RDC et Nations Unies : cap sur la mise en œuvre du communiqué conjoint

par -
0 340
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Willy Makiashi  a représenté le Premier ministre à l’ouverture des travaux de la conférence sur l’évaluation de l’état de mise en œuvre du communiqué conjoint sur les violences sexuelles liées aux conflits en RDC. C’était mardi 11 octobre courant, à Kempinski Fleuve Congo Hôtel à Kinshasa.

Ce communiqué conjoint sur les violences sexuelles a été signé le 30 mars 2013, entre le gouvernement de la RDC et les Nations Unies. Ceci, pour définir les cadres normatifs en établissant les dispositions structurelles et l’exécution des aspects-clés de la lutte contre les violences sexuelles liées aux conflits.

La conférence va du 11 au 13 octobre courant, et réunit plusieurs acteurs politiques et militaires, des organisations de la société civile, les Nations Unies et les représentants des corps diplomatiques. L’objectif poursuivi est de faire l’état des lieux des progrès réalisés et des initiatives prises par la RDC seule et ou avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux. Et ce, depuis la signature du communiqué conjoint. Et aussi identifier les contreperformances  et les domaines inachevés. La finalité étant d’établir une feuille de route triennale 2017-2019 sur les priorités nationales, en vue de la mise en œuvre du communiqué conjoint.

Le moment fort, à l’ouverture de la conférence, était marqué par la projection du film documentaire réalisé par le Bureau de la représentante personnelle du Chef de l’Etat en charge de la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants  (BRP). Ce film est le résultat du travail abattu sur terrain, où des suivis thérapeutiques sont organisés pour des victimes, des formations professionnelles par l’l’Institut national de préparation professionnelle, INPP, avec l’appui du Japon, pour venir en aide aux démunis.

Dans son mot de bienvenue, Mme Mabunda Lioko Jeanine a indiqué que la RDC a souffert pendant deux décennies de conflits ardents, alimentés davantage par des pays voisins, dans les deux Kivu, où le viol a été utilisé comme arme de guerre, pour annihiler la dignité des femmes. Dans les cas des conflits armés, ce sont des femmes et des enfants qui en font les frais.

Mme Mabunda a remercié les Nations Unies à travers Mme Zaïnab Bangura, représentante spéciale en charge des violences sexuelles commises en période de guerre pour des efforts fournis et son attention à la RDC pendant son mandat.

Pour la représentante personnelle du Chef de l’Etat, en effet, la RDC a fourni des efforts inlassables qui ont produit des résultats satisfaisants, reconnus sur le plan international, à savoir : la baisse d’environ 50% du nombre de cas des violences sexuelles constatées dans les zones en conflits dans l’est de la RDC, depuis la signature du communiqué conjoint

La RDC a enregistré 252 condamnations des auteurs des violences sexuelles entre 2014 et 2015, selon les statistiques collectées en son temps dans les circuits judiciaires.

Environ mille (1000) survivants des violences sexuelles et autres vulnérables des communautés de base dans l’est de la RDC ont été formés.

Depuis 2014, l’on assiste à un changement de narratif de la RDC sur les violences sexuelles. Autrefois capitale mondiale de viol, aujourd’hui la RDC est considérée par de nombreuses personnalités du monde comme étant pays modèle, exemplaire dans la lutte contre les violences sexuelles.

Ces résultats sont les fruits des efforts, en termes des mesures cohérents et documentées, a souligné M. Mabunda.

Quant à la lutte contre l’impunité, les cadres normatifs et la distribution de la justice sur les violences sexuelles sont en nette amélioration grâce à l’inclusion et la mise en place des cellules de lutte contre les violences sexuelles au sein des tribunaux.

Le gouvernement a lancé une campagne périodique de grande échelle dénommée « Briser le silence ».

Prenant la parole, M. Mamadou Diallo, chef adjoint de la Monusco, a indiqué que dans la résolution 2247, le Conseil de sécurité a salué les efforts du gouvernement de la RDC et le bureau de Mme Mabunda, pour sa collaboration avec l’équipe RSSG, Zaïnab Bangura et la Monusco.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse