Réagissant aux rapports de Greenpeace et Global Witness

par -
0 618
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La FIB dénonce des « accusations fantaisistes » contre les entreprises forestières

Pour cette Fédération des industriels du bois (FIB), les derniers rapports publiés par les Ongs internationales Greenpeace et Global Witness sur l’exploitation forestière en Rdc, n’ont rien d’actuel, et n’ont fait que reprendre les vielles accusations et dénonciations n’ayant aucun lien avec la réalité. Ce, pour chercher à ternir l’image de l’Etat congolais qui s’emploie à mettre en place et à assurer une gestion durable du patrimoine forestier national. La FIB demande donc au Gouvernement d’interpeller ces deux Ongs dont l’ambition est de mettre fin à l’exploitation forestière congolaise.

La Fédération des industriels du bois (FIB) en République démocratique du Congo a vigoureusement fustigé les accusations, qu’elle juge « fausses et calomnieuses », portées contre des entreprises forestières par deux Ongs internationales, à savoir, Greenpeace et Global Witness. Pour elle, les allégations formulées dans les derniers rapports de ces Ongs internationales contre les entreprises forestières et le Gouvernement et même tout le secteur forestier congolais, sont dénouées de tout fondement.

Hier devant la presse nationale et internationale ainsi que les différents acteurs du secteur forestier en Rdc, le président de la FIB, M. Gabriel Mola Motya, a dénoncé le fait que les derniers rapports publiés récemment par ces deux Ongs sur le secteur forestier n’ont rien d’actuel. Selon lui, ces Ongs n’ont fait que reprendre les vielles accusations et dénonciations n’ayant aucun lien avec la réalité, pour chercher à ternir l’image de tout un secteur et d’un gouvernement, qui s’emploient à mettre et à assurer une gestion durable du patrimoine forestier national.

Contrairement à ce qu’indiquent les rapports de Greenpeace et Global Witness, le président de la FIB a déclaré haut et fort qu’il n’existe à ce jour en Rdc, aucune société forestière qui se livre aux activités sans détenir des titres légaux.

Au Gouvernement d’interpeller Greenpeace et Global Witness

Il affirme qu’aujourd’hui, les entreprises forestières se sont désormais lancées dans une exploitation forestière soucieuse de la durabilité, basée sur des plans de gestion validés par le Gouvernement. Ces plans de gestion, a-t-il renchéri, contiennent des mesures de gestion sociale et environnementale. « Les plans d’aménagement en préparation ou déjà soumis pour validation auprès de l’Administration forestière, demeurent le gage de notre engagement et de notre responsabilité », a-t-il dit.

La FIB estime qu’il est de mauvais goût que ces deux Ongs Greenpeace et Global Witness, puissent planifier des campagnes de propagande remplies de contre-vérités, de mensonges et d’accusations sans fondement, pour justifier les fonds reçus de leurs donateurs, en s’attaquant aux entreprises forestières œuvrant en Rdc, tout en ignorant la souveraineté et les responsabilités de l’Etat congolais. « Les rapports de Greenpeace et Global Witness ne tiennent pas compte des justifications des entreprises forestières. Ces Ongs vivent de mensonge et n’ont aucune déontologie. Le gouvernement congolais doit interpeller Global Witness et Greenpeace », a déclaré M. Mola.

Des Ongs ne maîtrisant pas la législation du secteur

Dans son speech, il a dégagé des constats de la FIB sur base de l’analyse des campagnes médiatiques menées par Greenpeace et Global Witness. Selon lesquels constats, ces deux Ongs internationales ne maîtrisent ni les textes légaux et règlementaires du secteur, ni les coutumes et traditions des populations. « Leurs enquêtes sur le terrain ne sont pas objectives, car, ne concernent la plupart du temps, que quelques individus non reconnus comme des autorités ou notables par la population et qui, par leurs propos, démontrent leur méconnaissance du domaine forestier, que ce soit sur la loi et ses mesures d’application que sur l’exploitation industrielle en elle-même », a affirmé le président de la FIB.

Par la suite, il a présenté à l’intention de l’assistance, une présentation succincte des potentialités et de la production forestières de la RDC en prouvant que les forêts congolaises sont largement sous-valorisées. Pourtant, souligne-t-il, le secteur forestier fait partie des secteurs vitaux de l’économie en RDC et constitue une opportunité pour aider la RDC à se développer et ses populations à sortir de la situation d’extrême pauvreté dans laquelle elles se trouvent. Il a aussi donné les différentes raisons à la base de cette faible exploitation.

« Les Ongs extrémistes ne peuvent pas, à cause de leur agenda caché (arrêt de l’exploitation forestière), prendre le dessus et anéantir l’engagement du Gouvernement de la République, des sociétés et communautés forestières et des partenaires nationaux et internationaux responsables, vers la gestion durable des forêts congolaises », a-t-il conclu avant de répondre aux questions des journalistes.

(Lepetit Baende )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse