Questions brulantes de l’heure: D’accord pour le dialogue, la FECODI veut parler au Chef de l’Etat

par -
0 362
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les consultations initiées depuis quelques jours par le chef de l’Etat préoccupent au plus haut point les membres de la Fédération congolaise des diamantaires (FECODI), étant donné que le Président de la République Joseph Kabila Kabange compte rencontrer toutes les forces vives. Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, la FECODI affiche ses ambitions par rapport aux consultations des forces vives.

Elle estime nécessaire la prise en compte de ses desiderata par le Président de la République lors du prochain dialogue. Raison pour laquelle le président de la FECODI, Albert Kalonji Mulopwe Nsensula tient à ce que les diamantaires artisanaux prennent part aux assises seront organisées à l’issue des consultations.

Parmi les préoccupations de la FECODI, l’on note la réclamation de l’existence réelle d’une classe moyenne, l’assistance du fonds minier et autres. Les membres de la FECODI souhaitent que les associations étrangères et sans aucune base en RDC puisse disparaitre. Compte tenu de toutes ces préoccupations, la FECODI demande formellement l’audience au président de la République afin d’exposer toutes ses préoccupations.

La FECODI a vu le jour en 1999. Au départ, cette fédération regroupait les orpailleurs et les diamantaires congolais du secteur d’exploitation artisanale. Quelques années plus tard, les exploitants modernes et des commerçants ont rejoint le groupe.

A l’issue des états généraux des mines, tenus du 12 au 17 mars 2008, les représentants des creuseurs artisanaux ont pensés qu’il ne s’était pas agi seulement de la défaillance des services de l’Etat. Mais pour eux, le code minier tel qu’écrit, pose problème. Selon le FECODI, ce code est à réécrire totalement.

« Ce code doit être révisé de A à Z. Ceux qui nous représentent au sein des deux chambres du parlement doivent réfléchir pour que les peuples se retrouvent. Nous sommes mieux placés pour dire qu’il fallait qu’on revoie le code minier, il faut que l’espace soit ouvert grandement aux exploitants artisanaux. Et pour augmenter la production artisanale, on doit penser aux creuseurs artisanaux. Sans eux, il n’y a pas l’exploitation artisanale. Les gens entrain de partir ailleurs parce qu’ils ne se retrouvent pas. Qu’on cesse cette histoire de carré minier pour donner la chance à tout le monde pour travailler », s’était plaint Albert Kalonji, président de la FECODI.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse