RDC: Joseph Kabila attend Antonio Guterres et Moussa Faki

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la visite du président Joseph Kabila en Zambie et le séjour en RDC des présidents angolais, congolais de Brazzaville, gabonais, zimbabwéen, le chef de l’Etat congolais vient de donner son accord pour la venue dans son pays du patron de l’ONU, Antonio Guterres, et du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a-t-on appris mardi auprès des Nations Unies. « Une lettre a été envoyée » pour proposer cette visite dans la perspective des élections présidentielle et législatives prévues en fin d’année en République démocratique du Congo « et une réponse a été reçue indiquant qu’ils seraient accueillis à Kinshasa dès qu’ils le souhaiteront», a indiqué le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric. Toutefois, aucune date précise n’a encore été arrêtée pour cette visite.

Loin du renforcement de la coopération entre les pays ayant visité ces derniers temps la République démocratique du Congo, nombreux sont d’avis que les chefs d’Etat africains visitent ce pays au cœur d’Afrique pour se rassurer que tout est fait pour que les élections prévues le 23 décembre 2018 se déroulent dans de bonnes conditions. Certains parmi eux sont bénéficiaires d’une alternance intelligemment orchestrée dans leurs pays respectifs.

A titre purement illustratif, le président Zimbabwéen, Emerson Mnangagwa, le tombeur de Robert Mugabe, n’est pas né de la dernière pluie et n’a pas manqué d’insister sur la nécessité pour les Congolais de se souder comme un seul homme afin de réussir l’alternance. De même pour le chef de l’ANC, devenu président de la République, après la démission forcée de Jacob Zuma. Il s’agit d’un autre contexte. Comme qui dirait, «autre temps, autre mœurs ».

Pour l’ONU et l’UA, nous apprenons que la visite  est à placer dans la perspective des élections présidentielle et législatives prévues en fin d’année en République démocratique du Congo. Au niveau de l’Union Africaine, des promesses existent quant au soutien à apporter à Kinshasa. Peut-être que cette visite permettra d’accélérer le rythme, lorsqu’on sait que la Rdc est un pays-continent où les défis logistiques sont de taille.

C’est Antonio Guterres, patron de l’ONU qui va attirer l’attention de tout le monde, surtout du président de la République qui a eu des morts durs à l’endroit de la Monusco. L’arrivée du patron de l’ONU sera donc une occasion indiquée pour les deux parties de clarifier leurs relations, comme l’a souhaité le président de la République lors de son point de presse, en janvier dernier.  Relevons que la Monusco, déployée depuis une vingtaine d’années en Rdc, ne rassure pas l’opinion congolaise qui a  l’impression que la mission ambitionne de rester indéfiniment en Rdc. Et Joseph Kabila de rappeler que c’est depuis 2010 qu’il avait exigé du Secrétaire général de l’ONU sortant de lui proposer un plan de sortie. Et d’insister sur le fait qu’il n’y a pas une cogestion de la Rdc par la Monusco. Et la Rdc va exiger le strict respect de l’accord de siège.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse