Rdc : le phénomène « Promotion canapé » a la peau dure dans les services de l’Etat

par -
0 426
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En dépit des efforts du Gouvernement et de ses partenaires

Rdc : le phénomène « Promotion canapé » a la peau dure dans les services de l’Etat

Le harcèlement sexuel ou sexiste couramment appelé « Promotion canapé » continue de faire rage dans des entreprises congolaises, surtout au niveau des services de l’Etat ou de l’administration publique. Malgré des efforts maintes fois consentis par le Gouvernement de la République et ses partenaires tant nationaux qu’internationaux pour lutter contre toutes formes de discriminations à l’égard des femmes et jeunes filles congolaises, ce fléau dégradant, immoral et irresponsable continue d’avoir la peau dure. Et la situation reflète la supercherie de chefs d’entreprises en Rd Congo.

A cela s’ajoute un autre phénomène méprisable en milieu estudiantin appelé « Points sexuellement transmissibles » ou « Côtes sexuellement transmissibles ». De tous temps, ces scènes ont fait couler beaucoup d’encre et de salive. Et les autorités compétentes sans cesse interpellées, puisque  des mesures s’imposent, afin de décourager les auteurs de ces pratiques ignobles devenues monnaie courante dans l’administration et dans des entreprises du secteur tant public que privé.

Des cas  sont légion, et le phénomène n’épargne guère des femmes mariées. La plupart des jeunes filles et femmes congolaises qui vont chercher de l’emploi aujourd’hui dans les milieux de travail, sont victimes de ce « phénomène canapé ».

Pour se faire engager ou conserver son poste dans un bureau, nombreuses d’entre elles sont obligées d’avoir des relations sexuelles avec un chef de service. Une pratique ignoble qui ne favorise pas l’épanouissement des femmes congolaises.

Plusieurs d’entre elles sont découragées et, avec leurs diplômes dûment mérités, elles préfèrent d’abandonner le bureau pour se rabattre en simple femme de ménage, dignité oblige. Nous encourageons à cet effet, une grande dame d’une trentaine révolue et dont nous taisons le nom, mariée de son état, qui a catégoriquement refusé de trahir son mariage et céder au phénomène « Promotion canapé » dans une des institutions publiques de la place.

Elle n’a pas été seulement victime de harcèlement sexuel par son chef hiérarchique, mais également elle recevait des menaces de la part de celui-ci, qui tenait à tout prix de la connaître ou de la déshonorer. Des menaces de toutes formes, voire physiques et mortelles. Refusant d’offrir ses charmes à quiconque qu’à son mari légitime, cette femme a choisi la bonne voie de la fidélité en acceptant volontiers de souffrir et de ne pas trouver l’emploi tant envié.

Cependant, nombre de femmes candidates aux différents emplois dans les services publics de l’Etat n’ont pas le même courage que celui de cette dame qui a dénoncé publiquement et sans avoir froid aux yeux, les violences sexuelles qu’elle a subies en même temps que les auteurs de ces violences. Elles, au contraire, acceptent tout pourvu qu’elles aient une place où travailler pour vivre.

Des observateurs avertis déplorent, donc, que ce phénomène « Promotion canapé » continue à faire rage dans le milieu de travail en République démocratique du Congo. Ainsi, recommandent-ils au Gouvernement de la République de redoubler d’efforts, de multiplier des stratégies pour enfin élaguer le phénomène « Promotion canapé » dans les services de l’Etat en Rdc. Et ils en appellent également à l’implication personnelle du Président de la République pour mettre fin à ce fléau avilissant.

Il sied de rappeler par ailleurs que l’Ambassade et la Coopération britannique (UK aid), l’Ambassade de Suède, l’Usaid et l’Union européenne encouragent le Gouvernement congolais à poursuivre le processus de révision et d’adoption des différents textes nationaux. Notamment, le Code de la famille, le Code du travail, la Loi agricole, le Code foncier et le projet de loi sur la parité homme-femme.

Ce, dans le but de faciliter la protection, la prévention et la répression des violences sexuelles et de promouvoir l’égalité de genre. Ce qui pourra, peut-être, amener à trouver des solutions durables à ce problème qui gangrène la société congolaise actuellement, le phénomène « Promotion canapé », et qui met très mal à l’aise les hommes de moral ainsi que les âmes bien nées.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse