Recrudescence de cas des violences sexuelles à Kisenso

par -
0 581
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

CONAFED plaide pour l’amélioration de l’accès à la justice des victimes

La Concertation des Collectifs et Association Féminines de la Région des Grands Lacs (COCAFEM/GL), à travers son collectif membre, le Comité National Femme et Développement (CONAFED), a dénoncé dans une déclaration rendue publique à Kinshasa les cas graves des violences sexuelles dans l’une de communes périphériques de la capitale commis au premier semestre de l’année en cours. Cette structure de la société civile indique qu’en date du 30 juillet 2015, une fillette âgée de 4 ans a été violée par un groupe de quatre bandits qui ont fait incursion dans leur maison la nuit et le viol est intervenu après avoir dévalisé leur maison.

Deux autres cas ont été signalés dans la même municipalité. Il s’agit du viol d’une fille de 7 ans par un évangéliste d’une Eglise de la place le 17 mai dans son Bureau, dans l’enceinte même de l Eglise. Le 29 avril, c’est un fils d’un bailleur qui avait commis son forfait sur la fille de leur locataire âgée de 9 ans. Il faut noter que tous ces cas ont été pris en charge médicalement grâce à l’appui du Comité national femme et développement qui a également assuré aux victimes la prise en charge psychosocial.

Eu égard à cette situation, le CONAFED se dit profondément préoccupé par le fait que les violences sexuelles et basées sur le genre constituent un frein à la jouissance des droits sexuels et reproductifs ainsi qu’au développement. Il condamne ces actes et rappelle les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux sur la prévention et l’éradication des violences sexuelles basées sur le genre faites aux femmes et aux filles pour que les auteurs de ses actes soient punis. Rodin Muvuyu, chargé de programme de cette structure reconnait par ailleurs les efforts fournis par le Gouvernement congolais à travers la mise en place des lois et cadres institutionnels. Il souligne que l’éradication de ce phénomène passe par un travail de synergie de tous les acteurs.

Déterminé à contribuer à l’éradication de toutes les formes des violences sexuelles faites aux jeunes filles et aux femmes en RDC, il recommande au Gouvernement d’appliquer effectivement les lois relatives à la lutte contre les violences sexuelles; d’améliorer l’accès des victimes à la justice, conformément au protocole de prise en charge juridique appuyé par la gratuité du certificat médical. Aux organisations de la société civile d’informer les victimes et leurs familles de leurs droits et de procédures judiciaires et leur offrir une prise en charge psychologique.

Aux partenaires internationaux, le CONAFED demande d’amener le Gouvernement congolais à mettre en œuvre les reformes susmentionnées en lui fournissant une assistance financière et technique et de renforcer les capacités des organisations de la société civile et des médias dans la vulgarisation des instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux. Les médias n’ont pas été du reste épargnés. Il leur est demandé d’organiser des débats et émissions radiotélévisées et de produire des articles de presse sur les cas des violences sexuelles basées sur le genre.

(Hervé Mujinga/Cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse