Rapatriement du reste des ex-combattants de l’ex-M23

par -
0 481
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Ouganda sommé de se conformer dès ce 1er décembre

 Le président Y. Museveni, dont le pays abrite plusieurs ex-rebelles de l’ex M23

Le processus de rapatriement du reste des ex-combattants du M23 basés en Ouganda devra commencer à partir de ce 1er décembre 2015, indique une des recommandations formulées par les ministres de la Défense de la Commission internationale de la Région des Grands lacs (Cirg) qui ont pris part à une mini-réunion tenue et clôturée hier à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

Cette mini-réunion qui a réuni plusieurs ministres de la Défense de la Cirgl, a tablé sur le rapatriement du reste des ex-combattants des ex-M23 trainant encore les pieds en Ouganda. Ce, dans le cadre de l’exécution des décisions prises par les chefs d’Etats sur le rapatriement du reste de ces ex-insurgés basés en Ouganda, voisin.

Examinant de près la situation, les participants ont salué l’engagement continu du Gouvernement de la République de l’Ouganda à se joindre aux efforts du Gouvernement de la République démocratique du Congo dans le rapatriement du reste de ces ex-forces négatives. Aussi, soulignent-ils, «  la réunion restreinte des ministres de la Défense demande à la Communauté internationale d’examiner les sanctions à prendre contre les responsables des ex-combattants ex-M23, tel que décidé lors de la réunion de haut niveau du Mécanisme régional de Suivi tenue à New York aux Etats-Unis en septembre dernier. Elle encourage l’Ouganda et toutes les parties prenantes d’user de tous les moyens possibles en conformité au droit international pour s’assurer que le leadership des ex-combattants ex-M23 adhère au processus de rapatriement ».

La mini-réunion encourage l’Ouganda à empêcher aux ex-troupes du M23 d’utiliser les qualités militaires et à les décourager à faire des déclarations provocatrices contre la Rdc. Elle demande encore à Kampala de s’assurer que ces ex-forces rebelles absentes des camps de cantonnement ne constituent pas une menace à la sécurité de la Rdc.

Pour les participants, il n’est pas question que le Gouvernement ougandais accorde l’asile à ces ex-rebelles des ex-M23, réfractaires au rapatriement dans le but de les encourager à retourner en Rdc. Ils saluent enfin l’engagement de l’Onu, de l’Ua et des autres garants à accompagner le processus de ce rapatriement, avant de remercier le ministre congolais de la Défense, Atama et tout le pays pour l’accueil.

Auparavant, le ministre congolais de la Défense avait dans son morceau d’éloquence à l’ouverture de ladite réunion, rassuré ses hôtes de l’engagement du Chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange de mettre en œuvre les Déclarations de Nairobi sur la sécurité dans la région des Grands lacs.

S’exprimant à son tour, le Secrétaire de cette structure sous-régionale, le professeur Tumba Luaba a rappelé à l’assistance que l’objectif de cette réunion était de mettre en place la décision des Chefs d’Etats, prise au cours du 9ème sommet extraordinaire tenu le 18 mai 2015 à Luanda sur la problématique du rapatriement des ex- rebelles de l’ex-rébellion du M23.

Pour rappel, cette réunion était présidée par le ministre de la Défense de la République d’Angola et président du Comité des ministres de la Défens de cette sous-région.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse