charges de la CAF.

Comme il fallait nécessairement organiser la CAN  U-23, la RDC eu la chance d’être désigné comme le Rwanda avec le Chan 2016, comme pays organisateur CAN U-23 en novembre 2015. Sans rapport, la CAF a accordé cette CAN U-23 à la RDC. Le ministre Banza a demandé qu’on ouvre deux comptes : un pour la CAN 2019 dont j’avais la signature et l’autre compte U-23 sous la coordination de M. Constant Omari. On a reversé tout, précise le S.G. Okito.

Et d’ajouter : ‘’Après avoir fait le travail, j’ai transmis officiellement le rapport de la CAN 2019. Et très curieusement, les amis m’ont déposé aussi un rapport U-23.  J’ai transmis le dossier à la Fécofa pour avis et considérations. Après constatation, la Fécofa va valider le dossier CAN 2019 et a rejeté le dossier de la CAN U-23 qui était fait à la hâte parce que copie collée de la Colcan 2019.  C’est ainsi que conformément à la décision, nous avons remis à M. Sabwe Elikya un montant de 90.000 $ afin que notre texte puisse être fignolé par un expert aguerri. Dans sa décharge, il n’y a rien à signaler. L’argent est destiné à un expert quelconque. Ensuite, on a décidé d’aller déposer notre candidature  à la CAF. Pour éviter toute surprise, on a remis une copie à M. Omari, une autre à M. Adrien et une copie à moi et mon collaborateur Kabamba. Nous sommes arrivés en Egypte moi, Kabamba et M. Adrien et on a déposé le dossier à la CAF comme membres du Colcan. En aucun moment il y avait eu une idée d’un contrat d’une maison  qui allait remplacer le Colcan.

Pendant qu’on était en train d’exécuter les instructions du 1er ministre, le vice-ministre du Budget et du ministre de sport, j’ai vu surgir un des membres du groupe pour que je puisse parapher un autre document parallèle à celui du Colcan où le monsieur m’a proposé de me rétrocéder beaucoup d’argent en me disant qu’il ne fallait pas fixer 90.000 $ mais facturer au-delà de 90.000 $. J’ai rejeté l’offre car cela risquait de contredire la décision du 1er ministre. Le même monsieur avait vu ensuite le ministre Banza et le président Omari qui ont également refusé l’offre qui, en fait, était une vaste escroquerie vis-à-vis du gouvernement de la république. Malheureusement pour la RDC et ce malgré que sa candidature était retenue pour recevoir les inspecteurs, le pays s’est retiré pour les deux compétitions car ayant privilégié les élections ».

Dans l’entretemps, fait remarquer le S.G Okito, le 1er ministre lui a demandé, à travers son Dircab, les justifications de 450.000 $ décaissés. Le sous-gestionnaire de crédit et le comptable ont préparé correctement le dossier et ont justifié l’utilisation de tous les fonds au mois de juin 2014. Donc, ce dossier Colcan s’est clôturé sans problème. Mais quelle n’a pas été  notre surprise d’apprendre qu’un groupe dénommé ATEM réclame au gouvernement congolais 684.000 Euros pour avoir confectionné 2 rapports de la Colcan 2019 et CAN U-23. Sans honte, ils vont utiliser un certain Timothée Efika ‘’Lenoir’’ pour nous salir tous et réclamer la paie de ce montant en euro.

Et le S.G de conclure en ces termes : « Personnellement, je considère que c’est une tentative d’escroquerie. Le gouvernement devra plutôt poursuivre ces aventuriers qui n’ont ni contrat, ni protocole d’accord, encore moins une convention avec le gouvernement de la RDC. Et dire qu’ils ont piraté les documents administratifs de l’Etat pour soutenir leur aventure. C’est ça la vérité pour ce dossier pour lequel nous devons rester vigilants afin que cette bande ne puisse pas gagner illicitement cet argent ».

*Boxe

Lukasi Eric élu hier président de la LIBOPOW-Kin

Comme prévu, les élections des membres de la ligue de Boxe Professionnelle Open et World series of Boxing de Kinshasa ‘’LIBOPOW-Kin’’ se sont tenues hier au Secrétariat Général aux Sports et Loisirs, stade des Martyrs.

A l’issue de ces élections, tous les candidats en lice ont été élus à l’unanimité des voix, soit  11/11. Ainsi, le comité élu de la LIBOPOW-Kin se présente comme suit :

Président : Lukasi Eric

1er V/P : Mundhu Fetty Baty

2è V/P : Colonel Palanga Nawej Elvis

3è V/P : à pourvoir

4è V/P : Ir Bofala Elanga

Secrétaire Exécutif : Tshingala Makila

Sec. Ex.adj : Kambayi Tshimukenga

Trésorier : TshimangaBiayi

Trésorier adj : Mme Mpasi Nsona.

Nous y reviendrons avec forces détails et surtout les interviews dans notre prochaine édition.

 

*Flash Judo

Les sportifs kinois ont rendu hier un vibrant hommage au Gd Me Vambanu Shi-Ku

(Lire détails dans notre prochaine édition)

(Antoine Bolia)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse