Province de Mai Ndombe: Les ressortissants de Basengele/Mbelo alertent les autorités sur des nouvelles menaces de mort

par -
0 465
Une vue des ressortissant de Basengele/mbelo (Ph/ Prince)

Les ressortissants de Basengele  du groupement Mbelo, territoire d’Inongo dans la province de Mai Ndombe dénoncent des menaces de morts, dont ils sont victimes. Ils demandent  aux autorités du pays de prendre au sérieux cette alerte afin de prendre toutes les dispositions.

Dans une déclaration faite hier à la presse, ces derniers estiment que les derniers affrontements sanglants et communautaires  ayant opposé les tribus Nunu au Sengele au village de Mpenda, suffisent et il ne faut en ajouter d’autres.

«  Nous ressortissants de Basengele, groupement Mbelo, territoire d’Inongo dans la province de Mai Ndombe, protestons contre les menaces dont nous sommes victimes à ce jour par la tribu nunu  résidant  dans le secteur de  basengele au groupement Mbelo, territoire d’Inongo dans la province de Mai Ndombe », a dénoncé l’honorable  Marcus  Makani, président des ressortissants de ce coin de la République démocratique du Congo vivant à Kinshasa.

Revenant sur les tristes incidents du mois dernier, il rappelle que l’élément déclencheur des hostilités  était  l’érection par les Nunu d’une barrière sur la grande route interdisant à Basengele le passage jusqu’à taper gravement un élève Sengele.

«  Le même comportement était infligé au chef du village Ntanda-e-Nkuboko, qui était venu s’enquérir de la situation. Les Banunu n’en sont pas à leurs premières épreuves de force. En 1963, ceux derniers avaient revendiqué leur appartenance à la  province du moyen Congo, ces revendications avaient dégénéré  une guerre tribale et atroce entre les Banunu et les Bobangi de Bolobo et Yumbi contre les Batende », a-t-il renchéri, avant de souligner ceci : «  Au moment où nous lisons et transmettons cette déclaration, les nunu ne cessent de menacer et envoyer des messages de reprises des hostilités dans les jours à venir. Nous en appelons à l’intervention des autorités nationales et de la Communauté internationale par la Monusco afin que les dispositions soient prises pour que les tristes évènements du décembre dernier, qui ont endeuillé les différentes familles à Basengele-Nkuboko ne  se reproduisent plus afin que règne la paix ».

Les Basengele, réputés comme un peuple pacifique exhorte le gouvernement et toutes les autorités à prendre au sérieux  cette alerte en vue de renforcer l’autorité de l’Etat dans ce secteur du pays.

Prince Yassa/Cp

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse