Protection des DDH: Les professionnels des médias s’allient au Reprodev

par -
0 395
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Réseau de protection des défenseurs des droits de l’homme, victimes, témoins et professionnels des médias, ‘’Reprodev’’ a été présenté au public. C’était vendredi dernier, en la salle de réunion de l’Unicef. Les acteurs concernés œuvrent dans le domaine des droits de l’homme, pour la protection des défenseurs des droits de l’homme ( DDH), des journalistes, des victimes et témoins des violations des droits de l’homme, en vue de l’efficacitéLa journée a été rehaussée de la présence du Coordonnateur national des droits de l’homme, CNDH, Mwamba Mushikonke. « Ce sont des activités qu’il faut encourager dans le cadre de la promotion des droits de l’homme », a-t-il souligné, en appelant les acteurs impliqués à assumer pleinement leurs responsabilités. Le chargé de Programme du Centre Carter a fixé l’assistance sur le contexte de la rencontre. Nous vous accueillons ici, pour vous présenter une étape franchie. Le Centre Carter, grâce à l’implication de l’USAID et DFID, a permis occasionné une solidarité de trente-neuf (39) organisations locales de la société civile  de Kinshasa., a-t-il indiqué.

La structure de fonctionnement prévoit, entre autres responsables, Me Henri Wembolua, Mme Astrid Tambwe, M. Charles Eyakanto, en qualité respectivement de coordonnateur, coordonnatrice adjointe et coordonnateur de la grande commission monitoring. 

Se protéger pour protéger les autres 

Les membres de Reprodev ne sont pas moins  conscients de la délicatesse de leur mission. Aussi ont-ils compris que l’union fait la force. D’où, la devise : ‘’protégeons-nous et protégeons nos semblables’‘. Se confiant à la presse, le  coordonnateur a témoigné : « Nous avons constaté un intérêt évident de la part des partenaires techniques, des Ong, se traduisant notamment par la forte mobilisation et des questions posées », s’est félicité le coordonnateur.

Le Reprodev remonte en 2008, renseigne un prospectus. C’était à l’initiative du Bureau conjoint des Nations Unie aux Droits de l’homme (BCNUDH), compte tenu des risques liés au travail des DDH de la ville province de Kinshasa. Ces risques les rendent vulnérables et appellent à une protection particulière. Face à la léthargie observée au sein de ce réseau, certains membres ont contacté, début 2016, le Centre Carter pour sa redynamisation. Depuis lors, le Réseau s’est investi pour redéfinir sa vision, afin de fédérer le plus d’organisations et d’élaborer ses termes de références et code de conduite qui déterminent son organisation, son fonctionnement et le comportement de chaque organisation membre.

La vision du Reprodev est celle de la ville province de Kinshasa dans laquelle les droits de l’homme de tous sont pleinement respectés et exercés.

Sa mission consiste à contribuer à la promotion des droits de l’homme et la protection des DDH, des professionnels des médias, des victimes et témoins de violations des droits de l’homme de la capitale.

Principales activités

Protection des DDH, des journalistes, des victimes et témoins des violations des droits de l’homme en danger ; monitoring des violations des droits de l’homme et documentations des cas ; utilisation  du système ‘’Nemo’’ pour le suivi des cas de violations des droits de l’homme ; plaidoyer pour l’amélioration de la situation des droits de l’homme ; renforcement des capacités des Organisations de la société civile.

Quid du système ‘’Nemo’’

Il s’agit d’un logiciel qui sert de base de données, pour gérer tous les cas de violations des droits de l’homme.  Alerte un ou plusieurs membres d’une CLP ou du PF ; convocation d’une réunion d’urgence pour décider des étapes à suivre ; documentation du cas ; analyse du cas par les organisations membres ou de la coordination ; identification d’une ou de plusieurs stratégies de protection ; mise en œuvre de la stratégie de protection ; suivi de la mise en œuvre de la stratégie de protection ; clôture du cas.

Pour bénéficier de cette protection, le DDH doit avoir exercé une activité en lien avec la promotion, la protection et les libertés fondamentales universellement reconnues, sans avoir usé de violence, encore moins de haine.

Mesures de protection directe applicables

Ces mesures consistent, selon les cas, en des conseils basiques de protection, des actions de plaidoyer au niveau local, national et  international dirigés vers l’auteur présumé des menaces, son chef hiérarchique, son employeur ou les institutions étatiques, etc. En dernier recours, un appui à la délocalisation temporaire à l’intérieur du pays est prévu, dans les cas où les autres mesures de protection s’avèrent inefficaces.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse