Quand la réconciliation solennelle annoncée par le Gouverneur de la Ville province va de report en report

par -
0 423
le Gouverneur de la Ville province de Kinshasa, M. André KimbutaYango
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Yolo nord et sud : les jeunes redoutent le désengagement de « Y’André » Kimbuta

Les jeunes des quartiers Yolo nord et sud s’identifiant au projet « Yolo =Bomoko » (pour dire Yolo = à l’unisson), annoncé solennellement par le Gouverneur de la Ville province de Kinshasa, M. André KimbutaYango, s’estiment à ce jour médusés, après moult reports des festivités prévues à cet effet. « Nous avons hérité des conflits de nos aînés, sans le vouloir vraiment.Et cela ne nous a jamais profité. Au contraire, nous sommes stressés de part et d’autre de Yolo nord et Yolo sud.Le 31 mai dernier, à l’occasion des hommages mortuaires du notable NgombeBaseko Maître Taureau, mort survenu à 93 ans d’âge, Y’André KimbutaYango, le Gouv prenant la parole, nous a fait entrevoir le bout du tunnel, l’avènement d’un temps nouveau. Mais depuis lors, les organisateurs ne nous expliquent pas le sens des reports », a confié un membre d’Ecurie, parmi la vingtaine dénombrée dans ces deux quartiers de la commune de Kalamu.C’est le cas de :les Ambassadeurs de Yolo, les Allemands, les Anglais de Yolo, Bolaï, les Français de Yolo, California, les Intégrés, les Salopards, les Zoulous, etc.

Il nous revient que lesditesEcuries ont été recensées par les organisateurs projet « Yolo = Bomoko », au terme d’un travail de terrain effectué dès le lendemain de l’annonce solennelle des festivités de réconciliation par l’autorité urbaine. Pour l’heure, les observateurs voient dans le blocage en cours, un certain manque d’expertise des organisateurs.« Car une annonce publique provenant de l’autorité urbaine est une volonté politique en puissance qu’il convient de capitaliser, pour l’intérêt de la base. Dès lors, il faut savoir comment s’y prendre, et c’est là où le bât blesse », a indiqué un père de famille : « Nous avons vu grandir ces jeunes. Les membres d’Ecuries entrainent les autres dans la mouvance des conflits, de telle sorte que les autorités communales, les familles, les églises locales et les leaders d’opinion ne peuvent maîtriser la situation. Il n’y a aucune initiative sérieuse de règlement de crise, si ce n’est l’engagement solennel du Gouverneur de la ville. Nous nous demandons si les organisateurs de Yolo = Bomoko ont été assez rôdés dans le cadre du règlement des conflits qui sont encrés. Qu’est-ce qu’ils ont expliqué à Monsieur le Gouverneur s’agissant de la matérialisation de la réconciliation solennelle, et quelles promesses ces organisateurs ont-ils reçu de l’autorité urbaine à ce sujet ? Mieux serait de ne pas donner de promesses à ces groupes de jeunes hostiles, plutôt que de commencer un programme pour ne pas finir.Il faut craindre un discrédit, surtout qu’une action d’une telle envergure dans un quartier situé au centre de la capitale, revêt une connotation politique à part entière ».

Du profil des jeunes en situation de conflit  

Les jeunes en situation de conflit sont aigris et insoumis. Ils sont déloyaux, rancuniers et remplissent les critères d’inciviques au regard de la loi. Ils sont marginaux et prêts à défier l’autorité, notamment en dérangeant l’ordre public. Ils trouvent des prétextes pour justifier leur sale besogne. Le mur qui les sépare de l’affection des autres est quelquefois entretenu par des discours haineux et démobilisateurs des aînés malintentionnés auprès de qui ils se confient.

En les approchant pour le besoin de la réconciliation, en effet, l’action menée sous la houlette du Gouverneur de la Ville province permet un nouveau rayonnement de ces jeunes. Et cela, aussi bien individuellement que collectivement.

De l’action politique proprement dite

En son temps, feu M’Zee Laurent Désiré Kabila, parlant de efforts collectifs pour le développement de la RDC, répétait ce qui suit : « Je pense que la solution à nos problèmes réside dans la réside dans l’organisation et la mobilisation des masses ». Dans l’hymne national le « Débout Congolais », il est dit : « Levons nos fronts longtemps courbés… et pour de bon, prenons le plus bel élan, dans la paix ».

En effet, la réconciliation des jeunes de yolo nord et sud permettra de remettre ensemble les énergies séparées, en vue d’un nouvel engagement dans les efforts communautaires. C’est cela même le sens de la démocratie participative.

L’action politique met en confiance les jeunes concernés, ils se rendent à l’évidence qu’ils ont un destin commun, et que le développement de leur entité est avant tout leur affaire. Ce faisant, ils reprennent l’espoir et décident de se regarder en face, d’enterrer la hache de « guerre » qui n’a rien apporté concrètement depuis des décennies de conflit. Ils seront désormais plus critiques face aux discours des ainés qui les poussent à la division.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse