Reçus par le Premier ministre: Les partenaires au développement réfléchissent sur comment appuyer la Rd Congo

par -
0 516
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Premier ministre Matata Ponyo a eu une séance de travail le 15 juillet dernier avec les Nations Unies et les représentants de grandes institutions financières internationales dont la Banque africaine pour le développement (BAD), le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies et Coordonateur du système des Nations Unies.

Au sortir de cette audience, M. Mamadou Diallo a indiqué que nous sommes venus rencontrer le Premier ministre pour faire le point sur la situation économique, mais aussi sur la nécessité de discuter avec le Gouvernement et les partenaires de la Rd Congo sur les actions à mener dans le cadre de l’effort de stabilisation et de la préservation du cadre macroéconomique du pays. « Nous sommes tous conscients que le Congo, à l’instar de certains pays de la région et certains pays au-delà de la région a subi de plein fouet le choc qu’a constitué le retournement de conjoncture sur les cours des matières premières dont le Congo est un grand exportateur », dit-il, avant d’ajouter que ce choc se traduit actuellement par un recul de réserves du pays, un changement dans la dynamique du taux de change, mais également un certain impact sur le pouvoir d’achat de la population et aussi sur le rythme de croissance de ce pays qui avait atteint un rythme de croisière de 8 9% l’an.

Toutes, dit-il,  ces questions nous interpellent entant que partenaires du Congo dans la mesure où pendant qu’on parle de la situation politique du Congo, il est important de rappeler que les dernières années dans ce pays se sont traduites par une stabilité macroéconomique remarquable, des progrès remarquables en matière de croissance économique, mais également le renforcement de l’impact de la croissance économique sur l’amélioration des conditions de vie de la population.

«  Nous sommes soucieux, en même temps que le gouvernement du Congo, les amis du Congo, les partenaires du Congo sur la présentation de ce cadre macroéconomique afin  que les Congolais quelque soit le lieu où ils vivent au Congo où ils travaillent, continuent de bénéficier des retombées de cette croissance économique et de cette stabilité ».

Mamadou Diallo révèle qu’ils ont eu l’opportunité de partager leurs préoccupations et leurs inquiétudes avec le Premier ministre, mais aussi leurs espoirs. Et en retour, il nous a entretenu sur les efforts que le Gouvernement est entrain de faire, les actes qui ont été posés, des résultats obtenus, mais également des défis auxquels le Gouvernement est train de faire face pour pouvoir préserver ce cadre macroéconomique. Il nous a demandé d’être à côté de lui, de l’accompagner, d’accompagner le Gouvernement et le peuple congolais dans cette période délicate afin que ce cadre soit préservé parce que le Congo puisse continuer sa marche en avant dans le cadre du progrès économique et social.

Et de renchérir qu’il nous a également alerté sur le fait que pendant qu’il y a des discussions sur le domaine politique, il faut prêter attention à la situation économique et au cadre macroéconomique, parce qu’ils peuvent aussi être comme ils ont été facteurs de paix et de stabilité. Ils peuvent aussi générer de l’instabilité, d’où la nécessité de les préserver et d’investir maintenant pour soutenir les efforts du Gouvernement, afin que le jour où la conjoncture change positivement sur le marché international des matières premières, que le Congo puisse être à mesure de pouvoir bénéficier de ce retour favorable.

Pour un appui budgétaire

Pour le Directeur des Opérations de la Banque mondiale, Ahmadou Moustapha Ndiaye,  au cours des discussions, nous avons examiné avec le Premier ministre l’ensemble des panoplies des instruments disponibles au plan international et national pour la préservation du cadre macroéconomique. Evidement ce qui revient dans la discussion, c’est d’abord l’appui budgétaire, c’est l’instrument qui est le plus connu, qui est le plus utilisé et dont l’utilisation est la plus maîtrisée. Mais dans ce contexte comme celui-là, les discussions sur l’appui budgétaire ont buté sur d’autres questions qui sont en dehors du cadre macroéconomique que le Premier ministre a partagé avec nous. Mais il a émis le souhait que peut-être dans le cadre de nos discussions, qu’on fasse une certaine dichotomie dans les discussions sur la sphère politique et électorale de ce pays…

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse