Rdc : lancement de la mise en œuvre de la stratégie genre de la Cour des comptes

par -
0 444
Remy Massamba hier au lancement de la stratégie genre de la Cour des comptes/Ph. Tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, le député national Remy Massamba a procédé hier mardi 21 février 2017 à Kinshasa, au lancement officiel de la mise en œuvre de la Stratégie genre de l’Organisation africaine des Institutions supérieures de contrôle des finances publiques (AFROSAI) au sein de la Cour des comptes de la Rdc. L’occasion était bien indiquée pour présenter le Projet d’amélioration de la visibilité de la Cour des comptes – Rdc. 

La représentativité des femmes aux institutions supérieures de contrôle en République démocratique du Congo est déjà en cours d’effectivité. Cela se justifie par le lancement, hier mardi 21 février 2017 à Kinshasa, de la mise en œuvre de la Stratégie genre de l’Organisation africaine des Institutions supérieures de contrôle des finances publiques (AFROSAI) au sein de la Cour des comptes de la Rdc.

C’est le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, le député national Remy Massamba, qui a procédé à ce lancement officiel. C’était à l’issue d’un atelier organisé à cet effet, sous le haut-patronage du président de l’Assemblée nationale, le député national Aubin Minaku Ndjala Ndjoko.

Dans son discours solennel, le député Remy Massamba, ayant représenté le président de la Chambre basse du Parlement empêché, après avoir félicité les organisateurs, il a vanté l’émergence de la femme congolaise dans le contrôle des finances publiques. Aussi, a-t-il salué les femmes congolaises pour leur combativité décomplexée dans tous les autres secteurs d’activité : politique, administration, culturel, économique, agriculture, transformation, commerce, technologie… « De nombreuses initiatives sont également à saluer ».

Le 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale a expliqué que l’académie pour le leadership féminin (Woman leadership academy, WLA), a été mise en œuvre par la coopération allemande (GIZ), en collaboration avec le secrétariat de l’AFROSAI. C’est pour doter les femmes vérificatrices des compétences nécessaires à une meilleure compréhension des enjeux des institutions supérieures de contrôle. Ainsi que développer leurs capacités de communication et d’interaction avec leurs milieux, leurs visions personnelles et leurs compétences en matière de planification stratégique.

La WLA qui a réuni les vérificatrices de plusieurs pays africains, a pour objectif notamment de renforcer les capacités des académiciennes dans la pensée stratégique et la gestion des changements. A l’issue de la formation, chacune d’elles devrait réaliser un projet de réforme pour l’institution supérieure de contrôle de son pays.

Ayant analysé la situation qui prévaut en Rdc, a-t-il poursuivi, l’académicienne de la Rdc a opté pour le thème : « l’amélioration de la visibilité de la Cour des comptes de la Rdc ». « Il est une vérité indéniable que la Cour des comptes doit être connue dans sa raison d’être, ses attributions et ses objectifs. Le Gouvernement, le Parlement, les partenaires techniques et financiers, ainsi que les citoyens doivent connaître ses missions. La visibilité de la Cour des comptes nécessite une communication externe », a soutenu le député national Remy Massamba.

De ce fait, il a martelé que toutes les actions visant une bonne connaissance de la Cour des comptes devraient  concourir au-delà de son image, à lui attirer approbation et adhésion des parties prenantes et du public, ainsi que l’appréciation positive des partenaires techniques et financiers. « La visibilité c’est tout simplement une réputation soignée. Le projet qui vient de nous être présenté arrivera à ouvrir la Cour des comptes au monde et la rapprocher de toutes les forces vives du pays. Chacun comprendra son fonctionnement ».

Du projet d’amélioration de la visibilité de la Cour des comptes – Rdc

Signalons que cet atelier a débuté par le mot de bienvenue du président de la Cour des comptes, M. Ernest Izemengia. Celui-ci avait donc circonscrit le cadre de cet atelier, tout en rappelant à l’assistance les efforts mis en œuvre pour l’intégration de la dimension genre au niveau de la Cour des comptes.

Il a insisté pour faire comprendre à ses interlocuteurs, que le fonctionnement actuel de la Cour des comptes ne soulève pas des problèmes de genre. Il était suivi tout de suite par Mme Marie-Jacqueline Rumbu Kazang qui a procédé à la présentation de l’organisation Woman leadership Academy (WLA) et de la stratégie genre de l’AFROSAI dont elle est mentor.

Ensuite, la place était laissée aux témoignages de deux femmes émergentes au sein de la Cour des comptes. La première, Mme Mamitsho Mbufie Bonvre, auditeur à la Cour des comptes et rapporteur général de la commission genre de cette institution de contrôle financière.

Elle a été suivie de Mme Mofambala Yanzambe Deborah Béatrice, magistrat stagiaire à la Cour des comptes, point focal genre. Elle est, de surcroit, la coordonnatrice du Projet d’amélioration de la visibilité de la Cour des comptes – Rdc, qui est un programme stratégique de la réforme de la Cour des comptes congolaise.

A ce titre, Mme Mofambala Yanzambe a directement procédé à la présentation de son projet, mis en œuvre en collaboration avec la GIZ dans le cadre de la WLA (structure créée pour apporter une solution durable à la représentativité des femmes aux institutions supérieures de contrôle). Contribuer à l’amélioration de la gouvernance financière en Rdc, c’est donc l’objectif poursuivi par ce projet, a-t-elle renseigné.

Et le projet envisage des activités qui rapprochent le public congolais de la Cour des comptes. Il a trois piliers : la sensibilisation, le renforcement des capacités et la gestion du projet. Son opérationnalisation s’étend sur trois ans à travers toute la République.

En 2017, le projet se basera sur la ville-province de Kinshasa ; en 2018 sur la province du Kongo-central et les anciennes provinces du Bandundu, l’Equateur et les deux Kasaï. Enfin, en 2019, le projet sera exécuté dans les deux provinces du Kivu, dans le Maniema et dans les anciennes provinces Orientale et du Katanga.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse