Rencontre de Bruxelles: Juvénal Munubo affirme que l’UNC n’est pas partie prenante

par -
0 908
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Invité le lundi 06 juin 2016 à la Rédaction du Journal L’Avenir, le député national Juvénal Munubo Mubi, élu de Walikale dans le Nord-Kivu, a répondu à un certain nombre des questions d’actualité, notamment la rencontre de Bruxelles entre opposants, la question du respect du délai constitutionnel, la poursuite du processus électoral et la dénonciation de la balkanisation de son territoire.

S’appuyant sur le document déposé à la Chambre basse du Parlement par les 18 députés nationaux élus du territoire de Walikale, dans le Nord-Kivu, le député national Juvénal Munubo Mubi dénonce la tentative de partition de son territoire Walikale, sans tenir compte des avis des notables et habitants dudit territoire. Cette balkanisation, dénonce-t-il, constitue une haute trahison contre les natifs de Walikale qui voient en cet acte la volonté de fragiliser, de le convoiter du fait de ses richesses.

Par voie de conséquence, déplore-t-il, le fait de la négation permanente des autres communautés que certains cadres de la communauté Nyanga, conscients de la réalité ethnique du secteur des Wanianga continuent à nier l’existence des autres communautés, niant au passage l’existence de Batembo dans ce secteur, c’est révoltant, insiste-t-il. « Désormais, les Nyanga doivent se rendre compte qu’ils ne sont qu’une composante dudit secteur au même titre que les Bakumbule, les Bakusu, le Bahunde, les Bakumu et les Batembo », renseigne le mémo déposé au ministère de l’Intérieur, à l’Assemblée nationale et au Sénat.

La rencontre de Bruxelles, peine perdue

Faisant la restitution de différentes rencontres de l’opposition, plus précisément celle de Gorée, au Sénégal, le député national Juvénal Munubo atteste que l’objectif de Gorée était d’unir les forces de l’opposition, de les joindre en vue de réclamer le respect de la Constitution et du délai constitutionnel de la présidentielle à venir. « C’est la raison pour laquelle le MLC et l’UNC mon parti avaient accepté de participer à la rencontre de Gorée dans l’objectif d’unir nos forces. Il n’était pas question en premier temps de désigner le candidat commun de l’opposition. Il était question d’exercer la pression dans le respect de la Constitution, c’est-à-dire organiser de manifestations pacifiques, faire monter la pression de manière démocratique pour avoir la clarté dans le processus électoral, avoir une feuille de route, un calendrier qui respecte la Constitution », a-t-il fait savoir, au regard d’un sujet qu’aucun qualifierait de complot contre la RDC.

S’agissant de la rencontre de Bruxelles proprement dit, Juvénal Munubo atteste que son parti n’est pas partie prenante à cette rencontre, étant donné que l’objectif de ladite rencontre n’est pas clairement défini par le parti qui a invité certains leaders de l’opposition. Il est évident qu’il s’interroge sur les vrais mobiles de Bruxelles si seulement si, il s’agit de redynamiser l’opposition ? Et de préciser que le front citoyen auquel appartient son parti venait de lancer une campagne importante «Pasi na ngai, pasi na yo » destinée à la Police pour lui demander de faire leur travail, mais pas en exécutant des ordres illégaux, précise-t-il. « Bref, on n’a pas un ordre du jour bien précis. Vital Kamerhe, en grand visionnaire, ne peut pas engager l’UNC dans cette voie dont l’objet de la rencontre n’est pas clairement circonscrit », précise-t-il.

Quant à la question du délai constitutionnel en ce que l’impératif de l’identification des Congolais de l’étranger s’ajoute aux contraintes, l’élu de Walikale indique l’importance du démarrage du processus électoral. Nonobstant le fait que l’opération commence au mois de juillet, apprend-il, mais ne sait pas quand il va prendre fin. Et la raison de récuser les différents calendriers ne tient pas debout, fait-il savoir, du fait que la Ceni ne pouvait pas rester bras croisés en attendant l’hypothétique dialogue selon ses propres mots. « La Ceni ne peut pas attendre le dialogue, c’est comme si on suspendait l’avenir et la vie de toute une nation », soutient-il. Pour lui, rien ne doit arrêter le fonctionnement de la Ceni, dont certains de ses délégués sont contestés.

Pius Romain Rolland

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse