Regard de scientifique

par -
0 322
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Professeur Edouard Gatembo : « Pour un avenir radieux de la jeunesse congolaise, la révision de la loi cadre une nécessité »

 Pour des raisons historiques, le Professeur ordinaire Edouard Gatembo nu-Kake signale que notre pays a énuméré les différentes rencontres entre acteurs politiques congolais depuis l’indépendance. Toutes ses assises ont eu pour centre d’intérêt des questions d’ordre politique.

Aussi, le Professeur a-t-il émis le vœu que les congolais saisissent la énième opportunité que le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange en véritable visionnaire donne par la convocation du Dialogue national inclusif. Ce rendez-vous étant déterminant pour l’envol de la RDC.

Le dialogue inclusif pour prendre un vrai élan

Autant de fois les politiciens congolais se sont retrouvés pour des dialogues sous différentes appellations mais qui, en réalité, ne sont pas parvenus à colmater les brèches qui obstruent le décollage de notre pays. Il y a eu les dialogues de : Antananarivo, Coquilathville, Lovanium, Luluabourg, Conférence Nationale Souveraine, Palais de Marbre I, Palais de Marbre II, N’Sele I, N’Sele II, Conclave du Palais de la Nation, Lusaka, Addis-Abeba, Bruxelles, Sun-City I, San City II, Concertations Nationales du Palais du Peuple Toutes ces rencontres n’ont rien apporté au peuple congolais.

Pour relever le défi de ce que le Professeur Gatembo appelle l’opportunité historique aux congolais, les partis politiques doivent afficher une attitude responsable parce que dans toutes ces assises ce sont des partis politiques qui  étaient des invités de marque, mais qu’est ce qu’ils nous ont apporté ? Pourquoi les partis politiques, nous en comptons aujourd’hui plus de 475 dans notre pays, entretiennent-ils le pont entre eux et le pouvoir ? C’est parce qu’ils veulent avoir des postes alléchants mais pendant ce temps ils n’entretiennent pas le pont entre eux et le peuple. Tout ce qu’ils ont fait dans toutes ces rencontres n’a rien apporté à la Nation congolaise.

A la Conférence Nationale Souveraine, c’était quoi ? Le partage de perdîmes et la recherche des postes en faisant des courbettes auprès de Mobutu.

Les élections auxquelles nous aspirons aujourd’hui après le Dialogue inclusif doivent être pour le développement du pays et non pour la politique.

En visionnaire avisé et dans le souci de renforcer notre jeune démocratie, le Chef de l’Etat a eu l’ingénieuse idée d’instituer le Dialogue. Il voudrait, cette fois-ci, que la rencontre des congolais autour d’une table le soit pour la bonne gestion de la chose publique afin de permettre à la RDC de prendre un envol définitif.

D’une façon générale nous retiendrons que notre pays n’est pas bien organisé or, qui dit organisation dit politique et qui dit encore organisation dit administration. Et l’organisation dépend du statut du pays, de la société.

La RDC, un état unitaire

La République démocratique du Congo est un état unitaire et non fédéral. Sur ce volet, notre hymne national est notre prière qui nous renseigne l’unité et qui nous dit que la RDC est un don de Dieu. Il est aussi le pays de nos aïeux. Ceci pour dire que la réussite de notre organisation doit tenir compte des anciens. Et comme les lois sont faites pour la bonne organisation, il est impérieux que toutes les lois congolaises soient rédigées selon le statut et l’attribut de notre pays en commençant par la loi fondamentale appelée « CONSTITUTION » et ces lois doivent être faites par les congolais eux-mêmes. Il appartient à l’Assemblée Nationale et au Sénat de veiller à l’esprit unitaire de toutes les lois congolaises.

L’Assemblée Nationale doit, en plus, veiller aux partis politiques qui sont des assemblées des personnes qui ont une doctrine, une idéologie pour la gestion du pays. Un parti politique est une école qui éduque la population pour la paix et le développement.

Aujourd’hui, le Chef de l’Etat qui tient au développement du pays convoque un Dialogue inclusif qui veut simplement dire que les politiciens  de gauche et de droite vont se mettre autour d’une table pour discuter de quelques choses de nouveau sur le plan de l’organisation. L’on devra aussi dans le respect de notre Hymne National associer autour de cette table les représentants des Chefs coutumiers qui sont à la base. Cette primeur apportera quelque chose de nouveau pour l’envol définitif de la République démocratique du Congo.

Nécessité de la révision de la loi cadre

Regardant ce qui se passe dans notre environnement et singulièrement en ce qui concerne le domaine de l’éducation prélude à l’avenir de notre pays, le Professeur ordinaire Aimé-Edouard Gatembo nu-Kake a voulu partager avec la presse les préoccupations qui sont les siennes en cette période tumultueuse de l’évolution de notre pays.

Dans ce contexte, il a, en premier lieu, abordé un point très saillant pour l’avenir de la jeunesse congolaise. Celle-ci devra être bien formée dans des écoles très fiables avant d’aller poursuivre leurs études supérieures dans des universités dignes de ce nom parce que l’avenir du pays en dépend. A ce propos, il dit : « L’Université est une institution internationale qui a pour tache fondamentale, l’étude de la vérité. Par étude de la vérité on entend  l’acquisition des connaissances, de savoir dans tous les domaines de la vie.

Ainsi donc, pour étudier ces vérités, l’Université procède par la recherche scientifique qui est la méthodologie appelée logique.

Pour arriver à un savoir, l’Université procède par la recherche de la logique qui donne les vérités sur l’ensemble des sciences. Ce qui veut dire que la science est l’ensemble des connaissances acquise par la logique. Et si les connaissances scientifiques sont logiques alors elles ne sont pas douteuses, elles sont vérifiables et expérimentales. Malheureusement en suivant cette procédure, l’on se rend vite compte que ces connaissances ne sont pas les seules parce qu’l y en a d’autres qui sont acquises par d’autres méthodologies.

Il y a plusieurs connaissances qui sont difficilement vérifiables et qu’on qualifie de connaissances douteuses. Un exemple : les chrétiens catholiques parlent de la Sainte Trinité qui signifie que dans un corps, il y a trois personnes. C’est une connaissance acquise par la foi mais scientifiquement il est impossible que cela puisse se faire. Un corps ne peut pas se substituer en trois personnes.

Une autre connaissance : le Rêve. La nuit vous rêver que votre père au village est décédé. Le matin en vous réveillant, vous recevez un appel du village où on vous annonce la mort de votre père. C’est une connaissance. Demain, vous rêvez que vous êtes devenu Président de la République mais le matin vous remarquez que vous n’avez pas bougé et que vous êtes toujours dans votre routine habituelle. Alors si le premier rêve était tombé juste, le deuxième n’en est pas et pourtant, vous l’avez acquis par une connaissance douteuse.

Et l’on retiendra que toutes les connaissances acquises selon d’autres méthodologies que la logique. Ce sont des connaissances douteuses.

On retiendra que l’Université est une institution qui forme des hauts cadres dont le monde a besoin pour son développement. Elle n’est pas autorisée à recevoir n’importe qui si ce ne sont des gens intelligentes car dans ses objectifs l’Université forme des concepteurs, c’est-à-dire des techniciens, des sages qu’on doit ensuite utiliser pour le développement du pays.

En plus ces hauts cadres que l’Université forme doivent être des gens bien éduquées qui ont acquit des connaissances d’autant plus que ce que ce que cette institution donne est universelle. Cela dépend aussi des personnes qui enseignent : les Professeurs. Ils ont des assistants qui doivent aussi être des gens imbues des connaissances. En dehors de leur connaissance, de leur intelligence il faut leur donner de l’argent. C’est la raison pour laquelle à l’Université, il y a la bourse. 

La bourse est donnée aux étudiants parce qu’il y a des gens très intelligentes mais très pauvres. Le pays intervient en aidant ces enfants à aller à l’Université en leur accordant la bourse.

Il y a un fait que même les personnes les plus riches du monde n’ont jamais eu la latitude d’avoir leurs Universités privées. Les partenaires traditionnels des Universités se sont des Eglises et l’Etat. Cependant en République démocratique du Congo, des individus se prélassent fondateurs des Universités et même certains Professeurs ici sachant qu’ils n’ont pas d’argent se permettent de transformer leurs maisons en « Universités ». C’est vraiment paradoxal. Ces gens qui sont en fait que des commerçants se permettent dans un esprit commercial à taxer aux des fortes sommes d’argent qu’ils payent comme frais académiques simplement pour prendre à eux seuls les 40% et distribuer les 60% aux professeurs ainsi qu’à d’autres situations annexes d’où ceux qui donnent cours dans ces Universités loin de devenir clochards et, faute de mieux, se font le tour de soi-disant Universités pour donner cours et renflouer leurs poches au dépens des enfants qu’on prétend former pour l’avenir de notre pays demain.

A l’époque, lorsque nous grandissions il n’y avait pas beaucoup d’Universités. Cet apanage revenant aux Eglises il y avait l’Université Lovanium (Université de Kinshasa aujourd’hui » à l’époque pour la colonie puis placée à la gestion de l’Eglise Catholique ; Université Libre du Congo (Université de Kisangani) de l’Eglise Protestante et l’Université Officielle du Congo (Université de Lubumbashi) œuvre de l’Etat. Aujourd’hui, sans faire allusion aux Instituts Supérieurs, il y a l’Université Pédagogique Nationale (Œuvre de l’Etat) ; l’Université William Booth (Eglise Armée du Salut) ; l’Université Protestante du Congo (Eglise Protestante) ; l’Université Catholique du Congo (Eglise Catholique) ; l’Université Révérend Kim (Eglise Moon), l’Université Simon Kimbangu (Eglise Kimbanguiste)… En dehors de celles citées ci-haut, nous n’en voyons pas d’autres de fiables ».

Le Professeur Gatembo a conclu en demandant aux autorités de mettre un frein à la prolifération des Universités qui, en réalité, ne sont que des boîtes de pandores qui ne forment pas correctement les élites de demain pour notre pays. Une révision de la Loi cadre arrangerait beaucoup de choses et remettrait de l’ordre dans le secteur de l’enseignement en RDC.

(Kingunza Kikim Afri ) 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse