Rentrée parlementaire de la session de mars 2017: Oscar Ntsaman salue le sens de l’appel à la paix d’Aubin Minaku

par -
0 316
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La tradition parlementaire a été respectée ce mercredi 15 mars 2017 au Palais du Peuple. Les députés nationaux ont repris le chemin de l’hémicycle, après les discours d’ouverture de la Session de mars, exceptionnellement budgétaire. Il est évident que la République Démocratique du Congo traverse le moment difficile de son histoire politique, en raison de la situation d’insécurité à Beni, mais aussi dans le Kasaï Central, avec la milice de Kamwena Nsapu. A cela s’ajoute la crise économique et le déséquilibre monétaire du Franc Congolais. Une année électorale qu’il faille se préparer et mobiliser les moyens conséquents. Cependant, la RDC a connu des situations atypiques, en ce qu’un digne fils du pays a tiré sa révérence ; un ancien Député national, mais aussi ancien Premier Ministre, à savoir Etienne Tshisekedi. Aubin Minaku a salué la mémoire de ce vaillant combattant de la démocratie et de la liberté en ce qu’il a invité les militants de l’UDPS à la paix pour honorer la mémoire de l’illustre disparu. Sans la paix, affirme Oscar Ntsaman-O-Lutu, la solution ne peut être trouvée, ni envisagée.

Finies les vacances parlementaires. Les élus nationaux du peuple congolais ont retrouvé depuis hier mercredi 15 mars 2017, le chemin du Palais du peuple. Ce, après la cérémonie de la séance d’ouverture par le discours du Président de la Chambre basse du parlement. Aubin Minaku  a épinglé le contexte politique, économique, sécuritaire et électoral que connait la République Démocratique du Congo. Il en va de même de son appel à la Cenco de poursuivre la mission des bons offices confiée par le Chef de l’Etat, pour la mise en place d’un nouveau gouvernement, issu de la signature de l’Accord du 31 décembre 2016.

Parmi les acteurs politiques congolais et députés nationaux en vue à l’Assemblée nationale, Oscar Ntsaman O Lutu, professeur d’université et promoteur de l’Université Cepromad, a confié à la Rédaction du Journal L’Avenir, l’analyse du discours du Président de l’Assemblée nationale sur le volet de la paix, un élément essentiel pour l’épanouissement d’un peuple.

Pour ce scientifique, doublé de la casquette d’homme politique  et élu national Palu, il a salué le discours du Président de l’Assemblée nationale, en ce qu’il était poignant  et consistant parce que du point de vue de management, l’on reconnait l’environnement, la situation telle qu’elle existe. Pour lui, au lieu de continuer à se plaindre, à pleurnicher, il faut agir, chercher des solutions. « Alors, la solution telle que proposée ici par le Président de l’Assemblée nationale, c’est la préoccupation pour la recherche de la paix. Là où il n’y a pas la paix, il n’y a pas de solution. S’il y a semblant de solutions, ces sont de solutions individuelles et personnelles et non une solution collégiale qui peut amener à améliorer le bien-être de chacun. Pourtant, on ne peut pas diriger un pays comme la République Démocratique du Congo sans tenir compte de l’intérêt commun de tous et d’un chacun », a-t-il fait savoir.

Ces propos, traduit dit-il, la volonté du Président de l’Assemblée nationale de s’adresser à la Conférence Episcopale Nationale du Congo de reprendre son bâton de pèlerin, en vue de remettre les deux camps en opposition pour trouver solution aux problèmes congolais.

Partant de la situation qui prévaut au sein du Rassemblement de l’opposition, le recteur Magnifique et Professeur Ordinaire a indiqué qu’il faille que cette famille politique n’accuse pas la Majorité présidentielle et ses alliés du désordre qui règne en son sein. La Cenco qui poursuit la mission des bons offices ne doit pas avoir un penchant à telle ou telle famille politique. C’est à juste titre qu’il applique le principe de Management en politique par ces termes : « Bien sûr, la Cenco n’est qu’un facilitateur, elle joue le rôle de bons offices, mais toujours à l’opposition à se mettre ensemble pour que nous puissions appliquer l’adage de Management qui dit : concevons ensemble, exécutons ensemble et évaluons ensemble », a-t-il conclu.   Ceci dit, les Congolais sont attachés à la paix ; à l’unité nationale quelle que soient les divergences qui opposent les acteurs politiques, la RDC reste indivisible et unie.  

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse