Rentrée parlementaire: Pius Muabilu salue le travail de l’Assemblée nationale et sensibilise pour les élections

par -
0 407
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’issue de cette double cérémonie de l’ouverture solennelle de la session parlementaire ordinaire de mars 2017 au Sénat et à l’Assemblée nationale, le député national Pius Muabilu Mbayu Mukala a accordé une interview à la presse. Au cours de laquelle, il s’est félicité du travail abattu par les députés nationaux à l’Assemblée nationale au cours de cette législature. Ainsi, le député réélu de Mont-Amba à Kinshasa se dit fier de l’Institution et de son président, l’honorable Aubin Minaku. Il a en outre salué la bravoure du président de la CENI, Corneille Nangaa, qui selon lui, est un technocrate chevronné, une fierté nationale qui va relever le défi.  Enfin, le célébrissime président du Congrès national congolais (CNC) lance un message de mobilisation de ses collègues politiciens en vue de sensibiliser leurs différentes bases pour des élections, seule formule magique qui reste, soutient-il. Dans les lignes qui suivent, l’essentiel de l’interview accordée à la presse par le président du groupe parlementaire Terre d’avenir, le député national Pius Muabilu.

L’Avenir : Etes-vous satisfait du travail abattu par votre chambre au cours des cinq dernières années ?

Pius Muabilu : « Je suis plus que satisfait du fait que nous avons fait notre part des choses. Je crois qu’en ce qui concerne le contrôle et le vote des lois, nous avons fait ce que nous devrions faire. Une centaine de lois, propositions et projets de loi, ce n’est pas facile. Nous n’avons pas à nous offusquer outre mesure. Les députés ont fait leur boulot. Je suis très content du travail qui a été abattu. Nous avons fait effectivement cinq ans avec le même président de l’Assemblée nationale, c’est formidable. Je suis très content ».

Beaucoup de gens ne donnaient pas la chance à ce bureau dans ses débuts. Mais aujourd’hui, cinq ans après, c’est pratiquement le même élan qui a été maintenu. Pensez-vous qu’il y a un héritage, il y a un modèle de gestion du bureau, un modèle de la gestion de la conduite des débats qui doit-être légué aux élus futurs qui viendront vous remplacer ou vous rejoindre ?

« Je crois que tout le monde a suivi le discours du président de l’Assemblée nationale d’aujourd’hui. C’est est un discours modéré. C’est un discours d’un homme d’Etat. C’est un discours vraiment responsable. C’est comme ça que se gèrent les histoires de l’Etat. On ne gère pas l’Etat avec la passion. Lorsqu’on est à la tête d’une institution comme l’Assemblée nationale, on est là pour servir la Nation. On n’est pas là pour se servir soi-même. On regarde d’abord l’Etat. Il faut avoir le sens de l’Etat. Donc, je crois que n’eut-été ce sens de l’Etat que Minaku a maitrisé de manière exceptionnelle, il n’aurait pas fait cinq ans. Contre vents et marées, il a pu nager dans ce marécage de manière exceptionnelle. Il est vraiment un véritable combattant au service de son peuple, au service de la Nation. De ce point de vue, je peux être fier, très fier de l’Institution, très fier du président de l’Assemblée nationale ».

Est-ce qu’aujourd’hui, l’actuel président de la CENI peut-il relever le défi face aux enjeux de l’heure ?

« Le président actuel de la CENI a été élu par ses pairs comme membre de la Société civile à la tête de cette institution. C’est un technocrate électoral de très haut niveau, sollicité par les institutions électorales à travers le monde. On a vu, après le départ de M. l’Abbé Malumalu en 2011, tout de suite, il a été happé par la communauté internationale. Même quand il est venu à la tête de cette institution, le connaissant un peu mieux, je disais à mes compatriotes, à mes amis politiques que ca ne servira à rien d’essayer de le faire glisser vers la politique. C’est un technocrate chevronné, qui garde bien ses deux pieds sur terre. Et je crois que nous devons en être fiers. Nangaa est une fierté nationale et une fierté internationale pour nous. Je crois qu’il faut le soutenir. Et je suis sûr et certain qu’il va relever le défi ».

Un message de mobilisation pour les élections ?

« L’objectif pour nous tous c’est aller aux élections. Si nous voulons aller aux élections, si nous voulons, nous les politiques, nous faire réélire (moi pour la troisième fois, au 1er juin, j’aurais 17 ans de vie parlementaire non stop), il faudrait aller mobiliser. C’est à ça que nous devons passer maintenant notre temps. Pas à autre chose. Gérer, les postes… tout ça. Je suis quant même inquiet, il y a beaucoup de gens qui parlaient du vote à une certaine période. Aujourd’hui, chaque fois que les politiciens se rencontrent, même à la CENCO, on ne parle plus du peuple. On ne parle plus de ces enfants qui ont raté les cours. On ne parle plus des maisons qui ont été brûlées. On ne parle plus de ces agences de banque qui ont été brûlées, de ces stations d’essence qui ont été brûlées. On parle de partage des postes. Non, le pouvoir vient de l’Eternel et il est exercé par le peuple. Il n’y a qu’une seule formule magique, c’est aller aux élections. Qu’on laisse de distraire les gens. Allons aux élections. C’est ça notre objectif ».

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse