Qui dit vrai entre Kimbuta et Fayulu ? Le PGR interpellé

par -
0 175
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La semaine qui vient de s’achever a été riche en révélation scandaleuse d’une corruption à grande échelle. D’une part, le corrupteur, le Gouverneur de la Ville province de Kinshasa et le corrompu, le député national ECidé Martin Fayulu Madidi. Ce dernier, donneur de leçon morale politique sur la mégestion d’un camp adverse, est le pire politique dont la langue n’est pas en poche contre le pouvoir. Se considérant porte-parole du peuple, Martin Fayulu est au cœur d’un scandale, que le Procureur Général de la République, le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption, Luzolo Bambi, aussi bien les ONG de défense des droits de l’homme doivent se saisir de ce dossier rocambolesque pour éradiquer si pas punir les coupables.

L’un est Gouverneur de la Ville Province Kinshasa, l’autre est un député national membre de différentes plateformes de l’opposition, dont la dernière Rassemblement à tricépalisme. Il s’agit d’André Kimbuta Yango et Martin Fayulu, devant témoins, le premier toise le second d’avoir empoché de ses mains une somme de 40.000 dollars américains ; le second rétorque qu’il s’agit d’une dette morale. Laquelle s’interroge les kinoIs et la presse ?

C’est ici que le Parquet devrait se saisir du dossier aussi rocambolesque que honteux des deux acteurs de la scène politique, pas de moindres, qui s’offrent un spectacle qui laissent les langues commenter dans un sens comme dans un autre. Sinon, le bon sens voudrait que le Parquet Général de la République se saisisse d’office de ce dossier, savoir en quoi les 40.000 dollars américains, somme du contribuable congolais, ont-ils servi de dette morale à un individu, député national de son état. Un opposant reçoit d’un gouverneur de la Ville, Président interfédéral du PPRD/Kinshasa pareille somme ! Cette somme qui devrait en principe résoudre tant soit peu la problématique des routes dans la Ville de Kinshasa ; évacuer les immondices et construire les ouvrages d’assainissement,  se trouve entre les mains d’un individu, moralisateur politique, qui tire sur tout acteur politique qui ne partage pas son opinion, se réfugiant derrière le peuple qui souffre. A-t-il pensé soulager la misère de son peuple après avoir reçu ce pot de vin ?

La conscience voudrait que les élus provinciaux de Kinshasa se saisissent de ce dossier aussi honteux que frustrant qui jette le discrédit sur la République Démocratique du Congo, en interpellant le Gouverneur de la Ville André Kimbuta ; que les élus nationaux de l’Assemblée nationale interpellent Martin Fayulu, le corrompu, pour savoir à quoi a servi les 40.000 dollars de Kimbuta Yango André à cet ancien député provincial, élu de Kinshasa en 2006.

Si jamais ces institutions législatives ne se saisissent pas de ce dossier, le Conseiller du Chef de l’Etat en matière de Lutte contre la Corruption, blanchiment d’argent et financement du terrorisme, le professeur Luzolo Bambi Lessa, doit ouvrir une enquête judiciaire à cette fin. Soit, la Licoco (Ligue Congolaise de Lutte contre la Corruption), une ONG en cette matière a du pain sur la planche.

Toutes ces institutions, tous ces organes évoqués ci-haut ont le devoir de poursuivre ce dossier jusqu’au bout, aux termes de déchoir l’un de son poste de gouverneur corrupteur ; et mettre fin au mandat législatif avec restriction d’exercer les activités politiques pendant 10 ans.

Ces actions aboutiront-elles ? Dans un passé récent, l’on se souviendra que pendant la présidence de Vital Kamerhe au bureau de l’Assemblée nationale en 2006, bon nombre des députés nationaux ont été mis au banc des accusés pour le même fait de corruption, lors de l’examen en commission de la loi de Finances 2006-2007. Ces députés sont aujourd’hui les chantres de la bonne gouvernance, bien que se trouvant au sein du Rassemblement, se considérant porte-parole du peuple naïf.

(Pius Romain Rolland   )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse