RDC : le bilan de la gestion de la maladie préoccupe

par -
0 413
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique occidentale, centrale dernièrement, il y a à peu près trois ans, et qui avait été maitrisé grâce au soutien de quelques organismes internationaux, continue à  susciter des plus en plus des recherches de manière à être éliminé dans la sphère de l’homme. La RDC qui était parmi le pays ou cette maladie est passée, avait récemment enregistré environ une centaine de cas dont une cinquantaine décès.

Envie de faire le point sur cet épidémie, avant-hier 8 novembre 2016 la Société de Pathologie Exotique  a organisé, à l’Institut Pasteur de Paris, une réunion scientifique intitulée : « Ebola, 3 ans après : les grandes questions », rapporte claire Hedon au cours de l’émission “priorité santé” qui aborde des questions de santé. Les acteurs de cette «crise » ont réfléchi  ensemble sur les grandes questions posées par cette épidémie entre autres quels sont les risques de voir apparaître une nouvelle épidémie ? Où en est la recherche ? Quelles sont les conséquences politiques et sociétales ?

Pr Denis Malvy, du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHU de Bordeaux et expert international dans la gestion de la crise sur Ebola ; Dr Alain Epelboin, médecin anthropologue au CNRS. Consultant pour l’OMS ; Etienne Simon-Loriere, chercheur à l’Unité de Génétique Fonctionnelle des Maladies Infectieuses à l’Institut Pasteur de Paris, tous ont fait le point sur ces questions brulantes autour de cet épidémie.

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest, la plus grave depuis  l’identification du virus en Afrique central en 1976 a fait plus de 11 300 morts sur quelques 29000 cas. Un bilan qui est nonobstant   sous-évalué selon l’organisation Mondiale de la Santé, OMS. Alors quel  bilan tiré de la gestion d’Ebola ? Quels sont les risques de voir apparaitre une nouvelle épidémie? Ou en sont les recherches ? Qu’est-ce que la RDC mène comme investigations auprès des partenaires en vue d’empêcher une éventuelle épidémie ? Ceci n’est qu’une question interpellatrice.  Quelles sont les conséquences politique et sociétale d’une telle l’épidémie? Telles sont des questions préoccupantes autour de cette épidémie.

Généralement lorsqu’une personne est atteinte d’une quelconque maladie jugée d’horrible, la question qu’on se pose reste si quand est ce que cette maladie peut encore après sa guérison, réapparaître ? Dans le cas d’Ebola, dont on n’en parle pas, il y a de cela trois ans, quand et où peut-elle à nouveau faire face? L’Ebola est une maladie qui se trouve dans l’éco système forestier mais que les épidémie précédentes, on n’a pas été capables de prévoir l’éclosion des épidémies suivantes parce que les circonstances du déclenchement pose toujours problème …comment en Guinée elle a été repéré et qu’on ne l’a pas mis en cause un animal mort, explique Pr Denis Malvy, du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHU de Bordeaux et expert international dans la gestion de la crise sur Ebola, au cours de l’émission “priorité santé”. Ce virus est présent dans l’environnement, plus dans des réservoirs animaux en Afrique centrale, occidentale et australe. Ce virus qui attend éventuellement rencontré par des populations par la faveur d’une facilitation de contact de réservoir animal et l’homme. Et dans l’opinion, il y a pleins des choses qu’on ne sait pas sur la transmission de l’homme à l’animal ? La transmission de l’homme à l’animal c’est connu, c’est une transmission facile, c’est juste  le contact d’un animal malade et l’homme en quête parfois des animaux morts. Néanmoins à la catastrophe de l’épidémie d’Ebola à l’Afrique de l’ouest un système est en train de se consolider, appelé  système de surveillance inter pays, qui permet de détecter en terme de sentinelle le moindre signal et qui à défaut de pouvoir éviter le prochain contact entre un animal et l’humain. En ce qui concerne  le bilan de gestion de cette épidémie qu’on peut tirer, d’après Dr Alain Epelboin, le grand progrès, ce sont les techniques de diagnostic c’est à la disponibilité des techniques de diagnostic à proximité des lieux d’émergence transportable facilement. Il y a eu un personnel qui a été mobilisé dans la prise en charge de cette épidémie. Et le Pr Denis Malvy d’indiquer pour son bilan de la gestion d’Ebola, même si la riposte était tardive, elle a quand même  eu lieu à travers des collaborations entre les acteurs internationaux.

 (Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse