Quid des monuments des artistes décédés

par -
0 234
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il y a presque deux ans passés, exactement le lundi 12 octobre 2015, la Place de la Victoire à Matonge dans la commune de Kalamu était noire de monde lors du dévoilement par le 1er Ministre Honoraire, Augustin Matata Ponyo, représentant le Chef de l’Etat, du monument de l’artiste musicien Franco Luambo Makiadi à la Place des artistes. C’était aussi une occasion toute donnée à la population qui avait connu le Grand Maître Franco de Mi Amor et même aux curieux de fêter dans la méditation le 26ème anniversaire de la mort du patron du TP Ok Jazz.

La chanteuse française Sylvie Vartan a déclaré, il y a peu sur TV 5 Monde : « Au public, j’ai toujours senti cette entité vivante, et j’en ai besoin. C’est différent du cinéma. Par la musique, l’artiste s’introduit dans le quotidien des gens. C’est comme dans une famille ».

Comme on le comprend, les artistes même morts, ne quittent pas la vie des gens. A travers leurs œuvres, ils ravivent des souvenirs, remontent le moral, revigorent les gens.

La RD Congo n’a pas seulement vocation agricole et minière. Elle a aussi vocation culturelle et touristique.

Quid du mausolée des artistes

Le projet d’un mausolée des artistes doit être entendu comme un macro-projet qui relèverait du ministère de la Culture et des Arts. Ce dernier le ferait budgétiser et, dans le même ordre d’idée, mobiliser des partenaires. Cela aurait vocation de site touristique à par entière, et dont le fonctionnement pourrait être régulé par l’entremise de l’Institut des Musées nationaux. Depuis deux année, une extension est opérationnelle sous la dénomination du Musée d’art contemporain et des Multimédias. Le Musée situé au rez-de-chaussée du monument de l’échangeur de Limete, une extension de l’institut des Musées nationaux du Congo, fonctionnant sous la direction de M. Briki Kondji. Le  Musée a l’avantage de compléter le savoir de l’enfant, en lui offrant un large espace de contemplation. En plus de la visite guidée permettant un regard intéressé du public sur des œuvres plastiques d’artistes nationaux plaqués sur les murs, la salle de projection vidéo propose spécialement le documentaire intitulé : « Nil et Congo, fleuves porteurs de patrimoine ». Ceci est une synthèse appréciable de la culturama respectivement congolaise et égyptienne. Car c’est le rapprochement entre les deux pays qui a donné lieu au Musée d’art contemporain et des multimédias, place de l’Echangeur de Limete..

En ce qui le concerne, le projet mausolée des artistes implique notamment une concession, laquelle serait un peu moins grande que le site de la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN). Une autre démarche de taille consistera, le cas échéant, à répertorier (tous) les artistes décédés, en impliquant du fait même leurs familles, en vue de recueillir des éléments du profil d’un chacun.

L’on devra aussi aménager une grande cité. Ce ne sont pas des espaces qui manquent pour ce faire, avant de préparer les monuments ou des bustes des artistes décédés en les catégorisant dans des pavillons selon leur évolution : comédiens, plasticiens, musiciens, … Ils sont nombreux ceux qui nous ont quittés. Dans la foulée, qu’il nous soit permis de  citer,  sans prétention d’être exhaustif :

Pour la musique : Antoine Wendo Kalosoy, Adou Elenga, Lucie Eyenga, Joseph Kabasele dit Grand Kallé, Papa Wemba Shongo Ekumany,  Jean Baptiste Emeneya Mubiala Kester, Franck Lassan, Mwenda wa Bayeke (Lubumbashi), Jean de Dieu Bialu Madilu System,  Johnny Bokelo Isenge, Mwamba Déchaux (guitariste accompagnateur ), Pascal Tabu dit Rochereau Seigneur Ley, Roger Izeidi, Siongo Bavon Marie Marie et Bombolo Léon Bolhen (guitaristes solistes de Negro Succès), Kwamy Munsi, les frères Soki, Gérard  Madiata, Docteur Nico Kasanda, Vicky Longomba, Mulamba Joseph Mujos, Empompo Loway, Isaac Musekiwa, Dindo Yogo, Espérant Kisangani, Mbienga Debaba El Shabab, Jamais Kolonga, Bimi Ombale, Mopero wa Maloba et Mambo Ley (chanteurs de Shama Shama), Kisola Nzita, Lomingo Alida et Suke Bola (de l’orchestre Stukas), Fifi Mofude et Wali Ngonda (Anti Choc) , Mumbele Niarkos Strevos, Pépé Ndombe Opetum, Likinga Redo, Dewayon, Pépé Kallé, Enoch Zamwangana, Mbuta Matima, Lengi Lenga, Tofla Kitoko, Ilo Pablo, Shekedan,  Mumbata Joe Poster, Déo de Viva, Nsimba Al Pacino,  Liki Djo, Vadio Mambenga, Aimé Kiwakana, Ntesa Dalienst, Kiesse Diambu, Monza 1er , Abumba Masikini, Zatho Kinzonzi Mvutukidi Ngindu,  Lucie Eyenga, Abeti Masikini, Mpongo Love,  Etisomba Lokindji, Molengi Show, Alici Baba Un prince au Congo, Diana, Mabele Elisi, Babia Shokoro, frère Mombaya, frère Alain Moloto, sœur Marthe Makwa, frère Aimé Makengo, …Cette liste n’est pas exhaustive .

Pour la comédie : Ebale Mondial, Maman Monoko Sukaïna, Léon Yeya André Maboke, Molangi ya pembe, Lokuli, Matondo Mateya Sans Souci, Mambrikoko Ebwele Ebwel, frère Kiro (fils Mobyem Mikanza), Katanga Mupey …

Pour la production et la réalisation : Bakwa Nono, Maman Angebi, Mikanza Mobyem, Mutombo Bwitshi, Tshitenge N’Sana, …

Pour les écrivains : Antoine Roger Bolamba, Djugu Nsimba, Zamenga Batukezanga, Tshibanda wa mwela bujitu,…

Dans chaque pavillon sera organisé un service qui propose au visiteur un briefing sur le profil et le parcours de chaque artiste.

Du fonctionnement du site

Le site pourrait inclure des manèges s’il y a lieu, et prévoir des salles de conférences. Car non seulement des gens peuvent se déplacer en famille, mais ils peuvent le faire aussi en  aussi en délégations pour des institutions ou des associations. Des échanges multiples seraient prévisibles.

L’entrée dans le site se fera  comme à la FIKIN : A côté d’un monument artistique qui restituera la quintessence du lieu, un service de vente des billets permettra au site de se suffir.

Dans chaque pavillon, les visiteurs retrouveront des affiches des artistes décédés et, si possible, quelques biens leur ayant appartenu.

Ce projet est faisable si l’Etat peut mettre des moyens. Le public qui ne se sépare jamais des artistes et qui les accompagne toute la vie aura un endroit serein de détente et de recueillement. Ce sera un service spécialisé du Ministère de la Culture et des Arts, en collaboration avec celui du Tourisme qui, en matérialisant ce projet culturel  de grande envergure qui mobilisera un grand nombre des artistes.

En  cet endroit, l’on devra aménager des manèges et autres pools de relaxation, pour une grande visibilité. Dans la périphérie de Kinshasa comme à Mpasa 1 ; 2 et 3 ; il y a de l’espace…

(Kingunza Kikim Afri )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse