Recevant les Groupes parlementaires et les présidents des Assemblées provinciales

par -
0 758
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
  1. Kabila annonce la convocation de la session extraordinaire du Parlement

*Recevant hier au chapiteau de la Cité de l’OUA les Groupes parlementaires de la Majorité présidentielle et de l’Opposition, le Président de la République leur a annoncé l’impérieuse nécessité de convoquer une session extraordinaire du Parlement, particulièrement en ce qui concerne l’adoption du projet de loi portant répartition des sièges pour les élections locales

* Par la suite, Joseph Kabila a reçu la délégation des Assemblées provinciales de toute la République démocratique du Congo. Ces Assemblées de onze provinces du pays ont soumis au Président de la République un travail qui reprend la situation politique et sécuritaire, le processus électoral et le dialogue proprement dit. Elles ont proposé que le dialogue puisse se tenir sous son leadership pour un temps moyen de deux semaines, avec un nombre raisonnable des participants pour ne pas tirer les choses en longueur

En perspective du dialogue que le Chef de l’Etat doit convoquer en République démocratique du Congo pour trouver solution aux problèmes qui se posent avec acuité, les consultations ont continué leur bonhomme de chemin au chapiteau de la Cité de l’OUA et dans la grande salle de la même bâtisse.

Pour la journée d’hier, le Chef de l’Etat a échangé avec tous les Groupes parlementaires de la Majorité, tout comme de l’Opposition, de l’Assemblée nationale. Par la suite, il a reçu les Présidents des Assemblées provinciales de onze provinces de la Rd Congo.

Parlant de la réunion avec le n°1 du pays, Aubin Minaku, Président de l’Assemblée nationale a expliqué que le Président de la République a été patient, parce qu’il a permis à tous les groupes parlementaires à l’Assemblée nationale, de la Majorité tout comme de l’Opposition, à pouvoir s’exprimer. « Et comme vous connaissez mieux les députés, ils ne sont pas allés par le dos de la cuillère », dit-il.

Le Président de la République a répondu en insistant sur le fait qu’il faut qu’il y ait une cohésion, il faut que nous puissions de temps en temps échanger nous les élus directs du peuple, apprend-t-on de la bouche du Speaker de la Chambre basse du Parlement, qui dit avoir noté que le processus d’installation de nouvelles provinces doit suivre son cours, quelles que soient les contraintes, notamment d’ordre financier. Ce processus doit arriver à terme et il ne sert à rien de reculer en ce moment, insiste-t-il.

Concernant le calendrier global, martèle-t-il, nous avons aussi noté qu’il faut tout mettre en œuvre pour que les élections commencent comme prévu et que nous puissions d’abord vider les arriérés électoraux, avant de poursuivre avec le reste. « Nous avons aussi noté que nous venons à peine de clôturer notre session ordinaire. Le Président de la République nous a annoncé qu’il est impérieux d’avoir une session extraordinaire, particulièrement en ce qui concerne l’adoption du projet de loi portant répartition des sièges pour les élections locales », dit-il.

Au sujet du financement électoral, Aubin Minaku répond qu’il n’y a pas d’inquiétudes absolues, mais d’interrogations responsables. Et ce, parce que s’il y a des problèmes d’ordre financier, et cela ne doit pas nous amener à ne pas organiser ces élections qui sont capitales, parce que le cycle électoral, c’est depuis 2006 que nous sommes habitué à cela. Nous allons organiser les élections quelles que soient les contraintes d’ordre financier, rassure-t-il.

Des députés s’expriment

Le député national Fidèle Likinda du PPRD a apprécié la sagesse légendaire et prophétique du Chef de l’Etat qui est un homme de paix et d’écoute. Et de témoigner encore qu’il parle peu, écoute plus et travaille beaucoup. Et d’ajouter qu’il a reçu la représentation nationale aujourd’hui pour avoir une idée de tout ce qui se passe au pays. Et ce que j’ai noté dans sa conclusion, il a dit que le Congo c’est notre héritage commun et il appartient à tout le monde. Il n’appartient pas à l’opposition, ni à la Majorité, ni à la Société civile. Mais le Congo nous appartient à nous tous. Il a dit que gouverner, c’est aussi prévoir et s’il consulte, c’est pour éviter que demain, le pays plonge dans une crise ou dans des conflits éternels. Il a vu qu’aujourd’hui, la population a besoin du développement, elle n’a pas besoin des conflits. Elle veut que les hommes politiques soient ensemble pour l’avenir de notre pays.

Au sujet des élections, il a soutenu qu’au nom de la séparation des pouvoirs, il a été demandé au Président d’avoir la réponse exacte auprès du Gouvernement qui gère le pays pour qu’il dise combien il a pour le financement du processus électoral.

Pour sa part, le député Muyaya a dit que le Président de la République a bien voulu rencontrer l’Assemblée provinciale aujourd’hui, Majorité et Opposition pour nous parler de l’initiative du dialogue. Disons que les Groupes parlementaires ont eu trois heures d’entretiens, au cours desquels il nous a d’abord expliqué l’origine de ces pourparlers, sa réponse à ce qu’il a entendu à gauche et à droite des amis de l’opposition, mais aussi de ce qu’il a qualifié de communauté internationale. Il y a eu des appels qui ont été faits, il a écouté promptement, mais aujourd’hui il voulait écouter l’Assemblée nationale pour qu’elle donne sa position des sujets qui devraient figurer à l’ordre du jour du dialogue. Il nous a promis que dans deux semaines, il nous donnera le format dans lequel ce dialogue va être organisé.

De leur part, explique-t-il, les députés ont exprimé plusieurs préoccupations, notamment en ce qui concerne l’organisation des élections provinciales. Elles sont nécessaires dans le délai. Il y a des arriérés électoraux que nous devrions impérativement rattraper avant les prochains scrutins. Les députés ont parlé du découpage, mais beaucoup plus de problèmes à la base, parce que le point pour lequel nous tous nous avons été élus, c’est de contribuer au développement et de ce point de vue, nous avons rencontré une oreille attentive et nous espérons dans les prochains jours, les choses seront faites pour aller dans le sens du concret.

Et un autre député de dire que le Chef de l’Etat a circonscrit pourquoi il est en train de faire des consultations. Il a essayé de donner l’information en termes de la marche de notre pays, compte tenu des informations que nous détenons sur le dialogue en question, la loi électorale par rapport à la CENI qui a publié un calendrier global, la loi sur la répartition des sièges, où-est ce que nous en sommes ? Les élections doivent bel et bien avoir lieu et on ne peut pas avoir de faux fuyant, dit-il. Il y aura une session extraordinaire pour terminer avec la loi sur la répartition des sièges, comme çà, on n’aura pas de faux fuyant en ce qui concerne les élections locales, municipales et urbaines. Par rapport au dialogue, il a promis que dans deux semaines, au plus tard dans 10 jours, il va nous donner la configuration, le format et si oui ou non le dialogue aura lieu. Mais cette semaine, il termine les consultations et nous n’avons qu’à être patients.

Les Assemblées provinciales chez Kabila

De leur part, les Assemblées provinciales de la République démocratique ont été conviées à échanger avec le Président de la République. C’est l’honorable Fulu Masaka, Vice-présidente de l’Assemblée provinciale du Kongo central qui a fait la restitution. Elle a dit que le Président de la République a invité les 11 Assemblées provinciales de la Rdc pour les consultations qu’il a initiées avec les autres forces politiques et sociales du pays. A l’occasion, ces Assemblées provinciales ont préparé un travail qu’elles ont soumis au Président de la République, dans lequel elles ont repris trois points : la situation politique et sécuritaire du pays, que nous avons estimée relativement bonne dans son ensemble, en dépit de quelques poches d’insécurité encore observées à l’Est de la République.

Par rapport à la situation politique, elle est calme et nous félicitons les Forces armées congolaises qui se sont mobilisées sous la houlette du Chef de l’Etat pour amener la paix et mettre hors d’état de nuire les forces négatives tant internes qu’externes. Sur le plan du processus électoral, les Assemblées provinciales souscrivent et soutiennent le calendrier électoral tel qu’il a été tracé et publié par la CENI. Toutefois, soulignent-t-elle, nous avons fait remarquer que s’il y a des éventuelles modifications, que cela puisse se faire dans un esprit de consensus.

Le troisième point, c’est le dialogue proprement dit. Les Assemblées provinciales soutiennent et approuvent, parce que c’est une voie qui est africaine aussi pour trouver solution, pour que tous les fils et filles de notre pays puissent se parler. Ensuite, nous avons proposé que le dialogue puisse se tenir sous son leadership pour un temps moyen de deux semaines, avec un nombre raisonnable des participants pour ne pas tirer en longueur. Le Chef de l’Etat leur a prodigué des conseils, en ce qui concerne le fonctionnement de nos institutions pour qu’aux côtés des Gouverneurs de province, tout en faisant leur travail de contrôle parlementaire, qu’elles puissent privilégier l’intérêt des populations et de nos provinces.

Il a également souligné à notre intention de pouvoir relayer le message qu’il nous a confié, pour que nous puissions, au niveau de nos Assemblées provinciales, en parler avec les députés qui, bientôt dans 15 jours, vont commencer les vacances parlementaires, pour qu’ils puissent apporter ce message dans leurs bases respectives. Le Président de la République souhaite que tous les fils et filles de ce pays se mettent d’accord et regardent dans la même direction, parce que ce Congo nous appartient à nous et qu’il n’appartient pas à une catégorie de personnes, ni à des partis politiques.

L’Avenir

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse