Quand deuil et jouissances populaires se confondent à Kinshasa: Ndombe Opetun décrie une société en perte de solidarité

par -
0 483
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

‘’Ô temps, Ô mœurs’’, s’écriait un illustre orateur de l’antiquité romaine. A Kinshasa, en effet, les morts ne se font plus pleurer, au nom d’une certaine modernité mal adaptée, voire d’un Christianisme mal cerné. Dans la première partie de la décennie quatre-vingt,  Ndombe Opetun (photo ci- contre) a déploré les déséquilibres d’une société en perte de sensibilité.  Des jouissances publiques ont supplanté douleur  et recueillement qui, raisonnablement, devrait prévaloir en un lieu de deuil.. C’était dans la chanson « Masha », dans le TP OK Jazz du grand maître Luambo Makiadi. Dans les écrits bibliques, le rédacteur de l’Ecclésiaste tranchait : « Mieux vaux aller dans une maison de deuil que dans un lieu de festin ; car c’est là la fin de tout homme, et celui qui vit prend la chose à cœur ».

Texte de la chanson :

Mokolo nakokufa, nayebi ndenge bakolela ngai. Ebembe na ngai na mbeto Mimi o feti ya moto nionso. Kinshasa ekoma façon esika ya liwa ekoma feti o. Bayeli nde mibali o, mibali bayeli nde ba chéries. Mokolo na kokufa e, ekozala bongo, baye bakufa liboso tomonak’ezalaka bongo o.

Batondisa bilamba ya monzele po balataka soki moto awei, batondisi ba bijoux na ba sacs à main ba ye kosala mombongo, batondi na banganda ya quartier baye nde kosala ambiance. Mokolo na kokufa e, ekozala bongo, baye bakufa liboso tomonak’ezalaka bongo.

Masha Masha Mashadi, yaka kolela nga chérie e, soki oyoki nga na weyi, ndima batiya yo poto poto, mokuya e. Cherie na nga Cherie e yaka kolela nga Cherie e, soki oyoki ngai na weyi o, mama oo.

Masha Masha Mashadi, yaka kolela nga chérie e, soki oyoki nga na weyi, ndima batiya yo poto poto, mokuya e.  Moto bakundi nanu te, batondi na ndako baye nde kowela biloko e e, ya  Luambo e. baye nde kowela bilamba ee ya Mimi e, Baye nde kowela mbongo e ya cotisation, baye  nde komela lopango e. Ko fouiller partout e, baye nde komela saint Pauli e. Masha Masha Mashadi, yaka kolela nga Cherie e, soki oyoki nga na weyi, ndima batiya yo poto poto, mokuya e. Moto bakundi nanu te, batondi na ndako baye nde kowela biloko e e   Soki  bameli balangwe baye nde kotuntuka,(2x) bakendeki muyu bakosi balalaki matanga e, patience esili bango e, tango nini bakokunda ye o ?

Mokolo na kokufa e, ekozala bongo, baye bakufa liboso tomonak’ezalaka bongo oo.

Traduire :

 Le jour de ma mort, je pressens ce que seront mes obsèques. Car nous voyons comment sont traités ceux qui nous ont précédés dans la tombe. Ma dépouille mortelle au lit, tout autour, c’est une ambiance de fête. Kinshasa a perdu la pédale, car le lieu du deuil a été mué en celui des jouissances populaires. Des femmes, filles, hommes et jeunes gens sont venus s’illustrer, les uns et les autres en quête d’intimité passagère. C’est ainsi que je pressens ce que seront mes obsèques. Car nous voyons comment sont traités ceux qui nous ont précédés dans la tombe.

Ils (elles) ont garni leur garde-robe pour s’exhiber à l’occasion de deuils. Des sacs pleins les bijoux, s’illustrant dans le  négoce. Dans des bars du quartier, les uns et les autres sont venus s’amouracher.  Le jour de ma mort, je pressens ce que seront mes obsèques. Car nous voyons comment sont traités ceux qui nous ont précédés dans la tombe.

Masha Masha, Mashadi, viens t’incliner sur ma dépouille, chérie. Si tu apprends ma mort, accepte de porter le deuil, que tu sois ainsi enfarinée d’argile.  Ma chérie, ma chérie, si tu apprends la nouvelle de ma mort, viens t’incliner sur ma dépouille, oo maman.

Masha Masha, Mashadi, viens t’incliner sur ma dépouille. Si tu apprends la nouvelle de ma mort, accepte de porter le deuil, que tu sois ainsi enfarinée d’argile. Avant même la levée du corps, ils prennent d’assaut la maison, se disputant d’emporter, o Luambo, les restes  du défunt. Ils se disputent l’argent de la cotisation. Les uns  s’entre- bousculant pour les habits de Mimi, les autres lorgnant le livret de logeur. Ils quadrillent les coins de la maison, cherchant où dénicher quelques bouteilles (de la bière) saint Pauli.

Masha Masha, Mashadi, viens t’incliner sur ma dépouille, chérie. Si tu apprends ma mort, accepte d’être enfarinée d’argile, en signe de deuil. S’ils boivent et se soûlent, ils font les pressés. Ils sont allés s’amouracher, prétextant qu’ils avaient passé la nuit au deuil. Ils s’impatientent et disent : « quand est-ce qu’on va procéder à la levée du corps ? »

Le jour de ma mort, je pressens ce que seront mes obsèques. Car nous voyons comment sont traités ceux qui nous ont précédés dans la tombe.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse