RDC : Hausse de violations de droits de l’homme en septembre dernier, selon le BCNDH

par -
0 592
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans le cadre de son mandat, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) en RDC assure une surveillance étroite de la situation des droits de l’homme à travers le territoire congolais et procède à des analyses des tendances relatives à cette situation dans le pays. Des informations sur ces tendances sont régulièrement partagées avec les autorités congolaises afin qu’elles prennent les actions nécessaires y compris de traduire en justice les auteurs des violations des droits de l’homme. C’est l’un des sujets de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies du mercredi 14 octobre dernier.

Durant le mois de septembre de l’année en cours, le BCNUDH a documenté 503 violations des droits de l’homme sur le territoire de la RD Congo. C’est ce qui représente une hausse par rapport au mois d’août dernier, auquel 409 violations avaient été documentées. Les provinces de l’Est de la RDC restent les plus touchées, à savoir le Nord-Kivu qui comptent 198 violations, la province Orientale 167 et le Sud-Kivu 26.

Durant le mois de septembre, les agents étatiques, ont été responsables de 261 violations ayant fait 326 victimes, publie la note du BCNUDH. Selon la source, à titre d’exemple, au cours du mois sous analyse, les agents de l’Etat ont été responsables de 18 cas d’exécutions extra-judiciaires. Parmi les agents de l’Etat, révèle la source, ce sont les agents de la police nationale congolaise qui seraient responsables du nombre le plus élevé de violations des droits de l’homme, à savoir, 130 violations ayant fait 203 victimes. Les militaires seraient aussi, quant à eux, responsables de 95 violations ayant fait 92 victimes.

Toujours dans le mois de septembre, les combattants des groupes armés ont été responsables de 242 violations ayant fait au moins 482 victimes. Parmi les groupes armés, ceux de la Lord Résistance Army (LRA) ont été les principaux auteurs des violations des droits de l’homme documentées par le BCNUDH (58 violations et 145 victimes), suivis de près par les combattants des FDLR responsable de 57 violations faisant 86 victimes.

C’est ainsi que le Bureau Conjoint Des Nations Unies aux Droits de l’Homme a annoncé 21 violations des droits de l’homme dans le cadre du processus électoral à venir sur l’ensemble du territoire congolais. Il s’agit notamment des provinces de Kinshasa et Orientale (sept cas), Sud-Kivu et Kasaï-Oriental (trois cas), Katanga (un cas). Ce qui constitue une légère baisse par rapport au mois précédent. Les types de violations les plus rapportés sont les atteintes au droit à la liberté et à la sécurité de la personne et à la liberté de réunion pacifique.

Ceci porter à 143 le total de violations des droits de l’homme en lien avec le processus électoral documentées depuis le 1er janvier 2015.

Le BCNUDH a documenté 57 victimes adultes de violences sexuelles principalement dans les provinces Orientale 35 victimes et du Nord-Kivu 16 victimes. Les principaux responsables de ces violations pour tout le mois de septembre seraient les combattants des groupes armés Maï-Maï et des FDLR. La section de protection de l’enfant de la Monusco a annoncé 17 filles victimes de viols dans les provinces affectées par le conflit. Par ailleurs, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme en RDC note avec satisfaction que selon les informations mises à sa disposition, au mois de septembre 2015 au moins 44 militaires des FARDC et 6 agents de la PNC ont été condamnés pour des actes constituant des violations des droits de l’homme à travers l’ensemble du pays.

(Clémence Kilondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse