Rdc : l’afflux de Sud-soudanais se poursuit en Ituri

par -
0 503
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’arrivée de réfugiés sud-soudanais qui fuient la guerre et la violence au Soudan du Sud se poursuit dans les provinces de l’Ituri et du Haut-Uélé. A ce jour, 60.171 personnes ont été enregistrées par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et les autorités congolaises qui continuent l’enregistrement.

Le HCR et ses partenaires préparent le transfert de ces réfugiés dans trois sites d’installation afin de les éloigner de la frontière. Alors que le développement du plus grand des sites, à Biringi (territoire d’Aru, Ituri) est en cours, ce transfert débutera dans quelques semaines.

Les besoins en aide humanitaire des réfugiés sont importants : ils manquent d’abris, de nourriture et articles ménagers. Le HCR est en train de déployer une équipe d’urgence pour répondre à ces besoins.

Par ailleurs, une distribution de vivres du Programme alimentaire mondiale (PAM) est actuellement en cours à Kendryo (territoire d’Aru, Ituri). Tous les réfugiés sont par définition des civils. Dans le cas des réfugiés Sud-soudanais, il s’agit dans leur grande majorité de femmes et enfants.

Une idée de la situation

Pour rappel, depuis le 17 août 2016, à la demande du Gouvernement de la République, et pour des raisons humanitaires, la Mission des Nations Unies pour la stabilité au Congo (Monusco) avait extrait l’ex Vice-président du Soudan du Sud, M. Riek Machar, sa femme et son fils avec ses dix collaborateurs de l’intérieur du parc national de la Garamba, province du Haut-Uélé, au Nord-Est du pays.

M.Machar avait donc traversé la frontière du Soudan du Sud vers la Rdc, accompagné de plusieurs centaines de personnes, y compris des éléments armés et des civils. Depuis le 17 août dernier, la Monusco avait commencé les opérations d’extraction des ces personnes venues du Soudan du Sud présentes dans le Parc de la Garamba.

A la date du 8 septembre, il y avait 183 personnes dans les installations de deux sites de la Monusco. Des dispositifs sécuritaires ont été mis en place dans ces sites. Ceux qui étaient dans une situation qui nécessite une aide urgente, ont été extraits, et assistés médicalement. Pour l’heure, ils sont  convalescents ou à l’abri dans des installations de la Monusco.

Ces opérations se sont poursuivies le 12 septembre dernier, avec l’évacuation et l’assistance humanitaires aux ressortissants du Soudan du Sud présentes dans le parc de la Garamba. 118 d’entre eux ont été extraites et plusieurs avaient des blessures. Certains présentaient des signes de malnutrition et d’autres étaient entre la vie et la mort.

Ces opérations ont eu pour objectif d’apporter de l’assistance aux personnes en état critique, mais aussi aux populations civiles qui pourraient en être victimes. Depuis le début de ces opérations, 752 personnes ont été extraites et conduites vers quatre sites : Dungu, Munigi, Goma et Bunia.

Plusieurs armes ont été récupérées et gardées dans les locaux de la Monusco. D’autres personnes venues du Sud-Soudan étaient encore dans le parc et refusaient d’être évacuées.

A en croire l’ONU, la Monusco et le siège des Nations Unies à New-York poursuivent des discussions avec le Gouvernement de la République et les organisations sous régionales, afin qu’une issue favorable soit trouvée à cette situation qui pourrait devenir une menace pour la paix en Rdc et dans la sous-région.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse