Relance de la filière café-cacao: Des recommandations pour lever les contraintes

par -
0 422
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Du 18 au 20 juin 2018 s’est tenu à Kinshasa, la première édition du Forum Expo Café cacao, placé sous le thème : « la relance des filières agricoles café et cacao en République démocratique du Congo par l’amélioration de la productivité, de la qualité, de la commercialisation et du climat des affaires ». Et ce, dans l’objectif de faire l’état des lieux des filières café-cacao en identifiant les obstacles majeurs à la production, à la recherche, à la transformation, à la certification et à la commercialisation du café et du cacao en vue d’en formuler les recommandations idoines pour la promotion et la compétitivité de ces produits.

A l’issue des travaux en ateliers, plusieurs contraintes ont été relevées et des recommandations pertinentes ont été formulées. En ce qui concerne la production, la recherche, la transformation et les infrastructures, les participants ont épinglé le manque de semences améliorées, le vieillissement des vergers/plantations, l’absence de relève, l’insuffisance d’encadrement des planteurs/producteurs, le manque de politique de financement, détérioration des routes de desserte agricole, insuffisance de financement alloué à la recherche agronomique, recherche moins performante, dégénérescence des matériels génétiques, multiplicité des problèmes phytosanitaires, etc.

Au sujet de la certification, la normalisation, le marketing et les opportunités de marchés, les contraintes suivantes ont été relevées : faible quantité et qualité produite, manque de planification de la relance, infrastructures insuffisantes, déficit d’information sur les opportunités d’affaires (foires, salons), faiblesse d’encadrement des filières, manque de traçabilité des produits de la production à la commercialisation, insuffisance de culture normative et de vulgarisation des normes, etc.

Concernant le financement, l’investissement, l’environnement des affaires et partenariat public-privé, il y a lieu de citer l’existence d’une fiscalité et parafiscalité lourde et asphyxiante, tracasseries administratives et multiplicité de barrières, perceptions illégales des services non commis aux postes frontaliers ou frontières, fraude encouragée par les agents au niveau des postes frontaliers, perception de 1% du chiffre d’affaires en cas du résultat déficitaire du bilan des planteurs ou producteurs du café et cacao.

Quant à l’autonomisation et l’encadrement des femmes et des jeunes dans la production de café et cacao, l’on cite les difficultés d’accès à la terre et au marché pour les femmes et les jeunes, difficultés d’accès au financement, insécurité récurrente pour les femmes dans les zones de production du café-cacao, insuffisance de l’encadrement agricole et cantonnement des femmes dans le maillon, et faible intégration dans les autres maillons (transformation et commercialisation). Au regard de tout ceci, plusieurs recommandations ont été formulées, pour changer les choses et permettre à cette filière de profiter à l’économie congolaise.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse