Quand la fuite multiforme sèche le Congo et interpelle l’élite: Des diplômés congolais se déversent massivement en Angola

par -
0 145
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis un temps, l’Angola figure en bonne place parmi les pays qui absorbent des cerveaux venus du Congo. En effet, des sources signalent la sortie massive de jeunes diplômés congolais qui trouvent un terrain d’accueil dans ce pays dont les recettes de la manne pétrolière déterminent la vie, de même que la large ouverture sur l’Atlantique. Il nous revient que la plupart de ces cerveaux congolais sont issus de l’enseignement supérieur et universitaire : l’Institut supérieur des techniques appliquées (ISTA), l’Institut supérieur pédagogique technique (ISPT), l’Institut supérieur de Commerce (ISC/Kinshasa), l’Université pédagogique nationale (UPN), l’Institut  des bâtiments et des travaux publics (IBTP), l’Institut supérieur des arts et métiers (ISAM), l’Institut supérieur des arts (INA), et même l’Université de Kinshasa (UNIKIN). Ces établissements autant que d’autres, forment et décernent des diplômes à des finalistes dont plusieurs s’arrangent à quitter le pays, dans les mois qui suivent la fête de collation des grades académiques. Des raisons évoquées pour justifier la fuite de cerveaux sont multiples, certes. Toutefois, elles convergent vers la quête d’un « ciel prometteur ».

Fuite de cerveaux, fuite de bras, fuite de capitaux, fuite de recettes

A l’heure de consolider « sa » démocratie, la RD Congo doit, non pas nécessairement boucher mais ajuster ses vannes, pour contrôler la fuite multiforme qui sèche le pays et interpelle l’élite. La fuite de cerveau, la fuite de bras, la fuite de capitaux, la fuite de recettes…

La fuite de cerveaux, un défi privant le pays de ses valeureux fils et filles : ils sont des milliers à émigrer, pour se choisir d’autres terres d’accueil. Ce sont, de ce fait, des spécialités en termes des ressources humaines qui causent manque-à-gagner au pays d’origine. « Nous devons aussi vouloir le développement, pour nous conduire au mieux-être. Si nous ne laissons pas agir cette énergie positive, nous ne pourrons même pas avoir de bons réflexes, en vue de la transformation de notre société (…) », a fait observer M. Jean-Marie Nkambwa, analyste économique et directeur de publication du quotidien L’Avenir.        

La fuite de bras ou exode rural

Les villages se vident de leurs bras actifs, la capitale s’asphyxie du fait de l’exode rural. Des statistiques indiquent que plus de la moitié de la population congolaise s’urbanise. La fuite de bras sèche l’arrière-pays. Et cela, dans un contexte où la ville n’offre guère de garantie d’embauche. Beaucoup d’observateurs voient la nécessité d’une organisation à la base. Et c’est à ce niveau que les élites locales doivent s’assumer davantage. Il faut favoriser les regroupements. En bon visionnaire, Feu M’Zee Laurent Désiré Kabila a affirmé : « Le Congo est conscient de son rôle dans le concert des nations. Pour cela, nous devons nous organiser. Car la réponse à l’équation développement réside en bonne partie dans l’organisation et la mobilisation des masses ».

Dans son livre intitulé : « L’Afrique des villages », publié en 1983 aux éditions Karthala à Paris, l’écrivain  camerounais Jean-Marc Ela prône l’organisation des paysans, dans leurs villages respectifs.  Par la création de coopératives, de centres ou mutuelles de santé, d’écoles et d’autres services publics susceptibles de desservir la population, l’auteur démontre que les villages africains peuvent servir de poumon au développement du continent. Il explique que tous ces défis reposent sur un socle qui est l’organisation à la base. Faute de cet acquis à la base, l’exode rural touche des familles entières. En 1980, la Fondation allemande Hans Eidel avait tenté une expérience à Mbankana, en créant des camps qui ont donné des ouvertures à la jeunesse désœuvrée. Celle-ci a dû bénéficier de l’apprentissage de métiers et lueurs d’espoir pour fonder famille. Pour l’heure, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement congolais à gérer l’après-diamant qui a occasionné d’énormes exodes à travers le pays.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse