Rdc : les ados exposés à plusieurs problèmes

par -
0 533
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La situation de la santé des adolescents en RDC s’avère encore très préoccupante aujourd’hui. Cette catégorie de personnes appartenant au groupe d’âge de 10 à 19 ans, est de plus en plus exposée à des problèmes majeurs en ce qui concerne la santé sexuelle et la santé de la reproduction. Ce, malgré les efforts que mènent le Gouvernement de la République et ses partenaires.

Les problèmes des adolescents sont multiples en Rdc. Toutefois, le Programme national de santé de l’adolescent (PNSA) a identifié un nombre de sept problèmes majeurs auxquels sont confrontés les adolescents congolais. Se basant ainsi sur l’étude EDS effectuée entre 2013 et 2014.

Le premier, c’est la fécondité élevée d’adolescentes, 138 pour 1000 en 2013. Pourtant, dans des pays émergents, il y a plus ou moins 60 pour 1000 et dans des pays développés, 8 pour 1000. Deuxièmement, c’est la mortalité maternelle élevée issues des adolescentes et jeunes congolaises. A savoir, les adolescentes contribuent plus ou moins pour 20 % des cas de mortalité maternelle connus dans le pays.

Le troisième problème est que les adolescentes de la Rdc sont très exposées aux grossesses précoces. Selon une étude de l’Ong internationale Pathfinder effectuée en 2014 et à laquelle fait référence le PNSA, 30 % d’adolescentes congolaises ont déjà eu une grossesse. Cependant, les 83 % de ces grossesses des adolescentes congolaises ne sont pas désirées. Et cela constitue pour le PNSA, le quatrième problème majeur des adolescentes en Rdc.

En cinquième lieu, les adolescentes et jeunes congolaises connaissent une prévalence élevée de mariages précoces. Le PNSA estime à 18 % le taux d’adolescentes en Rdc mariées entre 15 et 19 ans et à 54,2 % les jeunes filles mariées entre 20 et 24 ans (étude effectuée entre 2013 et 2014).

Un sixième problème des adolescentes en Rdc c’est la prévalence élevée des violences sexuelles. Le PNSA indique que de 2013 à 2014, 10 % d’adolescentes congolaises ont subi un acte de violences sexuelles. Et le tout dernier problème des adolescents en Rdc est le faible niveau de connaissance de l’état sérologique.

Selon des études menées entre 2013 et 2014, les pourcentages des jeunes de 15 à 24 ans qui ont effectué un test de VIH/Sida et ont reçu le résultat sont respectivement de 14,1 % chez les filles et de 6,8 % chez les garçons.

Des facteurs favorisants des problèmes des ados en Rdc

Quant aux facteurs favorisant ces problèmes ayant une incidence sur la santé des adolescentes, adolescents et jeunes en Rdc, le PNSA explique qu’il y a tout d’abord le faible niveau de connaissance en matière de santé sexuelle et reproductive, y compris sur les Infections sexuellement transmissibles (IST) et sur le VIH/Sida.

Un deuxième facteur est l’insuffisance d’encadrement dans l’éducation en matière de sexualité, d’où, la survenance des grossesses précoces et des IST/VIH. Il y a aussi l’insuffisance de structures de prise en charge des problèmes de la santé sexuelle et reproductive.

Le faible niveau d’utilisation des méthodes de la planification familiale est un autre facteur défavorisant, ainsi que l’adoption de plus en plus de comportements à risque comme la consommation des substances psycho actives par les adolescents et les jeunes.

Signalons, enfin, que la Rdc a signé plusieurs engagements internationaux tant au niveau régional que mondial. Ces accords, selon le PNSA, confirment le droit de tous les enfants et adolescents à recevoir des informations, une éducation sexuelle et des services relatifs à la santé sexuelle et de la reproduction (SSR), en fonction de leurs besoins spécifiques. Ces services de SSR sont : la planification familiale, les soins après avortement, l’accouchement sans risque et les soins post natals, le diagnostic, le dépistage et le traitement des IST, y compris le VIH/SIDA.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse