Réforme de la police nationale congolaise: E. Boshab salue la formation de 420 policiers à Kasangulu

par -
0 774
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est à Kasangulu, dans la province du Kongo Central que le Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité a, au nom du Chef de l’Etat, Président de la République et Commandant Suprême de la Police Nationale Congolaise, présidé la cérémonie de prestation de serment de 420 policiers. Ces hommes en tenue bleue, cadres et agents de l’ex Police Judiciaire de Parquet, vont désormais servir sous le drapeau comme policier.

Pour le Professeur Evariste Boshab, il se réalise en République Démocratique du Congo des choses qu’hier encore étaient du domaine de l’impensable et donc de l’irréalisable. « En effet, in tempore non suspecto, personne n’aurait cru dans notre pays, que la Police Nationale deviendrait un jour un service public bien au service des populations, socle de la démocratie et levier du développement ».

 Un nouveau grand pas franchi

Ceci dit, c’est un nouveau grand pas franchi vers la réforme de la Police Nationale Congolaise, affirme le Commissaire Général Charles Bisengimana qui coupe court à la polémique des hommes et des femmes de l’ex police judiciaire de parquet qui font partie à part entière de la police Nationale Congolaise.

L’occasion faisant le larron, le patron de la territoriale a rendu un hommage mérité à l’initiateur de la Réforme de la Police Nationale Congolaise, à savoir le Président de la République Joseph Kabila. Il a en outre indiqué que cette réforme va s’étendre à travers tout le territoire national, car dit-il, « Ceci démontre que la réforme, non seulement, est bien engagée, mais elle est irréversible. La suite c’est que nous allons entrer dans les différentes provinces ; on va devoir regrouper les provinces deux à deux pour aller rapidement de telle sorte que, au plus tard en juin on ait fini avec la formation », souligne le Vice Premier ministre, ministre en charge de l’Intérieur.  

La volonté du législateur exprimée

A en croire le patron de la territoriale, tous réunis à Kasangulu, devraient à l’unisson, présenter au Chef de l’Etat leurs hommages les plus déférents car, la révolution de la modernité, c’est aussi cette police républicaine, citoyenne et totalement au service du peuple.

« Il vous souviendra qu’au mois de juillet dernier, en ce même lieu, j’exprimais la détermination du Gouvernement de la République d’accompagner la mise en œuvre de la réforme voulue et initiée par le Commandant Suprême des forces armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise. Un des piliers de cette réforme concernait l’unicité de la fonction policière, avec comme corollaire l’intégration de la Police Judiciaire des Parquets et du BCN-INTERPOL au sein de la Police Nationale Congolaise. Et pour l’heure, il s’agit de nous assurer que l’ex-Police Judiciaire des Parquets ainsi que le BCN-INTERPOL font belle et bien partie de notre Police Nationale. Telle a été la volonté du législateur, et la Loi Organique n°11/013 du 11 août 2011 est claire et précise à ce sujet », a indiqué le VPM Evariste Boshab.

Poursuivant son speech, le Vice Premier Ministre, ministre de l’Intérieur a souligné que les heureux récipiendaires de cette session jumelée et tous les policiers savent qu’il faut faire de notre Police, une police à la grandeur de la dimension des ambitions de la République Démocratique du Congo, sur le plan continental et planétaire et qui s’arrime aux standards internationaux, sans édulcorer nos réalités sociologiques, passe aussi par la connaissance de ses rudiments.

« J’ai appris que sur différents thèmes stratégiques et d’actualités, la Police a initié une série de séminaires, j’en suis fier et vous invite à persévérer, car c’est de votre efficacité et professionnalisme que dépend l’enracinement de la démocratie », a lâché le patron de la territoriale, fier de sa police.

La responsabilité de la Police

Cette dernière est placée au carrefour de grands challenges comme le terrorisme, la cybercriminalité, les faits insurrectionnels ainsi que les nouveaux crimes transfrontaliers qui deviennent de plus en plus pernicieux, il est important qu’au niveau stratégique, des réflexions soient dégagées et que des options soient levées sans s’engluer dans des considérations politiciennes, car la police est au service de toute la cité.

Il ne peut en être autrement, compte tenu de la position géopolitique et géostratégique de la RD Congo, affirme Evariste Boshab. D’ajouter que dans les jours qui viennent, le Gouvernement suscitera des journées de réflexion sur les thèmes majeurs au niveau de la Communauté de Sécurité. « Près de 400 élites viennent de subir une formation digne de ce nom et pour laquelle s’est investi un corps de formateurs tout aussi d’élite et composé des nationaux. C’est dire que la République Démocratique du Congo ne fera plus, sans entamer l’intérêt que nous avons dans le cadre de la coopération policière avec d’autres pays, dans les prismes de penser que le meilleur pour nous se trouve ailleurs », a-t-il insisté.

C’est l’occasion donc pour le vice Premier ministre, ministre de l’Intérieur qu’au nom du Gouvernement de la République, de rappeler du haut de la tribune tout l’intérêt qu’il y a à harmoniser les curricula de toutes les formations reçues de nos partenaires afin de les adapter aux besoins et réalités congolaises.

Au nom du Président de la République et Commandant suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise, le Vice Premier Ministre en charge de l’Intérieur, Evariste Boshab a lâché ce qui suit : «  Aux âmes braves, la nation est reconnaissante. Pour cela, je ferai du plaidoyer en faveur du policier et de la Police l’une de mes plus grandes priorités », a-t-il fait mention.

(Pius Romain Rolland)

 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse