Rapport de HRW sur le M23: “Accusations fantaisistes” selon Kinshasa

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans quel intérêt Kinshasa recruterait-il des ex-M23 pour réprimer les Congolais qui manifestaient entre le 19 et le 22 décembre 2016 ? Sinon, que doivent faire les forces de l’ordre si elles doivent être remplacées lorsqu’il faut maintenir l’ordre dans la ville province de Kinshasa et ailleurs ? A scruter de près, il saute aux yeux de tout le monde que la Rd Congo est victime d’une campagne de diabolisation qui ne dit pas encore son nom, dont l’objectif est la balkanisation du pays. Aux Congolais d’ouvrir l’œil et le bon pour barrer cette nouvelle campagne de déstabilisation des impérialistes.

Un rapport de 78 pages intitulé « ‘Mission spéciale’ : Recrutement de rebelles du M23 pour réprimer les manifestations en République démocratique du Congo » décrit, preuves à l’appui, comment les forces de sécurité congolaises ainsi que des combattants du M23 recrutés en Ouganda et au Rwanda ont tué au moins 62 personnes et arrêté des centaines d’autres pendant les manifestations à travers le pays entre le 19 et le 22 décembre 2016. A en croire ce rapport, des combattants du M23 ont patrouillé dans les principales villes de la RD Congo, procédant à des arrestations ou tirant sur des manifestants ou toute autre personne semblant constituer une menace pour le président de la République.

Pour étayer ses propos, HRW cite plus de 120 entretiens, y compris avec des victimes d’abus, des membres des familles des victimes, des témoins, des activistes locaux, neuf officiers des forces de sécurité congolaises, des responsables du gouvernement et de l’ONU, des diplomates ainsi que 21 combattants, commandants et leaders politiques du M23. En plus, ce rapport précise que Human Rights Watch a mené des recherches sur le terrain à Kinshasa, à Goma et à Lubumbashi en RD Congo, en Ouganda, au Rwanda et à Bruxelles, en Belgique, entre décembre 2016 et novembre 2017.

Réagissant à cette information, le ministre de la Défense nationale et Intégration Régionale, Crispin Atama Tabe qualifie les accusations de Human Rights Watch « d’allégations grossières de nature à discréditer gratuitement notre armée ». Dans une correspondance à Ida Sawyer, chercheuse senior et directrice Afrique centrale à HRW, Crispin Atama Tabe l’invite « à se référer à la Monusco avec laquelle nous avons effectué en vain plusieurs missions en Ouganda tout comme au Rwanda, pour tenter de convaincre ces rebelles à regagner le pays car ils sont amnistiés ». Et lui rappelle et l’interroge sur « leur dernière tentative d’entrer militairement par le Nord-Kivu en provenance de l’Ouganda ».

Les Congolais constateront que depuis que la chercheuse de cette Ong britannique avait été priée de quitter Kinshasa, la Rdc a ajouté un énième ennemi qui est prêt à tout, même à ternir son image au moment où elle a besoin de l’appui de la communauté internationale pour l’organisation des élections. Faudra-t-il voir dans son comportement une volonté d’empêcher la communauté internationale de financer les élections en Rdc. Sinon, personne ne peut comprendre comment les ex-M23 peuvent facilement refuser de retourner dans leur propre pays, mais être recrutés par le même pays pour cette salle besogne !

« Ce rapport dénote alors d’une mauvaise foi et ses auteurs voudraient susciter l’attention de la communauté internationale contre la volonté de Kinshasa d’interdire les manifestations publiques jusqu’à nouvel ordre », racontent les Kinois, interrogés par nos fins limiers. Comme pour dire que ce rapport n’a pas été fait pour la consommation des Congolais, mais de la communauté internationale, obligée d’accepter malgré elle, ces contre-vérités. En fait, l’objectif que vise ce rapport, est de ternir l’image de marque des autorités congolaises, qui seront alors présentées comme celles n’ayant jamais aimé leurs propres populations. Raison pour laquelle on cherche une année étrangère pour la tuer. Loin de là, parce que tout pouvoir ne cherche que le bien-être de sa population qui croupit déjà dans la misère la plus noire de son histoire. Comme on peut bien le constater, ce rapport ne pourra pas du tout émouvoir outre mesure les autorités congolaises, parce qu’il est assis sur les contre-vérités ou des allégations fantaisistes et vise la balkanisation du pays.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse