Ramazani SHADARI «Il n’y aura pas élections en décembre. Et il n’y aura rien »

par -
0 1022
E.Ramazani Shadari, secrétaire général adjoint du PPRD
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Coordonnateur de tous les groupes parlementaires de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale, Emmanuel Ramazani Shadari est  revenu sur  la dernière déclaration faite vendredi à Kalemie par le chef de l’Etat. Devant une foule indénombrable venue l’écouter, Joseph KABILA avait lancé un appel pathétique aux congolais à participer massivement aux opérations d’enrôlement des électeurs, lesquelles opérations sont censées démarrer le mois prochain, selon le chronogramme fixé par la commission électorale nationale indépendante.

«Nous sommes en démocratie et nous devons organiser des élections dans tout  le pays. Donc, il faut se préparer pour le processus électoral, qui démarre en juillet jusqu’à l’organisation des élections» a déclaré le président de la république dans une brève adresse très applaudie avec frénésie par la foule.

S’adressant particulièrement aux nouveaux majeurs, il leur a demandé de s’apprêter pour avoir leurs cartes d’électeurs. Un discours du chef de l’ État  bien accueilli au P.P.R.D où l’on soutient le schéma de la base au sommet c.à.d. commencer le troisième cycle électoral par les élections municipales pour chuter par la présidentielle et les législatives nationales.

Ni élections ni chaos

Fervent défenseur de cette thèse, Ramazani Shadari pense que dans le contexte actuel du processus électoral congolais, tenir le délai constitutionnel relève purement de l’ impossible. « Respecter le délai constitutionnnel  signifie quoi » a-t-il lancé au cours d’ une interview accordée à #politico.cd

Et de répondre « Cela ne signifie plus rien dans ce pays parce que tous les paramètres sont clairs. Le délai constitutionnel ne sera pas respecté». Pour ce cadre du bureau politique de la majorité présidentielle, rien ne sert à fétichiser autour du 20 décembre. « Il n’ y aura pas élections et il n’ y aura rien. Il n’ y aura ni chaos ni problème (…)

Se référant au récent arrêt de la cour constitutionnelle à la suite d’ une requête en interprétation des dispositions des articles 70, 103 et 105  de la constitution introduite à la haute cour par plus de 300 députés de l’ opposition et de la majorité, M.Shadari a rappelé l’ impossible vacance au sommet de l’ État en cas de la non tenue d’ élections contrairement à ce qu’ envisageait une certaine opposition assoiffée du pouvoir. « Le président reste en fonction jusqu’ à l’ installation effective du nouveau président élu. La CENI qui organise les élections nous a déjà dit que sur base d’ éléments techniques pour aller à l’ enrôlement, il faut plusieurs paramètres. Il y aura ensuite un calendrier électoral et enfin des élections » explique t- il depuis Kalemie où il se trouve dans la suite du chef de l’ État.

Aux opposants qui multiplient les pressions en brandissant le 20 décembre comme une date fatidique, M. Shadari pense qu’ ils sont tout simplement à la recherche effrénée des portefeuilles ministériels.  « Nous parlons avec eux. C’est des amis et des collègues. Ils savent qu’il n’y aura pas élection, mais ils ne peuvent pas se taire parce que c’est des bonnes guerres » a-t-il conclu.

Jean Pierre KAYEMBE

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse