Qui a dit que le Kasaï est exclu du processus d’enrôlement ? Jean François Mukuna brandit sa carte d’électeur

par -
0 293
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il a été dit par la Commission électorale nationale indépendante que les élections en République démocratique du Congo ne peuvent s’organiser sans le Grand Kasaï. Ce dernier en proie au phénomène dit « Kamwena Nsapu » qui a provoqué les vagues de réfugiés et déplacement à l’interne n’a pas facilité à la Centrale électorale d’amorcer le processus. Depuis, le processus d’identification et  enrôlement des électeurs dans l’espace kasaïen a été retardé, sinon les appels à la mobilisation et sensibilisation ont fusé de partout pour que cette frange de la population du Grand Kasaï participe à cet exercice préélectoral.

Parti de Kinshasa en date du 06 août courant à destination de la province du Kasaï Oriental, Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances a été accueilli à son arrivée à l’aéroport de Bipemba par un comité restreint, avant d’être conduit en la résidence du Gouverneur Alphonse Ngoy Kasanji et, par des formalités protocolaires, lui présenter ses civilités.

C’est dans le territoire de Ngandajika, dans l’actuelle province de Lomami que Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances a séjourné du 06 au 08 août courant, en passant par Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï oriental, où il a exhorté ses frères et sœurs à l’unité, en plus de les sensibiliser à soutenir les actions du Gouvernement d’union nationale, dirigé par Bruno Tshibala Nzhenzhe, dont il est membre.

La Miba au cœur de préoccupation du Gouvernement Tshibala

En séjour à Mbuji Mayi, Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances conscient que la province du Kasaï oriental ne peut vivre sans la Minière de Bakwanga, il a annoncé à l’occasion les efforts que ne cessent de fournir le Premier Ministre Bruno Tshibala pour sa relance. Pour lui, l’industrialisation de la République Démocratique du Congo est le cheval de bataille du gouvernement auquel il est membre. Cependant, parmi les mesures prises à court terme en faveur de la Minière de Bakwanga, figure l’obligation pour tous débiteurs de cette grande société de s’exécuter dans le meilleur délai, peu avant que soit versée l’aide promis du Gouvernement pour la relance des activités

Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances a indiqué au cours de cette rencontre qu’après études de faisabilité, il a été dégagé que la Miba a un patrimoine qui doit être certifié afin de rassurer les potentiels investisseurs.

A l’occasion, Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances a évoqué la situation économique que traverse la République démocratique du Congo. Pour cet argentier qui s’est voulu rassurant, en dépit de la spéculation entretenue par un réseau maffieux, le Gouvernement a pris des mesures urgentes qui ont donné immédiatement des résultats, avec la stabilisation du taux de change.

Ngandajika en liesse vers le centre d’inscription et enrôlement

C’est par route que Jean François Mukuna a rejoint le territoire de Ngandajika, en provenance de Mbuji Mayi. Un voyage périlleux, certes, mais plein d’enseignements pour cet homme qui vit depuis de longues années à 8 mille kilomètres des siens, précisément en Europe. Par ce voyage, il a palpé du doigt la réalité de l’état des routes de sa province qui mènent à sa contrée, au point qu’en certains endroits, sa délégation et lui-même ont été forcés de faire les cents pas.

Ayant foulé le sol de ses ancêtres, dans le territoire de Ngandajika, la foule en liesse s’est précipité vers Jean François Mukuna, en signe de bienvenue sur la terre de ses aïeux. Parmi la notabilité de cette province de Lomami, Tshibangu Kalala, ministre près le Premier Ministre.

Une fois à Ngandajika, Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances s’est dirigé dans l’un des Centres d’inscription et enrôlement des électeurs, pour s’acquitter de ses formalités civiques. Après avoir rempli l’usage protocolaire électoral, en s’identifiant comme étant originaire du territoire de Ngandajika, et fils de l’actuelle province de Lomami, Jean François Mukuna, Vice-ministre des Finances a brandi sa carte d’électeur devant une marée humaine de filles et fils de ce territoire. Peu après son enrôlement, Jean François Mukuna a exhorté ses frères et sœurs de Ngandajika qui trainent les pas, à s’enrôler pour permettre à Ngandajika de revoir le nombre de ses sièges à l’Assemblée nationale.

Après l’étape de son identification et son enrôlement, Jean François Mukuna a communié avec sa base dans une ambiance fraternelle et bon enfant. A l’occasion, il a expliqué avec beaucoup de responsabilité les difficultés actuelles qu’éprouvent la République démocratique du Congo, son pays sur le plan politique, économique et social avant de rassurer ses frères que le Premier Ministre Bruno Tshibala et l’ensemble du Gouvernement fournissent des efforts importants.

Devant les chefs traditionnels des groupements et autres personnalités, Jean François Mukuna s’est montré très positif et convaincant. « Rien ne  saurait arrêter l’élan pris par le Gouvernement d’union nationale pour amener les Congolais aux élections. Celles-ci auront lieu », a-t-il prévenu.

Cependant, tradition oblige, Jean François Mukuna s’est entretenu en toute intimité avec ses frères du groupement Bena Tshamba, secteur Bena Mpiana. Ces derniers ont plaidé en faveur de l’ensemble de la population qui vit enclaver dans leur contrée, en plus du délabrement très avancé des infrastructures de base. Ayant une idée claire de désenclaver Ngandajika, Jean François Mukuna estime qu’il faille des solutions dans le court terme, c’est-à-dire en toute urgence relancer le secteur agricole, moteur de croissance pour la création d’emplois,  rapporte notre source.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse