RDC : Jed dresse un tableau sombre de la liberté de la presse

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La manifestation commémorative de la 24ème édition de la journée mondiale de la liberté de la presse est en cours en ce moment au centre pour les ressources des médias. Une activité organisée par l’UNPC ( Union Nationale de la Presse du Congo) en partenariat avec l’ Ong Jed ( Journalistes en danger). Plusieurs discours sont attendus, ils s’ agit notamment des allocutions du président national de l’ Unpc et du secrétaire général de Jed.

Bien avant la manifestation, journalistes en danger a publié un communiqué dans lequel l’ Ong dresse un tableau sombre de la situation des journalistes en RDC.

« Année après année, la situation générale de la liberté de la presse au Congo-Kinshasa accuse un inquiétant recul aussi bien concernant le nombre toujours élevé des différentes atteintes au droit d’informer et d’être informé, que de l’environnement général de l’exercice de cette liberté ».

L’ organisation attribue cette situation au pouvoir en place qu’ elle accuse de « laisser derrière lui une presse exsangue, des médias sinistrés et des journalistes livrés à eux-mêmes et à la violence d’état… »

Se servant de ses rapports de monitoring, Jed estime que la situation des journalistes en RDC « va de mal en pis ». L’ Ong  en veut pour preuve, le nombre croissant de cas d’ atteintes à la liberté de la presse enregistrés rien que pour le 1er trimestre 2017.  Ces rapports révèlent  que 21 journalistes ont été interpellés ou arrêtés pendant cette période pendant que 20 autres ont fait l’ objet de menaces. Pendant cette période, un journaliste a été tué à Mbuji-Mayi dans les circonstances encore non élucidées alors que 26 cas  de censure ou de fermeture des médias ont été documentés.

Pour sauver ce qui peut l’ être , Jed en appelle à la décrispation rapide du climat politique. « Cette décrispation passe, notamment par la mise en œuvre des recommandations de l’Accords politique du 31 décembre appelant le Ministre en charge des médias de rétablir, dans les 15 jours, le signal des Entreprises audiovisuelles fermées ou interdites », allusion faite notamment à Rfi ( Radio France internationale) dont le signal est toujours coupé.

Pour rappel, dans son classement 2017 de la liberté de la presse,Reporters sans frontières classe la RDC à la 154ème position sur 180 pays. Un classement contesté par Jean Marie Kassamba, président provincial de l’UNPC section Kinshasa. Le patron de télé50 qui estime  que la liberté de la presse  en Rdc, ne s’est pas autant dépréciée accuse le fondateur de RSF d’ enlever à la profession, toute sa crédibilité.

Jean Pierre Kayembe

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse