Renforcement des capacités d’enseignants au Centre d’enseignement Mboloko

par -
0 438
Le préfet Boyi Kizito au premier plan
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

277 participants venus de sept provinces formés sur les méthodes actives et participatives

Le Coordinateur urbain des écoles conventionnées protestantes, Grégoire Nsituayizatadi Mukiese a encouragé les participants au séminaire du Centre d’enseignement Mboloko « Les Gazelles » (session 2016), à emporter les acquis de la formation dans leurs écoles respectives. Saisissant la balle au bond, il a salué « le sérieux que mettent les organisateurs de ces assises ». Il s’agit en l’occurrence, a rappelé l’autorité, du chef d’établissement et des enseignants du C.E Mboloko. C’était dans son discours de clôture, vendredi dernier au sein de cet établissement au quartier Yolo nord dans la commune de Kalamu. L’école conventionnée relève de la Communauté presbytérienne de Kinshasa, CPK. Le préfet Boyi Kizito a rappelé la vocation de cet établissement : « Notre école s’inscrit dans la logique d’un type d’enseignement élitiste en RD Congo. (…) Nous sommes engagés dans la formation des enseignants, une sorte de remise à niveau de leurs capacités», a-t-il indiqué. Deux-cent soixante- dix-sept (277) participants ont pris part à ces assises qui ont couvert la période du 4 au 15 courant, sur le  thème : « Apprendre avec plaisir ». Outre la ville province de Kinshasa, les séminaristes sont venus du Bandundu, du Kongo central, du Grand Kasaï, du Kwango, du Sud Kivu.

Les formateurs ont eu pour centre d’intérêt les méthodes actives et participatives, pour deux groupes : d’un côté, les enseignants du Primaire et de la Maternelle et, de l’autre, ceux du Secondaire. Une session de formation similaire, une année plus tôt, a permis à quelque deux cent quatre-vingt-trois (283) enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire d’être recyclés.

« Emportez ce bel exemple dans vos écoles respectives », a exhorté le coordinateur urbain

Le Secondaire a eu 6 jours de se reformer en statistiques et Expression orale, tandis qu’en Maternelle et Primaire, 10 jours pour apprendre avec plaisir les techniques simples, susceptibles de créer le plaisir d’apprendre. Emportez ce bel exemple et cette joie dans vos écoles respectives, pour stimuler vos élèves, nos enfants, à étudier dans un contexte différent de la morosité qui a élu domicile dans nos établissements Rappelez-le à vos gestionnaires directs : l’avenir de notre système éducatif dépend de toutes ces petites pierres que chacun apporte à l’édifice, en améliorant sa méthodologie de travail. Car les référentiels imposés par le Programme ne limitent en rien votre imagination créatrice. Les autorités de l’Enseignement qui vous ont rendu visite vous l’ont signifié et vous ont sûrement encouragés.

Les participants s’engagent à faire mieux…

« Pendant ce séminaire de formation, nous avons appris l’équilibre de la trilogie de 3E dans la gestion participative. Entendu par-là : Elèves, Enseignant, Enseignement (…) Notre promesse est l’application à la lettre de tout ce que nous avons appris », ont dit les participants. Et d’ajouter : « Grâce à cette formation de dix jours, nous avons palpé les réalités du nouveau Programme national ainsi que des Nouvelles techniques et méthodes  de fabrication des matériels didactiques. Les leçons de démonstration nous ont permis d’acquérir des stratégies efficaces d’apprentissage. Les connaissances acquises doivent profiter à nos écoles respectives, afin que les élèves s’ouvrent aux merveilles de la vie et participent activement à leur propre épanouissement. La balle est dans notre camp, pour que nous nous mettions au travail, en vue d’améliorer les conditions de notre métier, car « enseigner doit changer », ont-il souligné.

Les objectifs ont été atteints, rassure le préfet 

Le Préfet et le directeur du primaire, Musu Karassa ont répondu à la presse. A la question : les organisateurs peuvent-ils affirmer que les objectifs ont été atteints ?

-Le préfet : Je pense que les objectifs ont été largement atteints. Dans la mesure où, tout a été exprimé dans le mot des participants. Ceux du secondaire ont suivi une formation d’une semaine. C’était principalement consacré sur les statistiques pour les classes des Mathématiques, et l’organisation du français pour les professeurs de français. A ce niveau-là, nous avons clôturé samedi 9 du mois en cours, après une formation de cinq jours. Ceux du Primaire et de la Maternelle, c’était encore cinq jours, donc dix jours de formation. L’on a constaté l’expression des participants, lors de saynètes, pour démontrer qu’effectivement, ils ont appris. Dans leur mot, en effet, ils sont disposés à appliquer les nouvelles méthodes, pour permettre que les élèves apprennent avec plaisir. Ils doivent communiquer ce plaisir, pour que l’école ne soit pas une corvée, que l’élève se sente bien à l’aise dans l’apprentissage, dans les enseignements, dans sa classe, dans son école.

Quand l’enseignant adhère à cette nouvelle méthodologie renforcée, l’inspecteur qui est entre l’employeur et l’enseignant, est aussi avisé à ce point de vue ?

-Le préfet : Nos formations sont suivies par le corps des inspecteurs, par le biais de l’inspecteur provincial principal (IPP) qui, non seulement est venu pour la cérémonie de  clôture, mais il est passé aussi pendant la session de formation, pendant les activités pour constater ce qui a été fait. Et à l’occasion, il a prodigué quelques conseils pour que cela soit d’application dans leurs écoles respectives, dès la rentrée prochaine.

-Nous traversons une période où certains manuels que nous avons connus voilà trente ou quarante ans sont en train d’être remplacés, il y a des auteurs qui disparaissent des salles de classes, à l’instar de Pierre Vanstraelen, pour citer ce cas. Quand les manuels changent, cela suppose que les organisateurs (ici présents) sont de connivence avec l’Etat-employeur ?  

-Ce manuel est dépassé. Nous avons eu l’opportunité et l’avantage de pouvoir réviser complètement ce manuel, sur demande de la Coordination catholique. Actuellement, le manuel de français édité par la Coordination catholique, porte la dénomination : français I, français II, français III, IV, V, VI. C’est complètement révisé selon les dispositions méthodologiques admises par le nouveau programme de français.

-Le directeur du primaire : le problème de manuel, c’est crucial. Nous recourons aux manuels qui viennent de l’extérieur qui, parfois, ne sont pas adaptés au milieu de l’enfant. Je pense qu’ici au Congo, nous avons des gens capables d’écrire vraiment de manuels adaptés aux besoins et au nouveau système d’apprentissage. C’est-à-dire les méthodes et centre d’intérêt pour pratiquer les méthodes actives et participatives. Quand les manuels ne sont pas adaptés, l’enseignement n’aura pas un très bon niveau, l’on va tâtonner.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse