Prorogation du mandat de la monusco : Il n’ y aura zéro augmentation des troupes!

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La question avait semblé empoisonner les relations entre Kinshasa et New-York. Dans son rapport présenté au conseil de sécurité sur l’ action de la monusco, le tout nouveau secrétaire général de l’ ONU, Antonio Guterres, qui, sans surprise,  propose un renouvellement du mandat de la mission, a plaidé aussi en faveur du renforcement des troupes onusiennes  sur le territoire congolais. En clair, le document fuité par la presse française évoquait un besoin d’ au moins 320 Casques bleus supplémentaires à déployer notamment dans les villes de Lubumbashi et Kananga.

« Le renforcement quantitatif ne va pas résoudre le problème, mais si c’ est  en terme des stratégies militaires qualitatives, nous sommes intéressés», avait alors  déclaré,  Lambert Mende. Pour le porte-parole du gouvernement, la mission onusienne en RDC devrait plutôt adapter sa réponse aux dangers en face à savoir, la guerre asymétrique qui sévit dans certaines parties du pays.

«  Le rapport ne parle pas de l’ augmentation des troupes de la monusco, non, il parle d’ un besoin de renforcer la présence policière suite à la violence que nous avons constatée non seulement à Kananga, à Lubumbashi , donc, il veut renforcer la présence de la police des nations –unies dans ces localités », a déclaré pour sa part, Charles Antoine Bambara.

A en croire le directeur de l’ information publique de la monusco, la reconfiguration du mandat proposée au conseil de sécurité  par Antonio Guterres, permettra à la force d’ être mobile, agile et beaucoup plus professionnelle.

« En tout, sur l’ ensemble du pays, le nombre de casques bleus de ne vas augmenter. Il y aura zéro augmentation », insiste t-il  avec précision. Dans sa stratégie, M. Guterres explique Charles Bambara,  veut voir les militaires au front et non en ville. Pour le patron de l’ ONU, seule, la police sera déployée notamment pour sécuriser les civils en cas des manifestations ou protéger les installations des nations-unies. Cette précision vient partiellement  clore le débat sur l’ augmentation ou non des troupes de la monusco . Avec quelques 20.000 hommes  déployés sur le territoire congolais, l’ efficacité de la mission onusienne est toujours  sujette à caution.

“Il ne faut pas suivre les histoires là des Nations-Unies à augmenter tout le temps les effectifs alors que la situation sur le terrain ne change pas. Qu’ils s’organisent avec les équipes qu’ils ont par-ci par-là. Retirer même ceux qui chôment dans d’autres provinces pour les amener là où il y a la guerre”, assène un internaute, très intéressé par les questions de sécurité.

Il faut rappeler que le mandat de la monusco s’ achève le 29 mars prochain. Sans surprise, le conseil de sécurité décidera en faveur de sa prorogation jusqu’ en 2018. Mission la plus longue et la plus couteuse dans l’ histoire des nations-unies, l’ ex-monuc entame début avril,  sa dix-septième année de présence quasi-interrompue sur le sol congolais. C’ est en RDC que l’ ONU a pour la première fois, fait recours à une force d’ intervention rapide et aux drones de surveillance. Mais en dépit de ce mandat robuste et importants moyens mis en jeu, plusieurs foyers de tensions demeurent encore à travers le pays.

Jean Pierre Kayembe

 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse