Rdc : faire progresser les droits de la santé sexuelle et reproductrice

par -
0 580
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ministre de la Femme, Famille et Enfant, Mme Lucie Kipele Aky Azua, a organisé hier mercredi 28 septembre 2016 à Kinshasa, une conférence-débat autour de « la problématique des grossesses non désirées et des avortements clandestins dans le contexte de la Rdc ». Notamment, avec la collaboration des organisations de la Société civile, du Programme national de la santé des adolescents, de la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et de l’Ecole de santé publique.

Ces assises ont bénéficié de l’appui technique des organisations internationales dont particulièrement Pathifinder international, Médecins du Monde (MDM-France), CARE International et International Rescue Committee.

Dans son discours d’ouverture, Lucie Kipele a déclaré que le souhait le plus ardent de son ministère est de s’ouvrir largement à la société et de mettre à profit les différentes réflexions de haute facture qui sortiront de cette conférence-débat. Ce, pour que soient menées de grandes actions collectives de sensibilisation et de vulgarisation des familles congolaises à travers des équipes à déployer dans tous les coins et recoins de la République.

Le Ministère de la Femme, Famille et Enfant et les partenaires techniques et financiers peuvent aider à relever ces grands défis, a-t-elle affirmé. Soulignant que la Rdc garantit et consacre la Constitution en son article 40, les principes fondamentaux de la stabilité de la famille : « La famille est le milieu naturel d’épanouissement de l’individu, elle est la cellule mère de la Nation. »

« La famille demeure le pivot de la société et aucune nation au monde ne peut se construire, ni se consolider si les familles et les ménages qui la composent sont brisés, déstabilisés et atomisés par toutes ces tristes péripéties vécues, des décennies durant, par nos familles à cause de longues périodes de troubles et de guerres ayant ravagé notre pays ainsi que les comportements retors des violences qui en découlent », a déclaré la ministre Lucie Kipele dans son adresse.

Répondre à la problématique de l’avortement en Rdc

Cette conférence-débat a eu pour but de sensibiliser l’opinion publique, et notamment les autorités politico-administratives, les professions médicales et juridiques, sur la problématique des grossesses non-désirées et des avortements à risque dans le contexte de la Rdc.

Les objectifs poursuivis étaient de discuter sur les voies du changement et les initiatives en cours, pour répondre à la problématique de l’avortement en Rdc avec les organes divers impliqués dans la santé de la reproduction et les droits à la santé de la reproduction des adolescents et jeunes de manière particulière et des femmes en général en Rdc.

Aussi, de partager les données de récentes recherches quantitatives et qualitatives sur la question des grossesses non désirées et des avortements à risque ; et de mobiliser les autorités et acteurs de la Société civile pertinents (professions médicales, juridiques, chercheurs, étudiants, associations, OBC, media) en faveur d’une action concertée pour lutter contre les causes et conséquences des grossesses non-désirées des adolescentes.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse