Quand le géant se réveille: La relance de la Gécamines est effective

par -
0 1086
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Il est vrai que la Gécamines a traversé une période difficile de son histoire à cause de la mauvaise politique de la deuxième République qui avait la main mise sur la gestion de l’entreprise. A l’heure actuelle, le Président de la République Joseph Kabila, de concert avec le Gouvernement de la République et la notabilité katangaise s’investissent pour la relance de la production de la Gécamines dans la province du Katanga

*Pour l’Intersyndicale de la Générale des Carrières et Mines (Gécamines), qui a organisé hier un échange avec la presse, le moment était venu pour sensibiliser davantage les autorités du pays, l’Etat congolais étant le premier actionnaire de la Gécamines, pour conjuguer des efforts en vue d’une relance effective de ce géant minier. Une relance qui permettra d’améliorer le social des travailleurs et apportera également un soutien approprié au budget de l’Etat congolais

L’Intersyndicale de la Générale des Carrières et Mines (Gécamines), a organisé une conférence de presse hier mardi 12 mai 2015 à Kinshasa, pour éclairer l’opinion sur la relance de la production de cette entreprise qui sort d’une crise ayant duré plus de deux décennies. Il est vrai que la Gécamines a traversé une période difficile de son histoire à cause de la mauvaise politique de la deuxième République, qui avait constamment la main mise sur la gestion de l’entreprise, a déclaré la Président de l’Intersyndicale, M. Schadrac Kasongo Mabuisha.

Et ce, avant d’ajouter qu’à l’heure actuelle, le Président de la République Joseph Kabila Kabange, de concert avec le Gouvernement de la République et la notabilité katangaise s’investissent pour la relance de la production dans les installations de la Gécamines dans la province du Katanga. Cette relance, à l’en croire, permettra d’améliorer le   social des travailleurs et apporter un soutien approprié au budget de l’Etat congolais.

En effet, la rencontre avec la presse avait également pour objectif de sensibiliser davantage les autorités du pays, l’Etat congolais étant le premier actionnaire de la Gécamines, il doit mobiliser les efforts en vue d’une relance effective de ce géant minier.

Parlant de l’historique, il importe de noter que c’est depuis 1990 suite à l’effondrement de la mine de Kamoto que la Société est entrée en difficulté. Pour l’heure, les travailleurs souhaitent voir leur situation sociale s’améliorer. Raison pour laquelle ils ont délégué leur porte-parole à Kinshasa pour frapper à la porte des décideurs en vue du bon fonctionnement de l’entreprise. Nous sommes dans une phase décisive, a déclaré M. Kasongo, président de l’intersyndical, avant d’ajouter que nous devrions saisir l’occasion d’être relancé.

Des coupures intempestives de courant

Créée en 1911, l’entreprise est butée à un sérieux problème de coupures intempestives de courant pour son fonctionnement. Ce, sans oublier la vétusté des machines.   « En tant que travailleurs, nous nous investissons tous les jours pour améliorer le niveau de production », explique le président de l’Intersyndicale, qui renchérit que la production étant faible, des efforts sont fournis par le Conseil d’administration et par le personnel qui ne veut pas mourir afin d’avoir des tonnes de cuivre certifiés en réserve. C’est alors que l’agent Gécamines touche son salaire 45 jours après sur base de ces recettes.

En effet, en février 2014, la Gécamines n’avait rien produit, alors il fallait recourir aux institutions financière dont les banques pour pouvoir payer les agents. Cette dette est de 120 millions de dollars américains. Ils ont interpellé l’autorité de tutelle pour que cette situation prenne fin.

Dans son intervention, il a aussi relevé l’inadéquation qui existe entre le niveau de production et la paie des agents. C’est ainsi que l’employeur a pris la décision de réduire le personnel en envoyant à la retraite certains agents qui ont atteint l’âge de 60 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes. Après examen des dossiers, 800 agents ont été sélectionnés et étaient autorisés de s’absenter du service en attendant leurs décomptes finals. Et, d’après le protocole d’accord qui sanctionnait cette décision, il y a eu réduction de 10% sur le salaire desdits agents. C’est depuis un mois que 200 agents dont 150 hommes et 50 femmes ont   reçu leur décompte final.

Echanges avec la presse

Dans l’échange avec la presse, une question a été posée aux intervenants, celle de savoir s’ils ont déjà préparé la relève en renvoyant à la retraite des agents âgés. En réponse à cette question, M. Kabila Ngoy du Syndicat permanent a souligné que l’entreprise, de commun accord avec le syndicat, a déjà préparé la relève. En effet, au moins 3000 (trois mille) journaliers travaillent dans les installations de la Gécamines et ils seront bientôt engagés. Priorité sera accordée aux enfants des agents retraités car, dit-il, les aînés qui nous ont précédés dans le métier ont droit à un repos honorable.

A la question relative à la nature de difficultés qu’ils rencontrent, ils ont indiqué que le courant électrique handicape beaucoup le fonctionnement de l’usine de métallurgie. C’est ainsi qu’en novembre dernier, la délégation syndicale a été reçue par différents ministres du gouvernement central avec qui ils ont échangé. Elle leur a signifié que si l’usine tourne normalement avec la production de 1500 tonnes, l’entreprise peut encaisser 10 millions de dollars et payer les salaires de ses travailleurs, s’acquitter des droits de l’Etat. Mais, ils travaillent avec de vielles machines, alors que leurs partenaires utilisent la nouvelle technologie.

Réagissant à la question en rapport avec la lettre que « les patriote katangais radicaux » ont dernièrement publiée, l’Intersyndicale la considère ni plus ni moins comme un tract et non comme une déclaration. Car pour eux, le signataire de cette fameuse lettre n’a pas révélé sa vraie identité. Le mouvement dont il se réclame n’existe pas au Katanga et les informations qui y sont contenues ne sont pas du tout fondées pendant qu’il s’attaque à des individus.

Voulant donner de la lumière sur le « contrat chinois », le président de l’Intersyndicale a souligné que si cette entreprise fonctionne aujourd’hui, c’est parce que le Chef de l’Etat a signé ce contrat. Et la seule priorité de la Gécamines, c’est la relance de la production. Pour les travailleurs, l’espoir se concentre sur des réserves certifiées. Sachant qu’avec 300 tonnes de cuivre, il y aura 18 millions de dollars américains, ce qui va permettre à l’employeur de s’acquitter des impôts, des salaires des agents et d’autres charges.

Pour l’Intersyndicale, l’emploi au sein de la Gécamines est stable, dit-il, avant de souligner qu’on respecte les hommes et les ouvriers. Les travailleurs sont convaincus que la situation actuelle est transitoire et la relance de la Gécamines est possible. Ils ont invité les Congolais à soutenir la Gécamines pour la construction de nouvelles usines, en vue de faire face à la concurrence qui est vive.

(Rebecca Tuzizila Muzama)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse