PRONANUT : des parlementaires sensibilisés contre la malnutrition

par -
0 169
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La malnutrition et l’insécurité alimentaire constituent aujourd’hui un véritable problème de santé publique en République démocratique du Congo. 40 % d’enfants congolais souffrent de la malnutrition sévère. C’est-à-dire qu’un enfant sur deux, âgé de moins de 5 ans, souffre de la malnutrition chronique en Rdc. Et le taux de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition à travers le pays est très élevé.

Selon le Directeur de cabinet du ministre de la Santé publique, Docteur Mukengeshay, ces fléaux engendrent des dépenses publiques supplémentaires. Ainsi, ils nécessitent un engagement soutenu de la part des parlementaires qui constituent l’autorité budgétaire. D’autant plus qu’il y a besoin davantage de ressources pour inverser la tendance.

C’est dans ce cadre de la lutte contre la malnutrition que le Programme national de nutrition (PRONANUT) a organisé ce vendredi 18 mai 2018, une toute première journée de sensibilisation des parlementaires pour la mobilisation et le plaidoyer en faveur de la malnutrition en Rdc. Laquelle a eu lieu dans la salle des spectacles du Palais du peuple autour du thème : « La nutrition est non seulement une question de survie immédiate, mais aussi et surtout, un investissement pour des futures générations ».

C’est à cette occasion que le Dircab Mukengeshay du ministre de la Santé a pris parole et il a recommandé aux parlementaires congolais de pouvoir mener des plaidoyers auprès du Gouvernement de la Rdc, et de s’assurer que la malnutrition soit effectivement une priorité de la politique gouvernementale. Ce, avant de les a interpeller à travailler ensemble avec le Gouvernement de la République en vue de lutter contre la malnutrition en Rdc.

Un représentant de l’UNICEF qui a également pris la parole à cette occasion, a renseigné les parlementaires sur les différentes causes de la malnutrition, dont la pauvreté est la principale. Mais aussi, il a présenté à l’assistance un état des lieux de la situation de la malnutrition aigüe en Afrique et en Rdc, ainsi que les différentes conséquences qui en découlent, dont la réduction de la croissance physique et intellectuelle de l’enfant.

Il a ensuite donné quelques pistes de solution qui consistent principalement à toutes parties prenantes (Gouvernement, Parlement, partenaires), qui selon lui, sont toutes redevables face à cette situation de la malnutrition, d’investir dans la nutrition. Pour terminer, il a rassuré que son organisme, l’UNICEF, continuera toujours à mener ses efforts consistants pour garantir le futur des enfants congolais.

Après la cérémonie d’ouverture, la tribune était directement laissée au Docteur Guylain Nkaya, Directeur du Programme national de nutrition (PRONANUT) au ministère de la Santé publique. Il a expliqué aux députés nationaux l’ampleur de la situation nutritionnelle sur l’ensemble du pays.

Cette situation, a-t-il affirmé, est très alarmante surtout dans l’espace Kasaï, dans le Kwilu et dans la province de l’Ituri. « Au-delà des problèmes d’insécurité, il y a également ce problème de sécurité alimentaire. Ce qui fait qu’il y a un problème sur le comportement de la population en ce qui concerne la sécurité alimentaire. La plupart de communautés vendent tous les produits de l’agriculture, et restent en carence nutritionnelle », a signifié le directeur du PRONANUT

Il a de ce fait insisté sur l’appropriation de la question de la nutrition des enfants congolais par le Gouvernement de la République. « Aujourd’hui, nous sommes très contents que les députés se soient appropriés de cette question, car ce sont eux qui constituent les autorités budgétaires. Quand le Gouvernement envoie le projet de budget, ce sont eux les députés qui analysent. Et par leur analyse, ils peuvent permettre que beaucoup de moyens soient alloués à lutter contre le problème de la malnutrition qui sévit dans notre pays », a-t-il confié à la presse au sortir de cette journée de sensibilisation des parlementaires.

Les députés s’impliquent pour la nutrition des enfants congolais

Dans une interview accordée à la presse, le député national Grégoire Lusenge a indiqué que cette activité est le tout premier atelier parlementaire organisé sur la situation nutritionnelle en République démocratique du Congo. « Nous avons constaté qu’aujourd’hui, notre pays est en train de traverser une crise très profonde en rapport avec la nutrition. Il a fallu que nous-mêmes en tant que parlementaires, nous puissions nous impliquer sur les questions de la nutrition. Mais avant de nous impliquer, il fallait d’abord combler le déficit d’information au niveau des députés. Pour que nous comprenions la place de la nutrition dans la vie des enfants congolais », a-t-il dit.

Cet élu de l’ex-province Orientale a poursuivi par expliquer que : « Nous gérons depuis plusieurs années les questions de la santé, principalement la vaccination. Mais nous ne pouvons pas continuer à donner des antigènes à des enfants malnutris. Cela a une incidence fâcheuse. Et par rapport à cela, nous avons décidé maintenant de prendre toutes les questions de la santé, surtout la nutrition des enfants congolais, les mettre au centre des préoccupations des parlementaires. C’est par rapport à cela que cet atelier est organisé. C’est pour leur donner des informations nécessaires ».

A en croire le député Lusenge, il était question pour les participants et les organisateurs (Ministère de la Santé et le PRONANUT), de dégager les pistes de solution pour que le taux de prévalence de la malnutrition en République démocratique du Congo puisse totalement diminuer. « Parce que c’est inconcevable qu’un pays qui a des potentialités comme la Rdc puisse avoir un taux élevé de malnutrition. En tant que parlementaires, nous prenons notre responsabilité. Nous allons gérer les questions de la nutrition », a-t-il dit.

Il faut d’abord mettre l’information à la disposition des parlementaires, a-t-il dit. Et aussi, il a rassuré qu’à l’issue de cette journée de sensibilisation, les parlementaires vont faire le suivi au niveau du Gouvernement de la République pour que la nutrition des enfants congolais ne soit plus une préoccupation, mais qu’elle soit financée par le budget national.

« Aujourd’hui par exemple, il y a des cas de malnutrition aigüe dans le Kasaï, dans le Sankuru… Il ne faut pas que ça soient seulement les organismes internationaux, tels que l’UNICEF, qui agissent. Ce sont des enfants congolais, il y a un gouvernement responsable qui travaille dans ce pays. Nous allons accompagner ce gouvernement pour que les enfants congolais soient en bonne santé, et que peu à peu, nous puissions améliorer les conditions de la nutrition des enfants congolais », a enfin affirmé le député national Grégoire Lusenge.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse