Remaniement et/ou réaménagement du Gouvernement: Les ministres et vice-ministres du Rassemblement au bord du gouffre

par -
0 252
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Si l’Accord du 18 octobre 2016, signé à la Cité de l’Union africaine a vu Samy Badibanga Ntita être nommé Premier ministre, avec un gouvernement hétéroclite, celui du 31 décembre 2016 dit de la Saint-Sylvestre nous réserve de surprises. Pince sans rire, le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenze attend appliquer l’Accord du 31 décembre avec un gouvernement d’union nationale avec toutes les composantes, notamment la Majorité présidentielle, l’Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre, l’Opposition Républicaine, le Rassemblement, le Front pour le Respect de la Constitution et la société civile. Question d’éviter les frustrations dans un camp comme dans un autre.

Somme toute, le nœud du problème quant à la composition des membres du Gouvernement ne posera pas un problème majeur au niveau de la Majorité présidentielle, ni du côté de l’opposition signataire de l’Accord du 18 octobre, moins encore à l’Opposition Républicaine. Toutes ces plateformes ne traversent pas la zone de turbulence politique comme celle qui se présente au sein du Rassemblement. Ce dernier, un monstre à trois têtes est à la base de la cogitation sociopolitique, d’une part, le camp de Tshisekediste conduit par  l’actuel Premier ministre et Joseph Olenghankoyi; d’autre part le camp des affairistes, conduit par  Tshilombo Félix et Pierre Lumbi, et ailleurs le camp des originaires, conduit par Patrice Mayombe.

C’est cette nébuleuse tricéphalique qui va retarder la publication imminente de l’équipe gouvernementale, en ce qu’au sein du Gouvernement issu de l’Accord du 18 octobre 2016, les vice-premiers ministres, ministres d’Etat, ministres et vice-ministres de la Majorité Présidentielle, de l’opposition signataire de l’Accord du18 octobre, l’Opposition Républicaine ne posent aucun problème quant à leur reconduction et/ou permutation dans la prochaine équipe gouvernement.

D’ailleurs, à en croire le Chef de l’Etat qui a donné des instructions fermes au nouveau locataire quant à la formation de son équipe gouvernementale, il n’entend plus tirer de choses en longueur quant à la souffrance de la population qui accuse le poids économique et de la perte de la valeur de Franc congolais.

Les observateurs et analystes des questions politiques ne cessent de s’interroger quant au sens même des concepts : « Remaniement et/ou réaménagement » du Gouvernement. Peut-on dire, qu’il s’agit de mettre en place un nouveau gouvernement ? Ou s’agit-il de repositionner  ou intégrer quelques politiques au sein du gouvernement ?

Le Rassemblement qui ne reconnaissait pas la qualité de l’ancien Premier ministre Samy Badibanga et des quelques ministres et vice-ministres la qualité des membres de cette plateforme, a soulevé des inquiétudes quant à la formation du futur gouvernement.

Si l’on évoque le concept « Remaniement », cela sous-entend remodelage ; réorganisation, restructuration, changement, modification, mutation, transformation et transmutation. Tandis que le concept « réaménagement » sous- entend : rééchelonnement.

Dans le cas d’espèce, que peut-on dire de l’actuelle équipe gouvernement en gestation dont le Premier ministre est déjà nommé ? Est-ce un remaniement ou un réaménagement ? L’une de deux choses, convient parce que le remaniement ne peut s’opérer qu’au sein de la plateforme qui met en doute et en cause ses ministres ; et le rééchelonnement peut provenir de l’intégration de nouveaux membres du gouvernement au sein de l’équipe existante. Ceci étant, tous les vice-premiers ministres, ministres d’Etat, ministres et vice-ministres de la Majorité Présidentielle, de l’opposition signataire de l’Accord du18 octobre, l’Opposition Républicaine seront maintenus et/ou permuté selon la vision de l’actuel locataire de la maison de Patrice Emery Lumumba en injectant le  nouveau souffle dans son équipe gouvernementale. Ceci dit, dans le but de gagner du temps devant l’impératif de l’organisation des élections, à 8 mois du chronogramme fixé conformément aux accords signés par toutes les parties prenantes aux discussions de la Cité de l’Union africaine tout comme celles du Centre Interdiocésain.

Partant, les inquiétudes sont plus vives au sein des membres du Rassemblement qui se querellent les postes ministériels, renvoyant au calendre grec l’organisation des élections celles, pour lesquelles la République Démocratique du Congo traverse la zone de turbulent ; la ruse de tous les pays qui ne cherchent et souhaitent son implosion.

Dieu étant toujours du côté de juste, la Rdc ne s’en mêle d’aucune affaire interne d’un tiers Etat, que les autres Etats ne s’en mêlent pas aux nôtres, question de souveraineté et dignité, dixit Joseph Kabila.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse