Quand Genève divise l’Opposition: Tshisekedi et Kamerhe retirent leurs signatures

par -
0 359

Genève a proclamé dimanche 11 novembre 2018, Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition congolaise à l’élection présidentielle qui se tiendra en Rdc le 23 décembre 2018. L’annonce est tombée comme un coup de tonnerre à Kinshasa, de même que dans les 26 provinces de la RD Congo, mais aussi dans tous les coins et recoins du monde. A l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps), c’est le désordre, puisqu’il ne devrait s’agir que de Félix Tshilombo Tshisekedi, son président comme celui que tout le monde attendait comme candidat unique de l’Opposition. Actes de vandalisme et casses partout, car l’Udps ne jurait que sur son président. Même situation vécue à l’Union pour la Nation Congolaise de Vital Kamerhe où les militants se sont même affrontés avec ceux de l’Ecidé de Martin Fayulu.  Outre l’Udps, à l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, l’on a vécu un « kuluna » entre les partisans de celui qu’on appelle le « pacificateur » face à ceux du Plus petit commun diviseur, Martin Fayulu. Ainsi, il ne faut même pas parler de la fumée blanche après cette rencontre, mais plutôt d’un vent impétueux qui vient tout bousiller.

Félix Tshilombo Tshisekedi, président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps), mais aussi du Rassemblement des Forces Politiques et Social Acquises au Changement a retiré hier lundi 12 novembre sa signature de l’Accord de Genève qui consacrait Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition à la prochaine présidentielle de décembre 2018. Décision prise à la suite des actes de vandalisme posés par les combattants et militants de l’Udps au siège du parti à 11ème rue Limete à Kinshasa, mais aussi en provinces pour dire non au fait que Félix Tshilombo ait apposé sa signature sur l’accord de Genève et se retirer de la course à la présidentielle au détriment de Fayulu.

« Si je suis allé à Genève, c’est quelque part avec son aval (de la base) car il était question de trouver un accord pour la désignation d’un candidat commun. Je me suis rendu compte que l’acte que nous avons posé à Genève n’a pas été compris par la base. Par conséquent, et j’assume ce que je dis, je retire ma signature au nom de l’UDPS, de cet accord que nous avons signé à Genève », a dit Felix Tshisekedi, qui auparavant avait personnellement exprimé son soutien à Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition.

Pour justifier davantage son retrait, il ajoute par ailleurs avoir obéi à la volonté de sa base : « un parti politique, c’est d’abord sa base. On ne peut se dire leader sans l’adhésion de la base de l’UDPS. Je ne peux aller à l’encontre de la base, ce serait signer la mort de ma carrière politique (…) ».

De rappeler qu’avant de prendre cette décision,  le Secrétaire général de l’Udps, Jean-Marc Kabund-A-Kabund est celui qui avait donné l’ultimatum de 48 heures à Félix Tshilombo son président, au nom de la base du parti cher au Feu Etienne Tshisekedi, afin de retirer sa signature de l’Accord de Genève, car ce n’est pas le sens du combat de l’Udps.

« Il a pris une décision politique à Genève. Cela n’a pas rencontré l’assentiment du parti. C’est normal en politique que cela arrive. Même à l’époque d’Etienne Tshisekedi, cela est arrivé à plusieurs reprises. Le président Tshisekedi n’avait pas honte de revenir sur ses décisions pour rencontrer l’assentiment de la base », avait-t-il averti à son président.

Kamerhe revient sur sa signature

Après Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a aussi annoncé toujours hier dans la soirée, le retrait de sa signature de l’accord de Genève consacrant Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition.

Mandaté par sa base pour obtenir la désignation d’un candidat commun de l’opposition, le président de l’UNC dit répondre aux appels de la même base qui n’est pas satisfaite de l’accord conclu.

« Aujourd’hui la même base s’est réunie à travers la direction politique nationale, certainement après avoir entendu ses plaintes. La direction politique m’enjoint de tempérer dans le sens de la demande de la base. Je ne voudrais pas ici commenter cette décision car elle est au-dessus de la personne dans nos statuts. J’annonce donc que je retire ma signature pour respecter la volonté de ma base. Sans cette base, je vais m’auto flageller et vais moi-même m’auto exclure du parti », a-t-il dit hier à la radio à TOP CONGO FM.

Genève tue l’Opposition

Il pouvait être le héros de cette opposition congolaise. A l’annonce de sa participation aux prochaines élections avec ou sans machine à voter, Félix Tshilombo Tshisekedi avait suscité des réactions partout dans sa famille politique, mais a reçu le soutien de sa chère Udps. C’est là où tout a commencé ! Malheureusement, il refuse la marche de l’Opposition pour dire non à la machine à voter, mais le voilà accepter par la suite un candidat président qui ne veut même pas entendre parler de la MAV. Forcé par ses bailleurs impérialistes, Félix promet de convaincre la base, mais le voilà entre le marteau et l’enclume.

« Je vais les convaincre. Ils doivent être d’accord. Il n’y a rien à faire. Nous voulons le changement et le changement passe par le soutien à la candidature de Martin Fayulu. Moi, je vote pour le changement et le changement aujourd’hui s’appelle Martin Fayulu », une promesse qui ne va durer que quelques heures, puisqu’à Limete, c’est le chaos.

Ainsi, l’Opposition qui croyait avoir emporté une bataille, se plonge dans une situation qui dessine son échec aux prochaines élections non seulement présidentielles, mais aussi dans toutes les échéances. Le plus petit dénominateur commun, Martin Fayulu devra seul battre campagne, peut-être avec l’unique soutien de son frère Freddy Matungulu. Au cas contraire, l’Opposition ira le 23 décembre 2018 en ordre dispersé face à un seul candidat commun du Front Commun pour le Congo, et qui a le soutien de tout un peuple. Face à cette situation, que diront Jean-Pierre Bemba et l’italien Sorianno Katumbi ? Qui vivra verra.

Bernetel Makambo

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse