Réhabilitation de l’avenue du Flambeau: Une lueur d’espoir pour les usagers de la route

par -
0 413
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après une période de vache maigre que les usagers de la route du Flambeau dans la commune de Barumbu ont traversé, les travaux de réhabilitation de cette route d’une extrême importance ont débuté sur ce chantier. Mieux vaut tard que jamais, dit-on.

Dans le lot des routes endommagées figure celle de l’avenue du Flambeau. Cette route qui relie la commune de Barumbu au centre-ville n’était que l’ombre d’elle-même de bout en bout. Pourtant, elle est d’une courte distance pour les transporteurs, soit en moins de 5 minutes de la Ville on peut atteindre la Commune de Barumbu, via le quartier Beau Marché. Avec son impraticabilité, au lieu que la distance se raccourcisse, elle devient longue, pleine de secousse avec un temps minimum de 30 minutes pour atteindre Beau Marché lorsqu’on vient du centre-ville.

Malgré les cris de détresse des usagers de véhicules, la situation de cette avenue ne faisait que s’empirer du jour au lendemain. Pas plus tard que le vendredi 12 juin, les engins de l’Office de Voirie et Drainage ont posté sur la jonction de l’avenue Kabambare contre Flambeau. Il s’agissait d’enlever l’ancien goudron mal posé, creuser la partie, mettre les moellons puis couvrir de caillasse, peu avant de poser la couche d’enrobées.

Il est opportun de souligner qu’en cette période de la saison séchée constitue le moment propice pour remettre les routes en bonne état. Surtout, lorsqu’on sait qu’à Kinshasa, la pluie s’accompagne souvent d’un lot de méfaitscontre l’environnement. D’où, la nécessité de mettre une bouchée double pour qu’en outre l’avenue Kabasele Tshamala, ex-Flambeau qui commence à recouvrer sa plus belle robe, les avenues Luambo Makiadi, ex-Bokasa, ltaga, de l’Ecole, de Marais, l’avenue du Commerce et l’avenue du Bas-Congo offrent un tableau d’un désespoir futur.

Il est bon de construire le pays, comme l’on a si bien le voir à travers la magie de la télévision, en ce qui concerne la ville de Kindu qui retrouve petit à petit sa beauté par l’asphaltage des routes. Ce travail magnifique, certes ne vient pas de la volonté du gouverneur de cette province, mais plutôt de la politique du gouvernement central. La question que les observateurs et analystes s’interrogent est celle de savoir, pourquoi les avenues Luambo Makiadi, ex-Bokasa, ltaga, de l’Ecole, de Marais, l’avenue du Commerce et l’avenue du Bas-Congo n’attirent-elles pas la curiosité du gouvernement central ? Lorsqu’on jette un coup d’œil sur ces avenues, l’on croirait que l’on vit à l’époque de la préhistoire, tellement qu’elles sont dans un état de délabrement très avancé.

Avec la réhabilitation de la jonction des avenues Kabambare et Kabasele Tshamala, ex-Flambeau, il y a de quoi que le quotidien l’Avenir s’en féliciter, à travers ses papiers interpellateurs. Pourvu que la couche de l’enrober ait un volume conséquent pour éviter que le travail soit bâclé. Par ailleurs, la partie qui attend d’être réhabilitée sur ce tronçon est celle qui part du pont Bralima jusqu’à l’entrée de l’avenue sans logis, puis celle de la partie où se situe l’hôtel Phoenix. Il importe de souligner que si les routes réhabilitées ne durent pas, c’est en effet premièrement à cause de l’absence de rails dont les marchandises conviées pour certaines compagnies sont transportées par voie routière au lieu de le faire par voie ferrée. Ce sont les véhicules poids lourds qui parfois sont à la base de la destruction des routes. Outre les véhicules, la technicité ou la technologie n’est pas adaptée au standard des routes.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse